"Mygale" - Thierry Jonquet

Arachnophobes s'abstenir...

"Mygale", roman de l'écrivain français Thierry Jonquet, est certes court mais intense, et surtout diaboliquement efficace.

Pour éveiller et maintenir notre intérêt en haleine, l'auteur instaure d'emblée un climat de mystère, parsemant son intrigue d'énigmes et déroulant son récit sur plusieurs histoires parallèles dont le lecteur saisira peu à peu les corrélations.
Il y a néanmoins dès le départ un point commun entre ces différentes histoires : il y est à chaque fois question de l'enfermement subi par l'un des personnages.

La relation qui unit Richard Lafargue à sa compagne Ève n'est pas l'un des aspects les moins ténébreux de "Mygale".
Ces deux-là semblent se vouer des sentiments malsains et ambivalents, teintés de haine, de répulsion et de mépris. Ils vivent au sein d'une riche villa de la banlieue parisienne, Ève y étant maintenue prisonnière dans l'une des chambres, Richard ne la libérant qu'en sa présence, à l'occasion de promenades, de repas pris en commun.

Alex est lui aussi prisonnier, mais pour un tout autre motif. Lors d'un récent braquage qui a mal tourné, il a assassiné un policier et a lui-même été blessé. Il est ainsi contraint de se terrer dans une maison isolée de l'arrière-pays niçois, le temps de guérir de sa blessure avant de pouvoir organiser sa fuite à l'étranger.

Un troisième personnage, anonyme, est quant à lui séquestré par un individu qu'il a surnommé Mygale. Ce dernier l'a kidnappé un soir après l'avoir poursuivi dans la forêt, et le garde depuis enfermé dans une cave où il prive de boire et de manger.

Peu à peu, dans une tension grandissante, les trois synopsis évoluent, permettant aux différentes pièces du puzzle de se mettre en place. Avec beaucoup d'habileté, Thierry Jonquet nous imprègne d'une atmosphère angoissante, sordide, étouffante.
La claustration subie par les trois protagonistes, ainsi que les relations qui se tissent entre prisonniers et geôliers, notamment, y sont pour beaucoup. Les rapports qu'ils entretiennent sont ambigus, pervers, et semblent en permanence sur le point de basculer dans la violence ou l'humiliation.

Laissez-vous capturer dans la toile de Thierry Jonquet, au cœur de son monde venimeux... frissons garantis !

>> D'autres titres pour découvrir Thierry Jonquet :
"Ils sont votre épouvante et vous êtes leur crainte"

Commentaires

  1. Un roman palpitant, déconcertant, dérangeant et diablement efficace. Un classique de la littérature noire française !

    RépondreSupprimer
  2. Dans un autre registre, moins noir, plus tendre et nostalgique, du même auteur Rouge, c'est la vie, évocation de son engagement à l'extrême gauche de la gauche et son engagement amoureux, irréversible, par contre. Un moment de répit dans un univers très noir !!!
    Athalie

    RépondreSupprimer
  3. >> Yohan : tous ces qualificatifs sont effectivement très justes !

    >> Athalie : je note, cela peut être intéressant, en effet.
    A bientôt..

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire