"Moonlight Mile" - Dennis Lehane

Kenzie et Gennaro s'embourgeoisent ?

Je trépignais tellement d'impatience à l'idée de retrouver le duo Kenzie & Gennaro, que je n'ai même pas pu attendre la sortie en poche du dernier roman de Dennis Lehane, "Moonlight Mile".

Et je les ai retrouvés avec plaisir, un peu surprise de les savoir mariés, parents d'une petite fille, et du coup un peu inquiète aussi, à l'idée qu'ils aient perdu de leur fougue...
Ils ont d'ailleurs abandonné leurs casquettes de détectives privés et indépendants ; Patrick travaille par intermittence au sein d'une agence d'investigations pour clientèle fortunée, et Angela a repris ses études. Ils habitent une petite maison située dans leur quartier de Boston, qu'ils n'ont pas voulu quitter, mais les fins de mois sont particulièrement difficiles..

La réapparition dans leur vie de Béatrice McCready (voir "Gone, Baby gone") va pousser nos deux héros à renouer avec le danger et le monde du crime...
Pour rappel, Béatrice avait fait appel à Kenzie et Gennaro, douze ans auparavant, pour qu'ils retrouvent sa nièce Amanda, gamine négligée par une mère alcoolique et inconsciente. Maintenant âgée de 16 ans, Amanda n'a plus donné de nouvelles à sa tante depuis plusieurs semaines, ce qui n'est pas dans ses habitudes et inquiète beaucoup Béatrice.
Après quelques réticences, Patrick accepte, à la demande de cette dernière, de partir une nouvelle fois à la recherche de la jeune McCready.

"Moonlight Mile" est un récit percutant, dont l'action, entre agissements de la mafia russe et magouilles de voyous sans envergure, est rondement menée, ce qui n'est sans doute déjà pas si mal... Mais ce que j'attends particulièrement d'un roman noir, et ce qui fait qu'à mes yeux, certains sortent vraiment du lot, c'est qu'il m'immerge dans une ambiance lourde, voire un peu glauque, désespérée, quelque chose en tout cas d'intense et de prégnant. C'est ce qui donne notamment leur profondeur à des romans tels que "Ténèbres, prenez-moi la main" ou encore "Gone, Baby gone", qui, en disséquant la part obscure de l'âme humaine, en démontrant la fragilité de la frontière entre le bien et le mal, se révèlent des récits particulièrement marquants.

Je suis en train, avec cette parenthèse, de vous expliquer pourquoi je n'ai pas été emballée tant que cela par "Moonlight Mile". J'y ai pourtant cru : on y décèle bien par moments l'ébauche de ce qui fait la richesse des opus précédemment cités, l'acuité du regard que porte l'auteur sur son environnement, son analyse parfois amère des faiblesses des hommes, ou des limites du système judiciaire et social. Mais cela reste une ébauche, et j'ai trouvé cela dommage, parce que je sais que Lehane est capable de faire bien mieux...

Alors, sans doute serait-il exagéré de dire que Kenzie et Gennaro s'embourgeoisent (ces deux-là sont toujours aussi attachants), mais peut-être est-il temps pour l'auteur de laisser ses héros vivre en paix...
La lecture de "Moonlight Mile" aura néanmoins été un moment agréable, mais je n'en garderai pas un souvenir impérissable.
 
>>D'autres titres pour découvrir Dennis Lehane :
"Sacré"
 
>>Lire aussi l'avis de Jean-Marc.

>>Retrouvez cette critique (et beaucoup d'autres) sur le site de la Librairie Dialogues.

Commentaires

  1. Je risque de lire celui-ci, mais je vais d'abord lire les autres de la série (je n'ai lu que le premier). Je devrai donc pouvoir attendre la sortie en poche ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Bonsoir Yohan,

    Je te souhaite dans ce cas une bonne lecture. Je t'envierais presque d'avoir encore à découvrir certains des volets qui forment la série Kenzie et Gennaro !
    Et si tu n'as pas lu Un pays à l'aube, je te le conseille aussi.

    RépondreSupprimer
  3. Pendant un mois, je me suis consacrée à la lecture des romans de Lehane. Après "Sacré"et "Gone Baby Gone", il ne me reste plus que "Prières sous la pluie" et "Moonlight Mile" et je les aurais tous lu. J'ai juste un peu peur que le dernier ne me plaise pas trop justement à cause des gros changements dont tu as parlé au début de ton billet. Mais bon c'est le risque de toutes sagas avec leurs personnages principaux.

    RépondreSupprimer
  4. Même s'il est moins bon que certains des opus précédents (pour moi, le meilleur reste "Ténèbres, prenez-moi la main", et toi, lequel préfères-tu ?), il n'en reste pas moins un roman qui se lit facilement. Maintenant, je n'irais pas jusqu'à dire qu'il est indispensable de le lire...

    RépondreSupprimer
  5. Ça serait comme pour toi "Ténébres, prenez-moi la main". Mais en même temps, je n'arrive pas vraiment à définir lequel je préfère car tous les romans mettant en scène Kenzie/Gennaro forme un tout et raconte leur histoire. Je me suis rendue compte que je ne lisais plus pour l'intrigue, mais pour l'histoire des deux détectives.

    RépondreSupprimer
  6. Je vois ce que tu veux dire, et d'un opus à l'autre, on a finalement l'impression de retrouver de vieux copains.
    Attention, il ne faut pas pour autant négliger les romans de Lehane qui ne les mettent pas en scène : Un pays à l'aube, notamment, est excellent, tout comme Mystic River...

    RépondreSupprimer
  7. Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire