"Marche ou crève" - Richard Bachman (Stephen King)

"L'acte d'écrire peut ouvrir tant de portes, comme si un stylo n'était pas vraiment une plume mais une étrange variété de passe-partout".
(Stephen King - "La ligne verte")


La maîtrise de l'art du suspense n'est pas donnée à tout le monde...

Et il semble bien qu'en ce domaine, les clés de la réussite ne se trouvent pas toujours, comme on pourrait le croire, dans la capacité à monter une intrigue inventive et riche de rebondissements spectaculaires, ou dans celle à mettre en scène des personnages aux caractéristiques marquées, propices à induire une action soutenue ou à instaurer une atmosphère oppressante...

Prenez Stephen King, par exemple... qui est capable, avec un point de départ a priori stérile et simplissime, de vous tenir en haleine sur plusieurs centaines de pages. Qui, avec une poignée de protagonistes ordinaires et un décor encore moins varié que celui d'un feuilleton TV de série Z, trouve le moyen de vous angoisser avec une intensité comme peu d'autres sauraient le faire.
Je pense notamment à son roman "Cujo", dont l'action se déroule principalement dans l'habitacle d'un véhicule duquel une femme et son fils sont prisonniers, menacés par un chien enragé qui les empêche d'en sortir.
Je pense aussi à "Jessie", qui met en scène une jeune femme se retrouvant enchaînée par des menottes au lit situé dans le chalet isolé où elle est venue passer quelques jours avec son mari, ce dernier ayant fait un arrêt cardiaque au cours de leurs jeux érotiques...

Le synopsis de "Marche ou crève" peut également, au départ, laisser songeur... 
Suivre pendant presque 400 pages un groupe d'adolescents qui marchent sur une route n'a rien d'une perspective excitante. Et pourtant, une fois de plus, le charme opère, vous attendez impatiemment la fin de votre journée de travail pour pouvoir vous replonger dans cet haletant récit, puis vous retardez le moment d'éteindre votre lampe de chevet malgré les picotements oculaires qui vous alertent sur l'heure tardive...

Alors... quel est le secret du King ?
Réside-t-il justement dans le caractère ordinaire de ses personnages, qui rehausse les petits actes d'héroïsmes de certains d'entre eux, les rendant d'autant plus spectaculaires et émouvants ?
Est-il lié au fait que le lecteur s'identifie d'autant plus facilement aux individus qu'il met en scène que leur "normalité", et donc leurs faiblesses, leur cruauté, leurs élans de générosité ou de courage, bref, leur complexité, lui sont familiers ?
Sans doute... mais c'est aussi que l'auteur maîtrise à merveille cette subtile alchimie qui mêle sens du rythme, trouvailles géniales parce que d'une simplicité étonnante (cette capacité à transformer d'insignifiants détails en événements révélateurs et pourvoyeurs d'une sourde angoisse mériterait un billet à part), utilisation du moindre élément de l'environnement du récit pour alimenter une atmosphère oppressante...

Arrêtons-nous là ! 
Inutile de détailler toutes les ficelles utilisés par Stephen King pour rendre son roman si captivant. Je n'ai pas la prétention de les avoir toutes décelées, et surtout peu importe, le principal pour le lecteur étant finalement le résultat. En l’occurrence, une réussite !
Afin de vous permettre d'apprécier à votre tour le talent de l'auteur pour parvenir à éveiller votre intérêt avec une intrigue que l'on pourrait presque qualifier de "pauvre", vous remarquerez que je ne vous ai quasiment rien dévoilé de l'histoire de "Marche ou crève"...
A vous de succomber !

>> Deux autres titres pour découvrir Stephen King :
"Histoire de Lisey"
"La part des ténèbres".

Commentaires

  1. S. King, j'ai jamais osé, ça me fait trop peur! il y en a peut être des moins glauques que d'autres. Mais pour l'instant, jamais essayé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et pourtant, c'est excellent !

      Effectivement, certains de ses romans sont moins "horrifiques" que d'autres, mais je ne sais pas trop lequel te conseiller car il me semble que la notion et la perception du "glauque" sont relatives en fonction du lecteur...

      Supprimer
  2. Ah ben c'est ballot, tu m'as donné envie de lire ce livre ! un des rares que je n'ai pas lu de l'auteur ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Lu adolescent, cela reste un de mes favoris dont je garde un souvenir ému. Ta critique me laisse partagé entre une furieuse envie de le relire, au risque d'être déçu, et le plaisir raisonnable de souvenirs ténus mais très positifs rappelés en mémoire de loin en loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne crois pas que tu serais déçu. J'ai moi-même relu Shining une vingtaine d'années après la première fois et... le plaisir était intact !

      Supprimer
  4. Ce livre de Stephen King, sous le pseudo de Richard Bachman, est incontournable !

    Davantage d'informations sur Richard Bachman :
    http://club-stephenking.fr/851-richard-bachman-pseudonyme-stephen-king

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour, et merci pour la visite et le lien !
      A bientôt sur votre Club...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire