"A la croisée des mondes" - Philip Pullman

Ce n'est pas (que) pour les enfants.


Dans un monde où...
... les ours parlent et portent des armures,
... les sorcières se déplacent en volant sur des branches de sapin,
... chaque humain est lié à son "daemon", créature qui, sous l'aspect d'un quelconque animal, fait partie intégrante de l'individu auquel il est rattaché par un fil invisible...
Dans ce monde vit Lyra, pré-adolescente au caractère de peste, dont l'extraordinaire destinée va entraîner le lecteur dans une suite d'aventures fantastiques et passionnantes.

Philip Pullman possède à la perfection l'art délicat de dépeindre l'imaginaire. L'équilibre est habilement maîtrisé, entre répondre aux attentes de l'enfant qui sommeille dans le cœur de chaque lecteur, qui réclame son comptant d'émerveillement convenu mais réjouissant (des animaux qui parlent, une héroïne intrépide et insoumise, des objets aux fonctions magiques) et satisfaire les besoins plus obscurs des adultes que nous sommes, d'histoires sordides, de noirceur, d'intrigue construite de façon à rendre l'irrationnel presque crédible, ou en tous cas imaginable...

Scènes de torture, héros à la personnalité trouble, enfants tour à tour victimes et meurtriers... l'auteur
nous livre une véritable épopée où la violence et la cruauté ne sont pas en reste ! Et il maintient notre intérêt sur 3 tomes*, une demi-douzaines de mondes parallèles et une galerie de personnages qui n'a rien à envier aux récits mythologiques.

Mais Philip Pullman va encore plus loin. C'est presque une morale qu'il réinvente dans cette "Croisée des mondes", stigmatisant les dogmes religieux de façon quasi blasphématoire, y opposant un troublant hommage à la nature, puissante mais victime de la mégalomanie des hommes, une nature dont la variété et l'harmonie sont en elles-mêmes suffisamment extraordinaires pour ne pas avoir besoin d'être justifiées par l'intervention d'un quelconque créateur. C'est aussi une ode à la liberté d'esprit, à la science et au savoir qui éveillent les âmes, qui rendent les individus plus forts et plus avisés, à l'inverse des dogmes liberticides et de l'obscurantisme.

A la fois quête initiatique, roman d'aventures, récit ésotérique, philosophique... le tout porté par une écriture fluide et efficace : cette lecture fut un vrai moment de plaisir !



*"Les royaumes du Nord", "La tour des anges" et "Le miroir d'ambre".

Commentaires

  1. Ah ça oui, violence et cruauté, c'est peu de le dire. D'ailleurs les dernières éditions du livre étaient des Folio "adultes", ce que je trouve débile - un peu comme une trahison de l'esprit du livre (car Pullman avait bien écrit un roman jeunesse à l'origine). Mais c'est terrible ; parce que plus les années passent plus il devient inacceptable aux yeux des éditeurs (ou des parents, ce qui revient au même) qu'une histoire pour ados ou pré-ados puisse être sombre, voire lugubre... bref plus proche de la vie que les aventures des bisounours (je ne dis pas qu'il n'y a pas eu une mode il y a quelques années avec une surenchère de romans jeunesses un peu glauques et nazes... mais l'excès inverse n'est pas mieux) ; et l'actuel succès de Twilight est bien à l'image de cette époque...(oui je cause tout seul, je m'en rends bien compte, mais pour une fois que j'ai un peu temps pour laisser des com' ici...)

    RépondreSupprimer
  2. En fait, à 9 ans, ma fille a abandonné dans le deuxième volume parce qu'elle trouvait ça trop effrayant.
    Ce qui prouve que les enfants (en tout cas ma fille) peuvent discerner par eux-mêmes ce qu'ils sont capables d'encaisser. Elle y reviendra sans doute plus tard.
    Ça ne veut pas dire que les parents ne doivent pas les accompagner au cas par cas, mais que les éditeurs généralisent, c'est un peu dommage.
    Les livres de Pullman ne sont pas du tout "dangereux" pour les enfants, bien au contraire !
    (Tu vois Thomas, tu n'es pas tout seul ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Et puis il y a des âge recommandés, aussi (et pour cette série je ne l'ai pas sous les yeux... mais ça m'étonnerait que ce soit 9 ans...)...

    Mais c'est vrai que comparativement, il y a dix ans (un peu plus) le triomphe de la littérature pour ado c'était Pullman... aujourd'hui, c'est Twilight, et quand on voit de quoi il retourne on a carrément l'impression d'une régression (pas seulement dans la noirceur, mais aussi dans les thèmes, d'une manière générale).

    Salut Zaph, ça va ? ;-)

    RépondreSupprimer
  4. Oui, neuf ans, c'est sans doute limite. POurtant, dans Harry Potter, il y a aussi des passages assez durs, et ça, elle les a engloutis sans problème. C'est pour ça que je m'étais dit "on va passer à Pullman", mais là ça a coincé.

    [Oui, ça va bien. Je suis sur le blog alors que je devrais bosser !]

    RépondreSupprimer
  5. Oui mais dans Harry les passages durs n'arrivent pas tout d'un bloc, elle a eu le temps de se familiariser avec l'univers... là chez Pullman, l'univers est vraiment très froid au début, et dès la première apparition de Mrs Coulter c'est vachement flippant...

    RépondreSupprimer
  6. Tout à fait d'accord avec toi, Thomas.
    Et d'ailleurs, à une époque où la littérature jeunesse offrait un choix plus limité qu'aujourd'hui, quelles étaient les auteurs de prédilection des ados en matière de "fantastique"? : King, Poe,... ceci devrait effectivement faire réfléchir les éditeurs non seulement sur la capacité des jeunes à lire de vrais romans "sombres", mais surtout sur leurs goûts, qui les portent volontiers vers ce genre de romans, à condition de les y inciter un peu...
    J'ai fortement suggéré à ma fille de 15 ans (par ailleurs elle aussi sous le fade charme de "Twilight") la lecture de cette trilogie, et elle est enchantée (ouff, une de sauvée).

    Zaph, je te trouve un peu dur avec ta fille : la mienne (l'autre) qui a 10 ans, a déjà du mal à traverser le couloir la nuit pour aller faire pipi et en plus, il lui faut un bon mois pour lire une trentaine de pages (si je ne te connaissais pas que virtuellement, je me dirais qu'elle tient de toi...)

    RépondreSupprimer
  7. Ça m'étonnerait. Moi je n'ai pas peur d'aller faire pipi tout seul la nuit !

    RépondreSupprimer
  8. Je ne peux que souscrire à ton commentaire, Ing . Quand j'étais moi-même gamin (disons jusqu'à l'âge de 12 ans) je préférais encore ne pas lire plutôt que de lire de la littérature jeunesse... et que je me suis mis sérieusement à lire, c'étaient des trucs d'adultes. Dans le fond, la limite entre les deux est particulièrement poreuse. Un ado regarde des films ou des séries qui ne sont pas réservés aux ados, pourquoi dès lors devrait-il lire une littérature spécifique ?

    RépondreSupprimer
  9. Je n'ai jamais lu Pullman en revanche j'ai lu les 4 volumes des Twilight... Et j'ai beaucoup aimé, je dois être stupide donc... :-))

    RépondreSupprimer
  10. Personne n'a dit que Twilight était stupide :-)

    Juste que c'était très chaste et mignon, assez inoffensif, quoi. C'est pas pareil ;-)

    RépondreSupprimer
  11. Ok pour le chaste et inoffensif :-))

    RépondreSupprimer
  12. Tout à fait... la preuve, ma fille a aimé, et elle est presqu'aussi intelligente que sa mère!

    RépondreSupprimer
  13. Pullman et sa trilogie sont vraiment très bons. Bien plus fouillés que Harry Potter.
    Moi je le conseille et je l'offre à des ado ou des jeunes adultes. J'en connais même des très sensibles qui n'ont pas pu lire....
    L'an dernier j'ai relu les 7 HP et puis les 3 Pullman dans la foulée. C'est vraiment un univers bien plus complexe.

    RépondreSupprimer
  14. Pour ceux qui lisent l'anglais, il y a un article aussi amusant qu'inquiétant ici :

    http://www.guardian.co.uk/books/2009/sep/30/american-library-association-banned-books

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire