Articles

"Taqawan" - Eric Plamondon

"... quand on lâche une bande de gars de Québec dans une réserve, ça finit avec des côtes cassées et des épaules luxées - au mieux".
A partir d'un épisode récent mais méconnu de l'histoire québécoise -"la Bataille de la Restigouche"-, Eric Plamondon nous offre un roman mosaïque et mariant les genres.
Juin 1981.
Un raid policier est lancé contre les Mi'gmaq de la Réserve de la Restigouche, pour récupérer leurs filets. Il a pour but de faire respecter les quotas de pêche au saumon nouvellement imposés aux indiens, mais la rivalité opposant le Québec au Canada est aussi en jeu : les réserves indiennes relevant de la juridiction du gouvernement fédéral, il s'agit (surtout) de "faire chier Ottawa". L'opération dégénère en affrontement aux dépens des Mi'gmaq, maîtrisés à coups de matraques, et dont de nombreux pères de famille échouent en prison.

C'est le cas de celui d'Océane, jeune indienne de quinze ans, qui pendant les événem…

"Le mur invisible" - Marlen Haushofer

Image
"Ce n'est pas que je redoute de devenir un animal, cela ne serait pas si terrible, ce qui est terrible c'est qu'un homme ne peut jamais devenir un animal, il passe à côté de l'animalité pour sombrer dans l'abîme."

Se réveillant d'une nuit passée dans le chalet de chasse où elle est invitée par des amis partis la veille faire quelques courses en ville, la narratrice constate avec terreur qu'elle est prisonnière de la forêt, entourée d'un mur transparent et infranchissable. Au-delà de ce mur, seule la vie végétale perdure. Hommes et bêtes se sont éteints, figés pour l'éternité dans la posture où l'événement à l'origine de cette extermination les a surpris.

Quelle est l'origine de ce mur ? Comment et par qui a-t-il été installé ? Ces questions resteront, pour le lecteur comme pour la narratrice, sans réponse, cette dernière supposant simplement que sa propension à la haine a fini par avoir raison de l'humanité... 

Le mur invis…

"Le dimanche des mères" - Graham Swift

Image
Mauvaise pioche...

Je serai brève, car je n'ai gardé quasiment aucune trace de ce roman pourtant lu il y a quelques semaines, et qui a en ce qui me concerne réussi l'exploit de ma paraître bien long malgré sa petite centaine de pages....
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, l'Angleterre panse encore ses plaies, les familles portent le deuil des fils ou des époux tués sur le front. 
L'auteur évoque une journée, le dimanche des mères, jour de congé pour les employées des riches maisons dont les propriétaires profitent pour se réunir autour d'un pique-nique ou d'un repas au restaurant. 
Orpheline, Jane n'a pas de mère à visiter. Aussi, ce congé est pour elle l'occasion de rejoindre son amant Paul, fils d'aristocrates, pour la première fois dans la demeure familiale de ce dernier, dont les occupants -maîtres et personnel- ont quitté les lieux pour la journée. 
Ce sera d'ailleurs leur dernier rendez-vous, puisque le jeune homme va bientôt se m…

"La rose de Saragosse" - Raphaël Jérusalmy

Image
"A quoi, diable, reconnaît-on un homme libre ?"
1485.  Suite à l'assassinat du Père Arbuès, membre de l'inquisition, Thomas de Torquemada est dépêché à Saragosse pour traquer et punir les meurtriers. Étonnamment, la récompense promise pour toute information susceptible d'arrêter les coupables est moindre que celle offerte pour permettre de mettre la main sur ceux qui, suite au meurtre, ont placardé sur les murs de la ville des affiches représentant le cadavre écorché de la victime, signées d'une délicate rose épineuse...
La présence à Saragosse de ce grand inquisiteur réputé pour s'allier les services de la racaille exhaussent les tensions et ranime chez la population juive la peur d'être de nouveau contrainte à l'exil, sous peine de persécutions. Torquemada va doter d'une nouvelle puissance la Guerre Sainte que l’Espagne a décidé de mener non plus en Palestine, mais en son propre sein.
Les de Montesa font partie de ces riches juifs convertis a…

"Écorces" - Xavier Gloubokii

Image
L'autre appel de la forêt...

Une bien jolie découverte que ce titre de Xavier Gloubokii, qui parvient avec habileté à mêler les genres pour nous offrir un texte qui, bien que court, se dote d'une densité suffisante pour marquer le lecteur. 
Sous couvert d'une intrigue policière dont les codes empruntent au polar rural américain, tout en les déviant, "Écorces" est hanté par l'obsession des ravages que l'homme inflige à la nature, symbolisée ici par la forêt.
Ahmed est Shérif du Comté dont il est originaire, où il est revenu suite au décès de sa fille, pour fuir la ville et la douleur. Au moment où débute le récit, la tranquillité de la bourgade est troublée par une bande d'hurluberlus qui, déguisés en arbres, crient au massacre en exhortant à préserver une forêt que l'expansion des zones urbaines condamne à la disparition. En son for intérieur, Ahmed leur donne raison, mais comptant sur sa prochaine réélection, il se garde bien de le faire savoir. I…

"Le transfuge" - Siegfried Lenz

Image
"Celui qui n'a aucun respect pour la mort n'a pas à nous craindre. Car tuer est finalement la pire chose dont nous soyons capables".
Un homme poste une lettre à sa sœur, dont le contenu nous est dévoilé par une plongée, quelques années plus tôt, en pleine guerre mondiale.

Walter Proska, soldat allemand, est alors sur le front de l'est, plus précisément sur la frontière devenue floue séparant l'Ukraine et la Biélorussie. Alors qu'il prend un train pour rejoindre son contingent après une permission, il fait la connaissance de Wanda, séduisante jeune femme montée clandestinement à bord, qui disparaît aussi vite qu'elle est apparue, avant que son convoi, visé par un sabotage, ne déraille. Seul survivant de l'accident, il est récupéré par une petite unité chargée de surveiller la voie ferrée menacée par une résistance très active. L'éclectique troupe de sept soldats à laquelle il est alors intégré, dirigée par un sergent méprisant et brutal, est ba…

"Archanges (roman a capella)" - Velibor Čolić

Image
"Je sais, en fait, qu'on meurt deux fois. La première fois physiquement, et la deuxième fois, quand il n'y a plus personne sur cette terre qui puisse se souvenir de nous. Et moi, je suis toute seule. Je suis la victime et, si on m'oublie, on oublie aussi le crime. C'est pourquoi j'espère qu'il vivra encore longtemps, ce vieux salaud."

Jamais un roman de Velibor Čolić ne m'avait laissée aussi dubitative... 
"Archanges" donne la parole à quatre personnages, liés par l'ignominie que trois d'entre eux ont fait subir au quatrième, pendant la guerre de Yougoslavie. 
Les deux premiers sont toujours vivants. Esdras est sans-abri à Nice. Cet homme surnommé en son temps "le Pinochet des Balkans", termine son existence malade, alcoolique, ignoré du monde, mais accompagné de l'obsédant fantôme de Senka, adolescente qu'il a violée, mutilée, tuée. L'ombre de sa victime lui parle, s'installe sur ses genoux, lui jetant …