"Le ciel des chevaux" - Dominique Mainard

"Il manque des années à ma vie comme il manquerait des doigts à ma main, quelques centimètres à l'une de mes jambes, je boitille sans relâche d'un bout à l'autre du ruban, quelqu'un a coupé le fil, les deux extrémités flottent librement et il m'est impossible de les renouer."

La lecture du roman "Le ciel des chevaux" est ma première expérience avec Dominique Mainard. 
J'ai été immédiatement séduite par son écriture à la fois riche et fluide, empreinte d'une intense sensibilité, et sa narratrice, Léna, m'a émue d'emblée. L'auteure nous fait ressentir avec force sa fragilité, et la fêlure en elle qui semble la détacher du monde.

Les éléments de l'intrigue nous sont communiqués avec parcimonie, et il en résulte une atmosphère énigmatique, inquiétante. Certains indices nous font entrevoir de sombres secrets, des pans d'un passé que Léna semble avoir partiellement oublié, mais qui recèle de terribles événements.

Ce passé va la rattraper, sous la forme d'un vagabond qui a élu domicile dans le bois du parc situé près de chez elle. Lorsqu'elle entend certaines rumeurs à son sujet, elle sait sans l'avoir vu qu'il ne peut s'agir que du frère dont elle n'a pas eu de nouvelles depuis des années, et avec lequel elle a entretenu une relation singulière.
Elle a toujours caché son existence à son mari et à son fils, comme s'il s'agissait d'un tabou, ou un secret trop lourd à avouer. C'est donc à leur insu qu'elle tente de prendre contact avec le mystérieux vagabond.

L'auteure dévoile peu à peu l'histoire de Léna et de son frère, alternant le récit des étapes de leurs retrouvailles avec la transcription des souvenirs parfois confus de la jeune femme, jusqu'au moment où passé et présent vont s'entrechoquer...

C'est avec une grande habileté que Dominique Mainard mène son intrigue, nous attachant fortement à ses personnages brisés, inadaptés à la "normalité", et nous invitant à une sombre incursion dans l'univers de la folie.

Commentaires

  1. D'elle, j'ai lu "Pour vous" que j'ai aussi apprécié. La PAL contient un autre de ses romans : "Je voudrais tant que tu te souviennes", que je découvrirai très bientôt, puisque ton commentaire éveille l'envie de me replonger dans l'univers de cette auteure. Si j'aime ce second livre, sans doute lirai-je "le ciel des chevaux" qui semble, lui aussi, très prometteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Je voudrais tant que tu te souviennes" est aussi dans ma PAL.
      Si une lecture commune te tente..

      Supprimer
    2. Oh oui, tout à fait ! Excellente idée. En juillet, possible pour toi? :)

      Supprimer
    3. Oui, tout à fait !
      Est-ce que le 10 te convient ?

      Supprimer
  2. Parfait pour moi. Je note ;)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire