"Pedro Paramo" - Juan Rulfo

Héritage fantomatique.

« Il y a des villages qui ont un goût de malheur. On les reconnaît dès que l’on avale un peu de leur air usé et stagnant, aussi appauvri et sec que la vieillesse ».

Le village de Comala est de ceux-là. Tenant la promesse faite à sa mère au moment de son décès, Juan Preciado s'y rend. Il vient y faire la connaissance de son père, Pedro Paramo, qu’il n’a jamais rencontré, et exiger de lui son « dû », selon les propres termes de la défunte.
Seulement, une fois arrivé à destination, les choses se corsent… Les rares âmes qui peuplent encore le village, ne sont justement que des âmes ! Accueilli par des fantômes, Juan va peu à peu apprendre de leurs murmures l’histoire de Comala, et notamment la place qu’y a occupé le fameux Pedro Paramo, grand propriétaire terrien qui imposa le règne de sa volonté par la terreur et la corruption.

C’est dans une atmosphère dépaysante et quelque peu angoissante que nous plonge Juan Rulfo, avec ce récit qui oscille entre conte fantastique et chronique rurale. Et ce n’est pas tant l’évocation de revenants qui suscite cette angoisse, que celle de la part obscure, malfaisante, tapie dans le cœur des habitants du village.
Viols, meurtres commis par les uns, avec la tacite complicité des autres, qui par lâcheté ou simple commodité, ont préféré ne rien voir… rien d’étonnant à ce que les morts de Comala ne parviennent pas à trouver le repos ! Même la terre, contaminée semble-t-il par l'esprit délétère des lieux, n'a jamais donné que des fruits au goût acide.

Tel est le funeste héritage de Juan Preciado : la transmission d'une histoire peu reluisante, peuplée d'âmes en perdition.
C'est en revanche un héritage d'une grande richesse que nous lègue Juan Rulfo avec ce roman particulièrement envoûtant.

Commentaires

  1. Je partage ce point de vue, c'est un roman envoûtant et qui montre toute la fascinante liberté de la création littéraire. Encore faut-il avoir le talent de Rulfo !

    RépondreSupprimer
  2. Merci pour cette visite, qui m'a permis de découvrir le sympathique "Square littéraire" !

    RépondreSupprimer
  3. Hum, voilà qui pourrait me plaire. Je sais pourtant toujours ce qui m'attend en venant ici, heureusement ma LAL est du genre vorace !

    RépondreSupprimer
  4. Une LAL à la croissance exponentielle... oui, c'est un problème que je connais bien aussi.
    Ceci dit, "Pedro Paramo" ne fait même pas 150 pages et se lit très vite !

    RépondreSupprimer
  5. Le compte-rendu me tente beaucoup... tout à fait le style de roman que j'aime ! je note, je note, merci !

    RépondreSupprimer
  6. Si vous avez aimé Pedro Paramo, vous aimerez Magnus de Sylvie Germain. Une partie de ce roman est construit à partir de l'histoire mexicaine. Je pense que cela devrait vous plaire ! Le ciel de Bay City sur lequel je viens de rédiger un article devrait aussi recueillir vos faveurs...

    RépondreSupprimer
  7. >>>Liretirelire : j'espère qu'il te plaira. Mais à vrai dire, je n'en doute pas !

    >>>Ligeia : merci pour ces conseils. A propos de ce rapprochement avec le roman de Sylvie Germain (que je n'ai pas lu), je l'ai déjà vu évoqué ici, effectivement : http://livresdemalice.blogspot.com/2009/03/juan-rulfo-pedro-paramo.html
    Il ne me reste plus maintenant qu'à aller faire un tour du côté de chez vous !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire