"Cartons" - Pascal Garnier

Lettre d'adieu...

Ainsi que l'indique le titre du roman posthume de Pascal Garnier, il y est question de... déménagement. Il s'agit plus précisément de celui de Brice Casademont, illustrateur cinquantenaire, qui quitte son appartement citadin pour la vastitude d'une maison de campagne sise dans un petit village isolé.
Il a acheté cette demeure sur un coup de cœur d'Emma, sa compagne. Mais il emménage seul...
Le lecteur comprend, par allusions, qu'Emma est partie. Est-elle en reportage, pour les besoins de son métier de journaliste ? A-t-elle quitté Brice ? Tout ce que nous savons pour le moment, c'est que Brice prétend qu'elle va revenir, mais qu'elle ne lui donne curieusement aucune nouvelle...

Voilà un bien joli cadeau que nous laisse Pascal Garnier pour son départ, un de ces romans dont il a le secret, dans lequel sévit cet humour légèrement caricatural, teinté d'un sens de la dérision grâce auquel il pointe les petits travers des individus et le caractère parfois absurde de l'existence. Un humour qui lui permet aussi de mettre en avant des personnages un peu décalés, voire marginaux, dont il s'attache à démontrer l'humanité. 
Il les aime, Pascal Garnier, ces héros cabossés, malmenés, qui adoptent face aux malheurs qui les accablent des réactions qui ne sont pas forcément en adéquation avec la bienséance, ou avec ce que d'aucun qualifierait de "normalité"... 
Et on les aime aussi, parce qu'il sait nous les rendre attachants, et nous prouver qu'ils nous ressemblent bien plus qu'on ne voudrait le croire ou l'admettre de prime abord...
Le personnage de Brice, avec ses angoisses parfois enfantines, sa maladresse, sa difficulté à comprendre un monde où il se sent mal à l'aise et qui, d'ailleurs, ne le comprend pas non plus, n'échappe pas à cette règle.

Comme de coutume avec Pascal Garnier, le récit est court mais intense. S'inspirant d'un événement du quotidien a priori banal, il parvient à donner à son histoire une atmosphère grise et inquiétante, presque macabre. L'emménagement de Brice, interminable, prend peu à peu des allures de cauchemar, le capharnaüm dans lequel il vit faisant écho au délitement de sa santé mentale...

On évolue tour à tour entre fantaisie et morosité, entre folie douce et réelle démence, au gré de la plume d'un auteur que ce dernier roman nous fera regretter encore un peu plus..

>> Deux autres titres pour découvrir Pascal Garnier :

Retrouvez ce billet -et beaucoup d'autres- sur le site de la Librairie Dialogues.

Commentaires