"Indigo" - Graham Joyce

De la fiction, tout simplement...

Jack Chambers quitte Londres pour Chicago, où son père, Tim, vient de décéder. Il n'a jamais été proche de ce dernier, ayant fait sa connaissance alors qu'il était déjà jeune homme, et la rencontre fut par ailleurs de courte durée. Seulement, le défunt l'a désigné comme son exécuteur testamentaire, tâche qui consiste entre autres à faire publier un étrange ouvrage qui délivre une méthode pour apprendre à distinguer l'indigo, couleur disparue du spectre, et à retrouver une certaine Nathalie, principale héritière de la fortune de Tim. A cette occasion, Jack revoit la demie-sœur entraperçue quelques années auparavant, et ne reste pas insensible au charme de celle qui est devenue une femme très séduisante.
La quête de la fameuse Nathalie les mène à Rome.

Vous trouverez les romans de Graham Joyce au rayon science-fiction de toute librairie. Mais si ses textes tournent en effet autour de thèmes du genre, ce sont sur d'autres aspects que réside leur principal intérêt.
Prenez, par exemple, "Indigo", où il est question d'invisibilité, sujet ô combien bateau et déjà traité -parfois même avec talent- par de nombreux autres écrivains.
Là où Graham Joyce fait preuve d'originalité, c'est qu'au final, personne, dans son roman, n'est invisible... 
Mais cela n'a aucune importance, le point de départ de son intrigue n'étant finalement qu'un prétexte, un contexte qui lui permet d'installer une ambiance bien particulière, et de générer entre ses héros des rencontres puis des relations qu'il s'applique à doter d'une passionnante complexité.

Baigné dans une atmosphère presque glauque, curieux mélange de sensualité et de mystère angoissant, le lecteur assiste aux tourments intérieurs dans lequel son attirance pour sa demie-sœur plonge Jack. Les descriptions précises et imagées des différentes lieux où se déroule l'intrigue, le sens de l'ellipse de l'auteur, qui entretient tout au long du roman une tension insidieuse, contribuent à rendre son récit très prégnant. 

"Indigo" ne compte aucun temps mort, et associe maîtrise et richesse narrative. Et c'est à la fois efficace et captivant... 

>> Un autre titre pour découvrir Graham Joyce :

Commentaires

  1. Les titres de cette collection ne sont pas toujours aussi effrayants que prévu... il y a d'ailleurs de petites pépites dedans...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que la mention "terreur" indiquée sur la couverture, n'est pas ici représentative...
      Et ce qui est dommage, c'est qu'elle peut repousser certains lecteurs.

      Supprimer
  2. Je me rends compte avec étonnement que je n'ai encore jamais lu cet auteur, il faudrait réparer cela. Je note tes deux références qui me tentent bien :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que Joyce n'est pas très connu, d'une manière générale, mais il mérite de l'être.
      J'espère que ce sera pour toi une découverte fructueuse..

      Supprimer
  3. Moi non plus, je ne connais pas l'auteur, ni le titre, ni la collection (quand c'est marqué terreur, je recule de trois pas ... ) mais vu le nombre de titres que j'ai découvert chez toi ... ben, je vais me laisser tenter ! parce que ce que tu dis d'un roman qui parle d'invisibilité alors qu'il n'y en a pas, je veux voir !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme quoi, il ne faut pas toujours se fier à l'emballage...
      J'espère que tu seras conquise !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire