"Voodoo Land" - Nick Stone

 Deux flics à Miami (oui, je sais, elle est facile...) !

Bienvenue dans le Miami du début des années 80. Avec l’explosion du marché de la cocaïne au cours de la précédente décennie, ce lieu de villégiature est devenu une capitale du crime, certains allant jusqu’à la considérer comme l’une des cinq villes les plus dangereuses du monde…
Meurtres, guerre des gangs, trafics en tous genres, donnent dorénavant beaucoup de fil à retordre aux forces de police.
Reagan, qui vient d’être élu président, a justement décidé de faire de la lutte contre la drogue son cheval de bataille...

C’est la découverte d’un cadavre en état de décomposition avancée dans l’enceinte du parc des Primates de Miami qui ouvre l’intrigue.
La victime aurait assassiné son associé, la secrétaire de ce dernier, et toute sa famille, avant de connaître lui-même une fin tragique.
L’autopsie du corps révèle la présence, dans son estomac, d’un étrange contenu : carte de tarot, herbes diverses…
Les inspecteurs Max Mingus et Joe Liston, qui forment un attachant duo, sont chargés de l’enquête. Le premier a débuté une carrière de boxeur avant de se recycler dans la police à la suite d’une mauvaise passe. Le second est un noir issu des quartiers pauvres. Les deux acolytes entretiennent une relation sincère et profonde, basée sur le respect et la confiance, Joe ayant la chance de collaborer avec l’un des rares membres de la police qui ne soient pas racistes...

Les quelques longueurs qui émaillent parfois le récit ne pénalisent pas vraiment la qualité du roman de Nick Stone.
L’ensemble est en effet très bien rythmé, l’auteur sait maintenir notre intérêt en installant une tension croissante, et surtout en élaborant une intrigue complexe, car riche de nombreuses ramifications. Le lecteur ne s’y perd pas pour autant : du fait que le récit est un va et vient entre les divers protagonistes, il a une vue d’ensemble de l’intrigue et une connaissance de certains tenants et aboutissants qui participe à la bonne compréhension de l’histoire.

J’ai beaucoup apprécié la façon dont l’auteur traite ses personnages et leur environnement. En peu de mots, il plante son décor, et sait jouer du contexte politique, économique et social, pour pimenter son récit mais aussi le rendre crédible. Corruption, manipulations politiques, connexions plus ou moins officielles entre les milieux de la drogue, les instances économiques et l’appareil judiciaire… Nick Stone passe à la moulinette tous les niveaux du pouvoir, sans jamais tomber dans l’invraisemblance.

En parallèle, il se montre également doué pour jouer sur un registre plus individuel, plus intime, en étoffant la personnalité de ses héros de contradictions et de faiblesses qu'il utilise pour enrichir son intrigue d'anecdotes, lui donner encore davantage de consistance.
Le tout assaisonné d’une pincée de magie noire et de rituels vaudou, histoire d'imprégner l'ensemble d'une atmosphère malsaine et assez effrayante...

Ce fut pour résumer une chouette découverte !

>>Retrouvez cette critique (et beaucoup d'autres) sur le site de la Librairie Dialogues.

Commentaires

  1. Bonjour Ingannmic,
    J'espère que vos vacances ont été agréables.
    Je suis beaucoup plus dubitatif sur Voodoo Land que vous (et que les autres chroniqueurs en général). Stone fait là ce que je déteste : il étale son histoire sur plusieurs bouquins. Il espère fidéliser ainsi le lecteur. Sur moi ça a l'effet contraire, je cesse de lire l'auteur, comme je l'ai fait pour Nesbo qui a eu recours à ce genre de ficelle. Je n'aime pas les romans feuilletons. Bon, ceci dit c'est plutôt bon mais à mon avis (minoritaire) en dessous de Tonton Clarinette qui était plus sobre, moins grand spectacle.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Ray,

      Les vacances ont été bonnes, merci, et la reprise du travail se profile dangereusement..
      Lorsque j'ai lu Voodoo Land, c'était sans savoir au départ qu'il s'agissait en quelque sorte d'une "série" mettant en scène un personnage récurrent, et cet aspect ne m'a pas gênée par la suite, dans la mesure où il ne nuit pas à la compréhension du récit.
      Et puis, contrairement à vous, j'aime beaucoup l'inspecteur Hole créé par Nesbo, que je suis fidèlement depuis ses débuts..

      Bonne journée.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire