"Ostwald" - Thomas Flahaut

Errances et errements...

La question des dangers auxquels nous exposent notre société technologique et son mépris de l'environnement naturel est visiblement dans l'air du temps, si l'on se fie à la récurrence avec laquelle cette thématique est actuellement abordée dans la littérature (je pense, en vrac, au dernier roman de Marie Darrieussecq, à celui de Claire Vaye Watkins, ou encore à "Dans la forêt" de Jean Hegland, que je viens de terminer)...

Dans "Ostwald", premier roman de l'écrivain Thomas Flahaut, cette menace prend la forme d'un accident nucléaire, qui ne sera que brièvement évoqué : nous n'aurons connaissance ni de son ampleur, ni de sa gravité, qu'aucun signe tangible ne révèle. Car ce qui intéresse surtout l'auteur, c'est d'explorer les répercussions de la survenance de cet accident sur le comportement des individus. 

Noël, le narrateur, vit à Belfort, chez sa mère, depuis que ses parents se sont séparés. Leur union n'a pas résisté aux conséquences qu'a eu sur leurs vies le plan social ayant marqué la fin de leur carrière à l'usine Alstom de Belfort, quelques années auparavant. Son père s'est quant à lui installé à Ostwald, près de Strasbourg. Son frère Félix, après six ans d'études, sans emploi, a lui aussi réintégré le domicile maternel. Au moment de la catastrophe, ils sont seuls, leur mère étant en déplacement sur Marseille, et doivent intégrer les convois d'évacuation à destination d'un camp dans la forêt.

Là, sous la surveillance de gardes armés, la population est maintenue dans l'incertitude de ce qui se passe ailleurs, comme de ce qu'ils vont devenir. Au bout de quelques jours, Noël et Félix s'enfuient et, traversant des paysages désertés, grisâtres, gagnent Strasbourg ...

Le récit, succession de courts chapitres, porté par une écriture taillée au cordeau, est empreint d'une sorte d'atonie évoquant une vie sans sève, plombée par le désœuvrement provoqué par une perte de sens, de repères. Les individus, passifs, impuissants, subissent des stratégies économiques qui les dépassent, des décisions les concernant mais dont ils sont exclus. Hanté par l'imprécise et impalpable menace que constitue la possibilité -réelle ou fantasmée- du chaos, qui vient comme parachever la structure d'un système où l'homme ne trouve plus sa place, "Ostwald" capte la désespérance que suscite chez l'individu le sentiment d'être à la fois inutile et manipulé.


Un premier roman très réussi, et une idée de lecture piochée chez Jérôme.

Commentaires

  1. Ça me fait penser à ce livre : https://deslivresetdesfilms.com/2015/12/21/les-retombees-de-jean-pierre-andrevon/ (Goran : https://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je ne connais pas, je m'en vais de ce pas lire ton billet à son sujet !

      Supprimer
  2. La thématique m'intéresse, je note donc le titre pour plus tard. Bon we !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira, c'est un roman court, servi par une écriture efficace...

      Supprimer
  3. Le sujet est tentant s'il est bien traité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce que j'ai aimé, c'est que l'accident nucléaire n'est finalement ici qu'un élément parmi d'autres d'un contexte plus global, que veut rendre l'auteur, qui s'intègre "naturellement" dans une société du profit, irrespectueuse des besoins humains et de l'environnement. Et l'auteur nous fait comprendre cela de manière subtile, en peu de pages, presque entre les lignes.

      Supprimer
  4. Bonjour Ingannmic, comme Margotte, ce livre pourrait m'intéresser pour le sujet sur l'anticipation pas joyeuse du tout. Bonne journée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est en effet pas joyeux, et ce n'est même pas de l'anticipation : ce qui est raconté dans ce roman pourrait très bien se passer aujourd'hui...

      Supprimer
  5. Je ne pensais franchement pas que ce serait le roman de tout le monde tant sa narration est déstabilisante (et peut même paraître agaçante parfois). En tout cas voila un jeune auteur français à suivre de près ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'aime les narrations déstabilisantes ! ... et c'est en effet un auteur qui mérite d'être découvert. S'il maintient cette qualité dans son/ses prochain(s) titre(s), nul doute, oui, que je le suivrai.

      Supprimer
  6. Oups, mon commentaire de ce week-end ne s'est pas enregistré. J'y écrivais que tu répondais à ma curiosité sur ce titre. Mais d'abord, ce sera le roman de Claire Vaye Watkins que j'ai bien noté !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'il te plaira, j'ai beaucoup aimé son originalité et son parti pris stylistique.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire