"Dans les veines ce fleuve d'argent" - Dario Franceschini

Fantaisie au fil de l'eau.
 
Lire "Dans les veines ce fleuve d'argent", c'est se laisser porter au fil du courant, pour remonter le long d’un fleuve qui, ainsi que vous vous en rendez rapidement compte, est beaucoup plus qu'un simple cours d'eau...

Cette navigation se fait en compagnie de Primo Bottardi. A l'approche de la vieillesse, il éprouve l’irrépressible et subit besoin de retrouver Massimo Civolani, un camarade d’enfance, qui, 42 ans plus tôt, lui a posé une question à laquelle il doit maintenant répondre.

Sa quête lui fait remonter le cours du Pô, et rencontrer divers personnages dont la vie est liée au fleuve. Ces riverains l'abreuvent de légendes, d'anecdotes et de souvenirs, évoquant l'histoire du fleuve, de ses pêcheurs, de ses lavandières, de ses crues parfois mémorables, reconstituant ainsi des bribes de ce qui fait l'âme d'un lieu. Car le fleuve peut tour à tour être source de vie ou pourvoyeur de mort, théâtre de l'éveil à l'amour ou provocateur de chagrin.

C'est l'occasion pour Primo de renouer avec ses propres souvenirs, comme si, en remontant le cours du Pô, il remontait aussi celui de son existence. Il semble éprouver à le faire une sorte de sérénité, de sentiment d'accomplissement à la fois nécessaire et bienfaisant.

Le surnaturel est lui aussi du voyage : légendes et réalité s’emmêlent, de nombreuses touches d’étrangeté émaillent la narration. Primo, la nuit, se glisse dans des rêves qui ne lui appartiennent pas ; il reconnaît certains de ses proches à l'odeur de leurs yeux... de même, les personnages qu'il croise pendant son périple ne sont pas tout à fait ordinaires. Leurs histoires, souvent belles, parfois tristes, sont touchantes et insolites.

Lire "Dans les veines ce fleuve d'argent", c'est se laisser porter par un temps différent, qui semble s'écouler un peu plus lentement, et qu’il semble facile de s’approprier parce qu’il suffit de se laisser porter par l’onde, d'accepter d'être en harmonie avec le rythme du fleuve, d'être bercé par l’écriture de Dario Francheschini, à la fois fluide et poétique.

C'est un récit charmant, auquel on pourrait juste reprocher d'être un peu trop court...


>>Lire aussi l'avis de Sabbio.

Commentaires

  1. Je vois que toi aussi tu as aimé :) Je l'avais reçu via Babelio et l'ai chroniqué en février... ce "temps différent" comme tu dis m'avait vraiment beaucoup plu!

    RépondreSupprimer
  2. Déjà tentée par le titre et la couverture, je vais le noter après ton billet !

    RépondreSupprimer
  3. Sabbio : c'est vrai, j'avais lu ton billet, mais je n'ai pas pensé à le mettre en lien... Je m'en vais de ce pas corriger cet oubli !

    Kathel : je pense qu'il te plaira, c'est un roman vraiment agréable, et qui se lit très -trop?- rapidement...

    RépondreSupprimer
  4. Lu il y a quelques mois je n'étais pas entrée dedans, je n'ai d'ailleurs pas fait de billet, à te lire j'ai un petit regret

    RépondreSupprimer
  5. Je crois effectivement que c'est le genre de roman dans lequel il faut "entrer", comme tu dis.
    Si, dès le départ, ce ton fantaisiste, à la limte du surnaturel, ne prend pas, eh bien, c'est fichu !

    RépondreSupprimer
  6. Lu lors de sa sortie, cela avait été pour moi un énorme coup de coeur.

    RépondreSupprimer
  7. Je n'irai pas jusqu'à dire ça en ce qui me concerne, mais il m'a en tout cas permis de passer un moment très agréable.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire