"La trilogie de Gormenghast" - Mervyn Peake

-Entrée : "Titus d'Enfer"
-Plat : "Gormenghast"
-Dessert : "Titus errant"

L'univers dans lequel nous plonge Mervyn Peake tient à la fois du grandiose et du sordide, à l'instar de ses personnages qui se révèlent tour à tour magnifiques et pouilleux, extraordinaires et pitoyables. Souvent laids, bizarres, ils évoluent dans une atmosphère lourde et obscure, comme si la masse du vaste domaine de Gormenghast pesait à la fois sur les héros et l'ambiance.

Qu'est-ce au juste que Gormenghast, d'ailleurs ? Plus qu'un château, c'est un monde, immense, labyrinthique, délabré, un territoire qui se suffit à lui-même, et dont les habitants n'imaginent pas qu'il existe autre chose ailleurs. La vie y est rythmée, depuis des siècles et des siècles, par les mêmes rituels, consignés dans d'innombrables ouvrages, et auxquels personne n'imagine même pouvoir déroger.
On comprend aisément dès lors le caractère morose et taciturne de la plupart des protagonistes : le respect de ces rituels, qui concernent notamment le maître des lieux : le Comte d'Enfer -Lord Tombal pour les intimes- ne laisse que peu de place à la spontanéité ou à la détente... en effet, bien que la plupart des habitants du château aient des comportements que l'on pourrait qualifier de fantaisistes, ils ne dégagent paradoxalement aucune joie de vivre, cette fantaisie étant davantage synonyme d'excentricité que de joie. Ainsi la Comtesse d'Enfer (Lady Gertrude), femme laconique au physique magistral, qui communique plus avec les oiseaux et ses centaines de chats blancs qu'avec ses propres enfants, envers lesquels elle ne semble éprouver aucune affection. Ou encore sa fille Fuschia, qui se comporte comme une sauvageonne malpropre et qui, entre autres lubies, collectionne les souches d'arbres...
Et il ne s'agit là que de deux exemples parmi la galerie de personnages haut en couleur, parfois très truculents, qui peuplent ce récit.
C'est dans ce contexte que naît le fils du couple d'Enfer, le soixante-dix-septième Comte de Gormenghast : Titus. Titus est vilain, doté d'étranges yeux violets, et contrairement aux autres petits enfants, ne sourit jamais, au grand dam de sa nourrice...

"Titus d'Enfer", premier tome de cette trilogie, couvre les sept premières années de l'existence de cet illustre héritier. Il immerge le lecteur dans une ambiance baroque et ténébreuse, le familiarise avec des personnages merveilleusement décrits (physiquement comme psychologiquement). En évoquant de sombres prémonitions, l'auteur y insuffle également un avant-goût de malheur à venir, qui accentue encore davantage l'aspect maléfique et délétère de l'atmosphère qui règne sur Gormenghast.

"Gormenghast" est justement le titre du deuxième volume de la trilogie. C'est aussi le plus long et le plus dense.
Plus encore que dans "Titus d'Enfer", le domaine y est représenté comme une entité qui aurait presque une vie et une volonté propres. Lorsque l'auteur évoque une menace, c'est bien sur Gormenghast qu'elle pèse, et non directement sur ses habitants. Certains des personnages eux-mêmes d'ailleurs, ne se déterminent que comme des éléments de cette entité. Ce n'est toutefois pas le cas de Titus, qui, en grandissant, supporte de plus en plus difficilement la lourdeur des rituels imposés par le protocole. Il aspire à se réaliser par lui-même, en tant qu'individu, et non comme le représentant d'une lignée séculaire. Il rêve, même, de quitter le château, et de partir à la découverte du monde, si ce monde existe... car en dépit des aspirations du jeune garçon, rien n'indique non plus dans cet opus qu'il y ait, hors du domaine, un ailleurs...
Et en attendant, les forces maléfiques déjà à l'oeuvre dans "Titus d'Enfer" continuent leur funeste progression, l'atmosphère devient de plus en plus glauque et sombre... L'auteur l'exprime en développant davantage son sens du lyrisme et de la métaphore. Sous sa plume, une simple ombre se dote de vie et se fait menaçante, quelques nuages deviennent les prémices d'une catastrophe à venir... Mervyn Peake prend également tout son temps pour détailler les motivations et états d'âme de ses protagonistes, mais il nous offre aussi des dialogues remarquables de cocasserie qui ponctuent la lecture de moments parfois très drôles.

