"Frère et soeur" - Patrice Juiff

Une histoire d'amour.

"Vous comprenez, j'ai eu presque sept ans de bonheur. Du pur. Plus que beaucoup d'autres. Alors de quoi j'irais me plaindre. J'ai même assez de bons souvenirs pour continuer à être heureuse jusqu'à la fin de mes jours. Et tout ça, c'est à mon frangin que je le dois. Sept ans d'un amour comme c'est pas permis. Ca suffit pour mourir tranquille dans n'importe quel trou de merde sur cette terre. De s'en aller sans s'apitoyer sur son sort. Sans en vouloir à personne. Non. A personne. Finalement."

Après la mort de leurs parents, Jeanne et Robin vivent seuls dans la ferme familiale. Lui est croque-mort. Quasi infirme tant elle est obèse, elle reste à la maison, où elle garde parfois des enfants et effectue quelques travaux de repassage. Le frère et la soeur entretiennent une relation trouble ; leur existence est rythmée par toute une série de rituels impliquant des contacts physiques plus ou moins intimes. Un événement va bouleverser cette routine.

Voici un roman qui ne laisse pas indifférent(e)...
Il distille même un certain malaise, compréhensible au vu du thème choisi par l'auteur -cet ultime tabou qu'est l'inceste-, et de sa façon de le traiter. En effet, il alterne passages froidement narratifs et prises de parole de Jeanne, qui s'exprime avec une candeur à la fois désarmante et dérangeante. Le lecteur découvre ainsi petit à petit les circonstances à l'origine de cette situation particulière : l'alcoolisme des parents, la maltraitance, la maladie, une famille où l'enfant est considéré comme ayant un coût (quand un veau l'est comme ayant un prix...). Rien d'étonnant dès lors à ce que Jeanne et Robin se comportent comme les deux seuls rescapés d'un naufrage, le naufrage de leurs vies sordides dont ils se réconfortent mutuellement, se protégeant aussi de l'impitoyable jugement des autres qui ne tolèrent pas leur différence.

"Frère et Soeur" est un roman qui hypnotise et qui glace à la fois, qui bouscule aussi, car en dépit de l'aspect glauque de cette histoire, je l'ai trouvée extrêmement touchante.

Commentaires