"Mary Anne" - Daphné Du Maurier

Oeuvre mineure...

"Mary Anne", c'est avant tout le récit d'une destinée, et le portrait d'une femme atypique.

Tout commence dans un quartier miséreux de Londres, à la toute fin du XIXème siècle. Aînée de trois enfants, Mary Anne est une petite fille dégourdie et intelligente. Elle a même appris à lire et à écrire en aidant son beau-père à corriger les épreuves que lui confie une imprimerie spécialisée dans la publication de pamphlets qui visent la politique extérieure du gouvernement et relaient les ragots touchant les grands de la cour. Le responsable de ladite imprimerie, impressionné par son aplomb et et ses capacités, prend en charge son éducation dans un établissement pour jeunes filles.
Lorsqu'elle en sort, à seize ans, sa fraîcheur et son assurance attire le regard des hommes, et Mary Anne ne pense qu'à une chose : s'échapper de l'impasse populeuse de Bowling Inn où végète sa mère, qui a de plus en plus de mal à joindre les deux bouts, depuis que son époux l'a quittée.

Bien que futée, Mary Anne n'en est pas moins une jeune fille que son aspiration à une autre existence et son manque d'expérience rendent naïve. Elle est ainsi rapidement séduite par le premier quidam dont la prétention, les ambitions et la soi-disant appartenance à une famille en vue lui font entrevoir les possibilités d'un avenir radieux... A seize ans, elle épouse donc Joseph, dont les promesses de richesses et d'élévation sociale ne font pas long feu. Mary Anne se retrouve bientôt mère de trois enfants, à subir les échecs successifs d'un mari fainéant et alcoolique.

L'histoire, semblable à tant d'autres, aurait pu s'arrêter là... Cela aurait été sans compter sur la volonté de fer de Mary Anne, son aspiration forcenée à devenir quelqu'un.

Laissant son mari aux bons soins de sa belle-famille, mais emmenant ses enfants avec elle, elle tient salon dans une luxueuse demeure, devient courtisane de luxe, se fait des relations. Son ascension culmine lorsqu'elle devient la maîtresse officielle du Duc d'York, fils du roi et chef des armées, mais affligé d'une incorrigible pingrerie. Aussi, pour assurer un train de vie devenu très dispendieux, Mary-Anne se lance dans le trafic de promotions militaires, avec la complicité tacite du duc, que cela arrange bien...

Toute cette partie relative à la progression sociale de Mary-Anne, d'une confortable fluidité, romanesque à souhait, est à mon sens la plus intéressante. On y navigue des quartiers populaires et grouillants de Londres aux salons accueillant le beau monde, où la ruse et l'humour de l'héroïne font fureur. Les épisodes qui suivent, principalement composés du détail des manigances permettant à l'héroïne d'arrondir ses fins de mois, m'ont paru bien longs, peuplés de multiples personnages que leurs apparitions souvent fugaces font vite oublier.
Puis survient la chute : quittée par le Duc, le désir de vengeance de Mary-Anne l'engage dans une bataille juridique dont elle ne se relèvera pas... et bien que le dernier tiers du roman comporte certains passages savoureux, notamment lorsque Mary-Anne s'exprime, avec son ironie habituelle, devant le tribunal, je n'y ai pas retrouvé le souffle et la dynamique qui avaient rendu le début de la lecture si plaisant.

Un autre élément m'a empêché d'apprécier pleinement ce roman. Si l'on comprend la fascination de Daphné Du Maurier pour son héroïne (inspiré de sa propre trisaïeule), femme de tête et d'esprit parvenant à s'imposer dans un monde d'hommes, électron libre que sa démesure, ses enthousiasmes et sa ténacité rendent singulièrement attachante, on peut regretter que le récit soit entièrement focalisé sur sa personnalité, sur ses actes. Les personnages secondaires, y compris ses proches, délaissés, en deviennent insignifiants, ce qui amoindrit la densité de l'intrigue.

Un avis en demi-teinte donc, pour ce texte secondaire dans l'oeuvre d'une auteure que j'apprécie par ailleurs grandement.


J'ai eu le plaisir de faire cette lecture en commun avec ma complice Athalie, elle aussi adepte de Daphné du Maurier... je suis curieuse de savoir ce qu'elle en a pensé...

D'autres titres pour découvrir Daphné Du Maurier :
*Mad
*L'auberge de la Jamaïque
*Le bouc émissaire
*Le Mont Brûlé
*Les oiseaux
*La Maison sur le rivage
*La poupée
*Ma cousine Rachel

Commentaires

  1. Il me semblait bien que c'était l'histoire d'une aieule de l'auteur

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, elle s'est inspirée du personnage d'une de ses ancêtres qui a visiblement eu une existence trépidante et hors normes, avec un caractère bien trempé... une sorte de féministe avant l'heure, en quelque sorte.

      Supprimer
  2. Je suis fan de du Maurier et je compte bien lire un maximum de ses oeuvres. Bon, je ne passerai pas celui-là en priorité vu que tu es plutôt mitigée, je n'en ai lu que deux d'elle, du coup j'ai du choix.:-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne sais pas quels titres tu as lu, mais Rebecca, L'auberge de la Jamaïque, Les oiseaux (recueil de nouvelles) sont excellents. J'avais aussi beaucoup aimé La maison sur le rivage et Ma cousine Rachel. Et je compte lire Le général du Roi, qui manque à mon actif, et dont j'ai entendu beaucoup de bien..

      Supprimer
  3. Je vois que l'on a décroché au même moment ! Et comme toi, je trouve que si le personnage est attachant, il prend toute la place, trop de place ... Pour le Général du roi, tu devrais vraiment beaucoup plus te régaler !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il sera plus facile à se procurer que Mary-Anne !

      Supprimer
    2. Heu ... Toi t'étais au top pour Mary Anne ^-^, Le général du roi, ça va être du gâteau ...

      Supprimer
    3. J'ai tout de même eu une annulation de commande avant de pouvoir l'obtenir, mais tu as raison, je crois que Le général du Roi est, lui, disponible en librairie !

      Supprimer
  4. L'histoire me fait un peu penser à la série tv Harlots (je ne sais pas si tu regardes beaucoup de séries) - même si l'histoire se déroule dans le Londres du 18e siècle.
    Quant à Daphne du Maurier, je me souviens avoir adoré Rebecca quand j'étais adolescente...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, je ne regarde pas de séries, je ne fais que lire...
      Rebecca est aussi un excellent souvenir de lecture, c'est sans doute le meilleur titre de l'auteure.

      Supprimer
  5. Daphné du Maurier, je note, car je ne connaissais pas... (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu ne connais pas Du Maurier, cette grande dame de la littérature anglaise, dont certains des textesont notamment inspiré Alfred Hitchcock (Les oiseaux, et Rebecca) !? Bon, tu es pardonné, puisque tu connais Martinet ! ... mais ne passe pas à côté de Rebecca ...

      Supprimer
    2. J'ai parfois de grosses lacunes comme ça :-) (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

      Supprimer
    3. A vrai dire moi aussi (je ne dis à personne, mais je n'ai jamais lu Dickens, par exemple..) ! Les jours ne comptant malheureusement que 24h, il est difficile de lire tout ce que l'on voudrait...

      Supprimer
  6. Pour ma part, c'est le seul roman de Du Maurier que j'ai réellement apprécié.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un recueil de nouvelles ("La poupée") et "Rebecca".

      Supprimer
    2. Tu as préféré Mary Anne à Rebecca ? Bah mince alors, du coup, je ne t'en conseillerai pas d'autres ...

      Supprimer
  7. Je ne connais pas celui-là mais il a l'air moins bon que Rebecca qui me semble tout de même être son chef doeuvre! Bien aimé aussi l'auberge de la Jamaïque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui, il est bien inférieur à Rebecca (et je suis d'accord avec toi sur la fait que ce dernier soit le chef d'oeuvre de Du Maurier). Moi aussi j'ai aimé L'auberge de la Jamaïque, ainsi que ses recueils de nouvelles, ou encore La maison sur le rivage et Mad, qui sont assez surprenants... Du Maurier est un auteur très éclectique..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire