"Destins" - François Mauriac

"Si on leur avait ouvert le cœur, on y eût trouvé inscrit les noms de toutes les fermes, de toutes les métairies dont la possession les tenait en joie, les fortifiait aux jours de traverses et de deuil - empêchait qu'aucun drame atteignit en eux le goût de la vie".

C'est visiblement une véritable obsession que nourrissait Mauriac pour le monde de la terre, plus précisément pour celui des propriétaires terriens. Une fois de plus, nous plongeons avec "Destins" au cœur de ces familles au sein desquelles les relations sont faites de rudesse et de sécheresse affective. 

Jean Gornac, maintenant octogénaire, est de ces êtres laborieux et sans imagination, hermétiques à la passion, dont l'univers se restreint aux arpents de vignes ou aux rangées de pins. Il a passé son existence à acquérir toujours plus d'hectares, et à intriguer dans le milieu politique local afin d'y placer ses relations. Le grand malheur de sa vie est de n'avoir transmis à sa descendance ni son sens des affaires, ni sa solidité d'homme travailleur et opiniâtre. L'un de ses fils est mort mystérieusement après avoir vécu à Paris une vie de pseudo artiste, et il n'a aucun contact avec le second. Il n'a plus que sa bru, Elizabeth, dont il admire le sens des affaires et la rigueur, et son petit-fils Pierre, un pédant trop "philosophe" à son goût, qu'il n'apprécie guère.

Il a pris sous son aile Augustin Lagave, fils de Maria Lagave, sa voisine paysanne. Il a financé les études de ce garçon prometteur qui ne l'a pas déçu, puisqu'il occupe à présent un haut poste dans l'administration des finances. Comme Jean Gornac, Augustin, en tant que père, n'a pas eu de chance : il méprise son unique enfant, Robert, sans doute autant qu'il s'estime lui-même.Il considère le jeune homme comme un faiblard, un bon à rien trop joli pour être honnête, et éprouve une honte intense, à l'idée de la vie qu'il mène parmi la jeunesse dorée de la capitale, faite de futilités et de débordements.
Pour l'heure, Robert se remet d'une pleurésie à la campagne, chez sa grand-mère Maria (qui ne l'estime pas davantage que son père), passant beaucoup de temps chez les Gornac, choyée par une Elizabeth attendrie par sa beauté et sa fragilité.

"Destins", à l'instar du Mystère Frontenac, est un roman qui s'attarde davantage sur l'histoire du "clan" que sur l'une ou l'autre de ses figures. L'évocation, parfois, d'une émotion, d'une pensée, nous fait bien pénétrer l'espace d'un instant dans les bouleversements d'une âme, mais ces fulgurances sont reléguées à l'arrière-plan, l'intrigue étant principalement centrée sur les interactions entre les personnages. François Mauriac y dépeint des relations intergénérationnelles faites d'incompréhension totale, deux mondes s'opposant par l'intermédiaire des pères et des fils : le monde provincial et austère de la terre, du labeur glorifié, et celui, clinquant, superficiel mais séduisant, des nuits parisiennes aux côtés d'une certaine jeunesse snob et aristocrate. 

Méconnu, ce titre est considéré dans l'oeuvre de François Mauriac comme un texte mineur. S'il n'a pas, en effet, la force et la précision de ses romans plus illustres, il n'en constitue pas moins l'occasion d'une lecture agréable (grâce, toujours, à cette fluidité de l'écriture propre à l'auteur), pendant laquelle on ne s'ennuie pas une seconde.


Cette lecture a été initiée dans le cadre du rendez-vous mensuel auquel vous convie la Coterie des Sagouines, que vous pouvez, si le cœur vous en dit, rejoindre : plus de détails ICI.

Athalie et Miss Sunalee en sont déjà : leur avis sur "Destins" ICI et LA...


Les autres titres déjà chroniqués par La Coterie :

Génitrix, par Athalie et Ingannmic
La Pharisienne, par Athalie et Ingannmic
Le mystère Frontenac, par Athalie et Ingannmic
Thérèse Desqueyroux, par Athalie, Miss Sunalee et Ingannmic

Commentaires

  1. Ce qui m'intrigue dans ce roman, c'est les non-dits ... Qu'a-t-il pu faire de si honteux le Bob ? On s'en doute bien, tu me diras ... mais le Mauriac, il ne veut pas le dire à un point qui en dit long, finalement ! je n'ai pas m'empêcher de voir sa réincarnation en Elisabeth, frémissante devant la sensualité interdite ... Une lecture peut-être à courte vue ?
    Pour le suivant, une idée ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est terrible mais... je l'ai lu en septembre, et je ne me souviens déjà plus des détails !
      Ou en tous cas pas de tous : j'ai oublié que le Bob avait un secret honteux, mais je me souviens de ces bouffées d'Elisabeth, nostalgiques de frissons qu'elle n'a pas connus... peut-être Mauriac a-t-il mis en effet un peu de lui dans ce personnage...
      Pour la suite je serais bien tentée par Les anges noirs, j'ai l'impression qu'il sort un peu des thèmes habituels de l'auteur. Je voulais aussi te parler d'un livre sorti sur Claire Mauriac, la mère, à propos duquel j'ai lu d'excellents avis. Je me disais que cela pourrait être intéressant de le lire en complément de l'oeuvre ? Pas forcément de suite, bien sûr..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire