"La poupée" - Daphné Du Maurier

Very smart...

Vous pourriez constater, en consultant l'index de ce blog, mon intérêt pour les écrits de Daphné Du Maurier, dont je suis une grande admiratrice. Sa capacité à en dire long en peu de mots, l'élégance de son écriture, la finesse de son analyse des rapports humains... En deux mots : la classe !

Vous comprendrez donc aisément qu'en découvrant que des nouvelles inédites de la dame venaient d'être publiées, je me suis jetée dessus... En plus du texte éponyme, "La poupée" regroupe des récits de jeunesse dont certains sont parus dans diverses revues.

Ce recueil ne m'a pas déçu. J'y ai retrouvé toutes les qualités que l'auteure de "Rebecca" a développé dans ses écrits suivants, romans comme nouvelles.
Le point commun aux textes réunis ici, est qu'ils traitent presque tous des relations hommes/femmes, et que Daphné du Maurier y explore comme elle sait si bien le faire les replis secrets et inavouables que recèle l'esprit humain.
Qu'il s'agisse de la lassitude qu'éprouve un couple qui ne sait plus communiquer, où de l'horreur ressentie par celui qui découvre l'ampleur de la perversion qui habite l'être aimé, elle trouve toujours les situations idoines et le ton juste pour exprimer les émotions de ses personnages.

Au besoin, elle manie également l'humour, toujours avec subtilité, ainsi qu'elle le démontre notamment dans "Notre Père", où elle fustige avec une ironie réjouissante l'hypocrisie et la vénalité d'un pasteur qui cache ces vices sous une respectabilité sans tâche et une bonhommie rassurante pour des ouailles qui ne jurent que par lui !
L'homme de Dieu qui campe le personnage principal de ce texte n'est pas le seul à faire l'objet de sa plume acérée... En imaginant les destins de jeunes filles précocement instruites des désillusions que leur réserve la vie (dans "Le minet", entre autres, ou dans "Notre Père", toujours), elle se montre à la fois clairvoyante et critique quant au sort réservé à celles qui n'auront pas su s'armer contre le conservatisme d'une société victorienne où le pouvoir est surtout masculin...

Mais ce que je préfère sans doute, dans les nouvelles de l'auteure, c'est lorsqu'elle les teinte d'une nuance fantastique, comme c'est le cas dans le texte qui donne son titre au recueil, où celui qui ouvre le volume ("Vent d'Est"). Au surnaturel, l'auteure mêle une touche d'érotisme sulfureux, voire pervers, qui motiva dans un premier temps le refus par les éditeurs de publier "La poupée". Car la sage Daphné, dont l'existence eut les apparences d'un long fleuve tranquille (voir, pour plus de détails, ce "Portrait maison"), s'appliqua dans son œuvre à développer des thèmes osés pour son époque, d'autant plus qu'ils étaient abordés par une femme ! A l'encontre de l'hypocrisie régnant alors, elle n'a pas craint de se pencher sur les mécanismes du désir féminin, ou d'évoquer les états d'âme de femmes de petite vertu...
Elle le fait avec esprit et intelligence, suggérant plus qu'elle ne décrit, mais son propos est toujours explicite.

Ces nouvelles, écrites à l'aube d'une longue et talentueuse carrière, méritent davantage que d'en être définies comme les prémisses... Même si j'ai moins aimé certains textes -mais ils sont peu nombreux-, ce recueil n'a rien de l’œuvre d'une débutante, et c'est sans hésitation que je le qualifie d'excellent !

J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec Athalie : son avis est ICI.

>> D'autres titres pour découvrir Daphné Du Maurier :
*Mad
*L'auberge de la Jamaïque
*Le bouc émissaire
*Le Mont Brûlé
*Les oiseaux
*La Maison sur le rivage

Commentaires

  1. J'ai entendu parler de ce recueil lors d'une des émissions estivales de François Angelier, "Coupe sombre" : et bien sûr, il m'a donné bigrement envie. De lire ce recueil mais aussi d'autres romans de Du Maurier que je n'ai pas assez lue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et le choix est vaste car sa bibliographie est fournie. Il me reste à moi aussi pas mal de titres à découvrir, et je m'en réjouis !

      Supprimer
  2. La malédiction internet a frappé ce livre !!! ou les foudres victoriennes ? mais enfin ouf, note publiée, il y a cinq minutes, et je découvre ton avis, fort semblable au mien.... Sauf peut-être pour l'aspect fantastique, que j'ai moins aimé dans "la poupée", c'est surtout l'aspect sulfureux de ses analyses du dessous des cartes dont je me suis régalée. La classe, comme tu le dis, au vitriol. Il me reste à publier une note sur son roman "Ma cousine Rachelle" que j'ai adoré aussi. Merci encore pour cette découverte et cette lecture commune, un peu bousculée de mon côté. A bientôt :

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà donc une LC fructueuse, même si cette lecture a parfois représenté pour toi le parcours du combattant !
      Ma cousine Rachelle est un des titres qu'il me reste à lire de cette auteure, j'attends ton avis avec impatience.

      Supprimer
  3. Nous avons vraiment des affinités littéraires, car j'ai toujours aimé Daphné du Maurier, dans ses romans comme dans ses nouvelles, et j'ai repéré celui-ci depuis un petit moment, autant dire que ton billet attise ma gourmandise ! Il faut d'abord que je lise une bonne dizaine de romans de la rentrée, mais après... je cèderai à la tentation. Beau billet en tout cas.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Gaëlle,

      C'est vrai que nous avons pas mal de coups de cœur communs...
      Je suis sûre que ce recueil te plaira, on y retrouve tout ce qui fait le sel des récits de Daphné Du Maurier, cette lucidité et cette façon de manier l'ironie avec élégance.

      Supprimer
  4. Savez-vous que Daphné du Maurier, auteure britannique a des ancêtres français originaires du sud de la Sarthe et du nord de l'Indre-et-Loire ?
    Les associations du "Pays de Racan" organisent 3 manifestations la concernant :
    - le 4 octobre prochain à Neuvy-le-Roi (37) : ascendance de Daphné (conférence).
    - le 6 octobre prochain à Chenu (72) : randonnée sur les pas des ancêtres de Daphné.
    - le 18 octobre prochain à Neuvy-le-Roi (37) : conférence sur les liens qui existent entre Peter Pan et Daphné.
    Et cherry on the cake, tout cela est gratuit.

    RépondreSupprimer
  5. Dommage, toutes ces animations se déroulent un peu loin de chez moi, mais merci pour ces précisions.
    Je connaissais en effet cette ascendance française, ayant eu à faire des recherches sur cette auteure pour réaliser une sorte de "mini portrait"...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire