Articles

"Ramatuelle" - Pierre Bourgeade

Une folle semaine.
A une époque maintenant assez lointain, ne disposant pas de liste interminable de titres et d'auteurs à lire continûment alimentée suite à mes longues déambulations virtuelles au cœur de la blogosphère littéraire, je m'accrochais, pour assouvir mon insatiable besoin de lire (parce qu'à ce stade, ce n'est même plus une passion), à ce que je considérais comme des "valeurs sûres", comprenez des auteurs déjà lus et appréciés... 
C'est ainsi que je me suis à plusieurs reprises tournée vers Pierre Bourgeade, dont l'oeuvre, très éclectique, fut la source d'une satisfaction fluctuante... depuis, mes pratiques livresques sont devenues papillonnantes (il y a tant à lire, et si peu de temps), mais c'est avec plaisir que j'ai retrouvé cet écrivain inclassable à l'occasion de l'activité "Un mois, un éditeur" organisée par Sandrine, les éditions Tristram étant en ce mois de novembre à l'honneur.
Françoise d'El…

"Souviens-toi de moi comme ça" - Bret Anthony Johnston

Image
Travail d'orfèvre.
Les Campbell ont vécu l'un des pires événements qui puissent toucher des parents : l'enlèvement de l'un de leurs enfants, Justin, âgé de onze ans au moment des faits.
Suite à cette disparition, ils ont vécu dans l'hébétude, devenus étrangers au monde et à eux-mêmes, enfermés dans la détresse et la culpabilité. Pendant que Griff, le cadet de Justin, sa jeunesse aidant, empruntait le chemin de sa vie, ses parents, bien que présents pour lui, sont restés figés sur l'horreur de la disparition, comme si elle avait arrêté le temps et le cours de leur existence. Eric, le père, a entretenu une liaison sans passion, pendant que son épouse Laura s'investissait avec une démesure désespérée dans une association de sauvetage d'animaux marins.
Il sont pourtant toujours gardé espoir... A raison, puisque Justin, quatre ans après son kidnapping, est retrouvé. 
Fin du cauchemar ? Pas vraiment, car avec ce miraculeux retour, c'est un autre enfer qui …

"La langue de ma mère" - Tom Lanoye

Image
"Les mères ne deviennent jamais des gens comme les autres".
Étonnant, le ressenti que provoquent certaines lectures... Mes deux premières expériences avec Tom Lanoye (ICI et LA) ont été plutôt mitigées, et pourtant j'éprouvais l'envie d'y revenir, l'impression d'avoir été à deux doigts de tenir quelque chose... un style original, un humour particulier...
Je ne regrette pas d'avoir persévéré, car je l'ai trouvé, ce quelque chose, dans son récit autobiographique "La langue de ma mère". Pourtant, ce n'était pas gagné : les cent premières pages de ce roman consistent en de longs atermoiements sur la procrastination qui en a précédé l'écriture. L'idée de ce texte a commencé à germer dans l'esprit de Tom Lanoye à la mort de sa mère. Son père, informé de ce projet, y plaça ses espoirs d'une résurrection de sa chère Josée, d'une reconstruction de celle qui s'était lentement détruite, démantibulée devant lui, y vit l&#…

"La fin du chant" - Galsan Tschinag

Image
Un autre monde.
En quelques deux-cent pages, et une intrigue se déroulant sur trois jours, Galsan Tschinag nous dépayse en nous immergeant dans la tranche de vie d'une famille Touva, tribu nomade de Mongolie.
Dès l'entame du récit le lecteur est confronté à l'âpreté des steppes du Haut Altaï, au cœur d'un quotidien déterminé par un environnement naturel à la fois grandiose et hostile, et les traditions séculaires qui ont permis de s'y adapter.
Dombuk, adolescente débrouillarde et mature, tente avec l'aide de ses frères de faire adopter par une jument qui vient de perdre son petit, un poulain que sa naissance a laissé lui-même orphelin. La scène -la résistance de la jument effrayée dont Dombuk a entravé les membres, pleurant la mort de sa progéniture, et la terreur du poulain survivant, affamé, recouvert de la peau du petit défunt pour l'imprégner de son odeur- exhale une violence qui rend l'entrée dans le roman abrupte.
Pendant que Dombuk et ses frères …

"Les arpenteurs" - Kim Zupan

Image
"(...) là, parmi les sociopathes, il était soulagé du fardeau de la sociabilité".
C'est l'histoire d'une rencontre entre deux hommes qui, malgré tout ce qui les oppose, se reconnaissent.
Valentine Millimaki travaille comme adjoint au bureau du shérif d'une bourgade du Montana. Homme droit, sombre et laconique, il ajoute aux nombreuses heures qu'il consacre à sa fonction celles qui le voient parcourir, en compagnie de son chien Tom, les étendues hostiles de la région à la recherche de personnes disparues, ses dernières quêtes constituant une funeste série : il est à chaque fois arrivé trop tard...

Son épouse supporte de plus en plus difficilement ses longues absences, l'éloignement où les place leur petite maison située à une heure de la ville, et surtout cette obsession à prendre la mort de vitesse qui semble ronger son époux, et qui prend racine dans un vieux traumatisme : il n'est pas arrivé à temps pour empêcher le suicide de sa mère, survenu a…

"Envoyée spéciale" - Jean Echenoz

Image
Incompatibilité d'humour ?
Parce que son impact fluctue en fonction du contexte, de l'interlocuteur, de la situation, l'humour est un art difficile, voire ingrat... 
Je ne saurais exprimer précisément quels sont les mécanismes qui déclenchent, sinon mon hilarité, du moins ces petites étincelles qui me font sourire, mais je crois que j'aime d'une manière générale l'humour décalé, absurde, ainsi que celui qui joue, subtilement si possible, avec les mots.
Il m'est de même difficile de justifier le fait que l'humour de Jean Echenoz n'ait pas trouvé d'écho en moi, humour qui repose sur des personnages plus ou moins caricaturaux mis en scène dans des situations censées être cocasses, -et qui le sont sans doute-, mais une fois que l'on a compris (assez vite) les codes de l'auteur, la manière systématique dont il parodie, digresse sur des détails, ironise sur la banalité des gestes et des paroles du quotidien, finit par devenir lassante, car anéa…

"Comme un conte" - Graham Joyce

Image
Ballade entre deux mondes.
Et si... la frontière séparant notre monde de celui des "fées" pouvait, à de très rares occasions, être franchie ?
C'est en tous cas ce que prétend Tara Martin, qui, de retour après vingt ans d'une disparition inexpliquée, bouleverse ses proches en leur expliquant avoir passé six mois dans un ailleurs illuminé par une nature foisonnante aux couleurs anormalement intenses, peuplé d'êtres magnifiques aux pouvoirs surnaturels.
Malgré certains détails troublants (notamment cette apparente jeunesse qu'a conservé Tara, qui ressemble en effet davantage à l'adolescente de seize ans qu'elle était au moment de sa disparition qu'à une quadragénaire), sa famille, son ex petit ami et le psy qu'elle accepte volontiers de consulter sont plus que sceptiques...
Sa disparition, puis l'absence de Tara ont laissé dans son entourage de douloureux stigmates. Ses parents semblent avoir prématurément vieilli, son frère est hanté depuis l…