"Les gouffres" - Antoine Choplin

Au fond ou au bord des ... ?

Les gouffres d'Antoine Choplin peuvent être réels aussi bien qu'imagés.

L'auteur de ces textes magnifiques que sont "Le héron de Guernica" et "La nuit tombée", met la musicalité de sa plume au service d'un court recueil de quatre nouvelles, qui ont comme principal point commun de prendre pied dans des univers désenchantés, voire dévastés.

Nous y trouvons, donc, de véritables gouffres, précipices insondables ayant fissuré ce qui ressemble à un paysage post apocalyptique, mais aussi de ces lieux qui abritent des abîmes de détresse, tels ce camp de prisonniers évoquant le goulag, ou bien cette société régie au sens propre du terme par une mécanique rigide, dont l'enraiement provoquerait le bouleversement du cours des choses...

Au cœur de ces mondes angoissants, à l'atmosphère quasi surnaturelle, des hommes et/ou des femmes fomentent des projets dans le but d'accéder à la liberté, sous des formes diverses. Ainsi, le voyage, la musique, ou simplement une touche de fantaisie osée dans un contexte d'intransigeante rigueur, sont les moyens de s'évader, mais pas seulement. En effet, pour trouver la force de concrétiser ces projets, les héros des "Gouffres" s'appuient sur les autres. Et c'est la solidarité et la connivence qui leur permettent à chaque fois de réaliser l'impensable.

Ces nouvelles sont pourtant dénuées de tout angélisme : le contexte en est sordide, et rien n'indique qu'elles se terminent bien. Elles se présentent simplement comme le témoignage du moment où, dans un monde désespéré et barbare, s'est manifestée une étincelle bienvenue d'humanité. 

Et bien sûr, c'est servi par une écriture toujours aussi belle, à la fois souple et poétique, qui donne à ces histoires que l'on ne saurait situer dans l'espace ou dans le temps, une sonorité particulière, dont l'auteur nous propose des variantes, en utilisant pour chacun de ses textes un procédé narratif différent, parfois même étonnant... mais le mieux est que vous découvriez par vous-même toutes les richesses de ce court mais riche recueil !

Commentaires