"Kolka" - Bengt Ohlsson

L'âge de glace ?

"Kolka" est la transcription des pensées d'une adolescente dont nous ne connaitrons jamais le prénom (car non, ce n'est pas Kolka). Son père s'étant remarié avec une richissime anglaise, ils quittent leur Lettonie natale pour s'installer dans le château où vit celle-ci en compagnie de sa fille de dix ans et d'une armée de domestiques.

La personnalité de la narratrice est difficile à cerner. Elle se livre peu, semble avoir des difficultés à exprimer ses émotions, qu'elle refoule au point de paraître, par moments, complètement insensible.
D'après ce qu'elle relate de sa vie quotidienne, nous comprenons que c'est une jeune fille assez taciturne, peu expansive, qui ne fait pas de vagues. Malgré la haine et le mépris qu'elle semble éprouver pour sa belle-mère, elle se montre conciliante et évite toute contradiction.
Dès qu'elle le peut, elle surfe sur internet, son refuge... drôle de refuge : inscrite sur des sites pornographiques, l'héroïne noue des relations virtuelles de nature perverse avec un individu surnommé Loup Solitaire.
Même lors de ces échanges malsains, elle fait preuve d'un étrange détachement, et d'une absence de conscience du mal atterrante.

"Kolka" est un curieux roman. On ne sait pas vraiment où nous mènent Bengt Ohlsson et son héroïne morose qui, il faut bien le dire, n'est guère attachante. A l'image des rapports qu'entretient l'adolescente avec son "ami" virtuel, on a le sentiment d'évoluer dans un monde où tout est permis, parce que rien ne semble vraiment réel et n'est donc vraiment dangereux. On pressent néanmoins, avec une angoisse grandissante, le moment où la réalité va rattraper la jeune fille...

... et là, quelle déception ! L'auteur nous sert une fin mal ficelée, dégoulinante de bons sentiments !

C'est dommage, car je reconnais à ce roman des qualités certaines. Portrait dérangeant mais crédible d'une adolescente déboussolée, incapable d'accueillir et donc de gérer ses émotions, "Kolka" nous permet d'imaginer le résultat de l'association entre son mal-être et ce que la communication via internet lui apporte : l'impunité -certes trompeuse- et une réconfortante distanciation affective.

>> C'est Nina qui a éveillé ma curiosité.

Commentaires

  1. J'ai lu "Syster" du même auteur et je ne suis pas loin de n'avoir rien compris à ce livre et à son intérêt...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que de toutes façons, je ne renouvellerai pas l'expérience...

      Supprimer
  2. Ah nooon! Ton billet avait attisé ma curiosité et l'ouvrage semblait prometteur! C'est bien dommage...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est dommage car il y a dans ce roman de bonnes choses malgré tout mais cette fin, bon sang !!... J'ai encore du mal à m'en remettre !
      Pour résumer, je dirais que c'est pour moi un ouvrage dispensable.

      Supprimer
  3. Rha mais tu me donnes envie de savoir quand meme (desolee pour les non-accents j'ecris avec un clavier qwerty!), elle se maria et eut beaucoup d'enfants avec le monsieur bizarre des trefonds des internets? ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nooonn, même pas... disons que pendant la majeure partie du récit, l'auteur entretient un suspense assez prenant : un meurtre se profile, peut-être, et tout cela retombe brutalement comme une chantilly mal battue !
      Non, vraiment, le lire que pour n'en connaître la fin serait pour moi une vraie perte de temps...

      Supprimer
  4. J'ai failli être tentée aussi...
    What a pity !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il vaut mieux que tu gardes ton temps pour d'autres lectures..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire