"Oubliez Adam Weinberger" - Vincent Engel

Roman à double facette.
Surprenant roman que cet ouvrage !

En première partie, Adam Weinberger relate ses émois d'adolescent. Il est juif, vit en Pologne et est le cadet d'une famille de 4 enfants. Le ton est celui de la jeunesse, indigné face aux injustices, truffé d'interrogations (sur le monde et sur lui-même), parfois immature voire naïf, les expressions que le garçon utilise peuvent quelquefois paraître simplistes.

Puis, en approchant de la fin, cette 1ère partie témoigne d'une menace grandissante, de plus en plus oppressante. Hitler a pris le pouvoir en Allemagne, et les événements qui se déroulent en Europe sont annonciateurs de la "traque" que vont bientôt subir les juifs, et que chaque membre de la famille Weinberger pressent de façon différente.
Le style gagne en maturité et en tension dramatique, le lecteur se sent saisi d'effroi devant l'inexorable et abominable machination qui se met en place, et contre laquelle les protagonistes sont impuissants.

Ensuite, le récit bascule. Il est, dans une seconde partie, écrit à la troisième personne du singulier. Plusieurs personnages ayant connu Adam devenu adulte (et rescapé des camps de concentration, dans lesquels toute sa famille a péri), témoignent. L'adolescent s'est transformé en un médecin plus que dévoué à ses patients, taciturne, et qui semble vidé de toute sa substance.

Face à l'horreur de l'extermination, les mots ont pour lui perdu tout leur sens, et c'est paradoxalement grâce à son talent dans l'art de les manier (les mots), qu'Engel parvient à décrire puissamment et justement le malaise du survivant...

Bravo !...

Commentaires