"L'ami Butler" - Jérôme Lafargue

 Roman gigogne.

Johan se rend dans le village de Riemech, dont le capitaine de gendarmerie l'a contacté pour l'informer de la disparition de son frère jumeau Timon, et de l'épouse de ce dernier Ilanda.
Il a justement reçu quelques jours auparavant une courte lettre de son frère, qui lui écrit avoir enfin trouvé le moyen de sauver sa femme gravement malade.
Les jumeaux ne se sont pas vus depuis plusieurs mois, étant brouillés pour une raison qui nous sera exposée en temps voulu.
Lors de son arrivée à Riemech, Johan ressent un vague malaise face à l'atmosphère de perfection artificielle qui baigne le village. A la recherche d'indices susceptibles de le mener sur les traces de Timon, il explore le bureau où son frère, écrivain, se retirait pour travailler.
Il a eu auparavant la surprise de découvrir une étrange enseigne apposée à l'entrée des lieux, qui annonce :

FRONT AUTONOME
QUI CHERCHE ET TROUVE 
D'IMAGINAIRES ET CURIEUX ECRIVAINS*

FONDATEUR, PRESIDENT ET MEMBRE UNIQUE :
TIMON LUNOILIS

... Et il trouve en effet au cours de ses investigations des biographies fictives rédigées par Timon.
Il met également la main sur le journal de son frère, dans lequel celui-ci a consigné en détails les événements antérieurs à sa disparition.

Le récit est l'alternance entre la transcription de ce journal, celle des biographies fictives, et les réflexions que la lecture de ces éléments inspire à Johan, qui prend peu à peu la mesure des faits insolites et pour le moins inquiétants qui ont mené à cette disparition.

J'ai rarement lu un aussi bel hommage à la littérature et à la fiction que celui que rend Jérôme Lafargue avec "L'ami Butler".
En jouant, de façon très intelligente, avec différents genres narratifs mais aussi avec les mots, en entraînant le lecteur dans une mise en abîme où les récits s'enchâssent les uns dans les autres, il nous livre un texte à la fois passionnant et digne d'admiration.
L'écrivain y côtoient ses personnages, la réalité s'y pare d'un caractère incertain, la fiction quant à elle s'invitant dans le monde réel... à moins que ce ne soit le contraire. En effet, vous finissez par ne plus savoir distinguer l'imaginaire, l'illusion, de la vérité, mais après tout qu'importe ?
Le principal réside dans le plaisir que vous procure cette incursion inhabituelle au coeur de la création littéraire, au fil d'une histoire à tiroirs, qui, présentée comme une intrigue policière, attise notre intérêt et le maintient habilement en éveil.

Tout concourt à faire de l'ami Butler un roman remarquable : la trame, originale, admirablement rythmée, l'atmosphère, irréelle, angoissante, et puis bien sûr l'écriture de Jérôme Lafargue, qui, à la hauteur de son ambition, se métamorphose à volonté pour coller parfaitement aux diverses facettes du récit.

(*FACTICE !)

Commentaires