Tout cela fait de "Gormenghast" un récit foisonnant, passionnant, qui vous tient en haleine jusqu'à un final qui ne déçoit pas !

Avec "Titus Errant", qui clôt la trilogie, Mervyn Peake nous offre quelque chose de différent : un voyage halluciné, tourbillonnant...

Titus a quitté Gormenghast, et nous le retrouvons au début de ce récit perdu et à bout de force dans un monde qui lui est totalement inconnu.
Sa conscience oscille entre rêve et réalité ; le style se fait saccadé, nous imprégnant du cauchemar éveillé de Titus, qui est pourtant en train de réaliser ce à quoi il aspirait depuis si longtemps : découvrir le monde.
Et quel monde !! Qui aurait pu imaginer qu'il existait, hors du domaine, un univers si différent ? Le lecteur avait jusqu'à présent été plongé dans un environnement qui semblait intemporel, comme figé dans une sorte de société médiévale, où l'on s'éclairait à la bougie, et où le seigneur du château étendait son pouvoir sur ses terres de génération en génération et ce depuis des siècles... et là, il est question d'ascenseurs, de machines volantes, et surtout d'une population qui n'a jamais entendu parler de Gormenghast, ni a fortiori d'un éventuel Comte d'Enfer...
Quel choc pour Titus, qui croyait vivre au centre du monde, et à qui ne déplaisait pas tant que ça les marques de déférence inhérentes à son statut. Devenu anonyme, et surtout méconnu, misérable et pourchassé, il en finit lui-même par douter de l'existence d'un Gormenghast dont il devient de plus en plus nostalgique...
Ce n'est sans doute qu'à ce prix qu'il pourra comprendre qui il est et réaliser que même loin de son monde qu'il a tant voulu fuir, ses origines déterminent en grande partie l'homme qu'il est devenu.

A l'inverse d'un tome II dense et labyrinthique, le récit est ici composé d'épisodes courts. Le style est direct, efficace, nous découvrons de nouveaux personnages, une nouvelle intrigue et... c'est toujours aussi surprenant, captivant et fantastique !

Pour résumer, et vous m'en voyez grandement désolée pour vos bonnes résolutions PALesques, il faut lire la trilogie de Mervyn Peake,
AB-SO-LU-MENT !
Et si vous n'êtes toujours pas convaincu(e), je vous invite à lire l'avis de Thomas, ICI, LA et LA.

Commentaires

  1. Un livre que je cherche depuis quelques semaines mais qui est malheureusement introuvable en librairie, surtout dans la collection Phébus qui n'a plus été réédité depuis. Il ne me reste plus qu'Amazon pour le premier tome. Bravo pour ton billet ! Il donne davantage envie de lire cette trilogie !

    RépondreSupprimer
  2. J'espère que cette lecture te procurera autant de plaisir qu'à moi.
    J'avais acheté les 3 volumes chez Virgin, tout simplement, chez "Points", édition de poche, si je me souviens bien...

    RépondreSupprimer
  3. Une trilogie vraiment sublime et complétement unique en son genre. Des personnages inoubliables, un style à la fois maitrisé et totalement fantasque. De l'humour souvent aussi. Bref, le genre de trouvaille qui confirme qu'il y a vraiment des trésors cachés parmi tous les livres.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne peux que souscrire à ce commentaire...
      Cette trilogie est réellement fabuleuse, et un moment de plaisir à ne pas manquer !

      Supprimer
  4. C'est marrant, je reviens 4 ans plus tard et je me souvenais plus que c'était toi qui m'avait donné envie de lire cette trilogie. Sache qu'un mois après le 1er commentaire, on m'a offert les trois tomes (éd. Point). J'ai du commencé le 1er tome juste à ce moment-là, mais tellement déstabilisée par l'univers et l'écriture farfelue, j'avais arrêté, laissant jaunir les livres sur l'étagère. J'me dis que, ayant pris quelques années dans la face (ça nous rajeunit pas tout ça) et ayant acquis un peu plus d'expérience livresque, je vais m'y remettre et cette fois-ci pour de bon !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais adoré cette trilogie, justement à cause de l'univers farfelu, et des personnages complètement déjantés. Un mélange de gothique et de démence.. j'espère que si tu tentes un nouvel essai, il sera plus concluant !!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire