"Des larmes sous la pluie" - Rosa Montero

"Cesser de se rappeler détruit le monde."

Le roman de Rosa Montero nous immerge dans un contexte (malheureusement) familier : montée du populisme, recrudescence de la méfiance et de la stigmatisation envers les communautés minoritaires, entretien par les médias du sentiment d'insécurité... c'est pourtant dans le futur que se déroule son récit, plus précisément au début du XXIIème siècle, à Madrid.

Les grandes nations de la planète ne forment plus qu'une unique fédération : les Etats-Unis de la Terre. Les progrès de la conquête spatiale ont permis d'explorer (et d'exploiter) de nouveaux horizons, et à certaines sectes d'illuminés de s'exiler sur des îlots artificiels flottant dans l'espace. Le réchauffement climatique et la pollution croissante ont fait de l'eau une denrée hors de prix, et le dernier ours est mort depuis longtemps, son ersatz (un clone) s'ébattant sur les rives artificielles d'un muséum madrilène. La banalité de la chirurgie esthétique fait se ressembler tous les individus d'un certain âge, mais on n'a pas encore trouvé le moyen d'empêcher les organismes de vieillir. Les hommes sont néanmoins soulagés des tâches les plus pénibles ou dangereuses, dorénavant accomplies par des "technos-humains", ou "replicants", qui représentent quinze pour cent de la population. Ces derniers, conçus par l'homme, sont programmés pour vivre une dizaine d'années, et "mis en production" à l'âge de vingt-cinq ans. On leur implante alors dans le cerveau un passé artificiel, créé par des "mémoristes", leur laissant des souvenirs d'une enfance fictive. 

Du point de vue social, les inégalités sociales subsistent. Les plus pauvres vivent dans des zones où l'air est extrêmement pollué, réduisant considérablement leur espérance de vie, et la rencontre avec d'autres peuples de l'espace ne semblent pas avoir ouvert les hommes à plus de tolérance envers les êtres différents... Bruna Husky, en tant que techno-humaine, est de leur nombre. Replicante de combat, elle est également détective. La responsable du parti politique "rep" la missionne pour enquêter sur les morts suspectes de plusieurs de leurs semblables, auxquels on aurait implanté des mémoires mortelles. Le hic, c'est que sous l'emprise de ces implants, les victimes ont perpétré des actes terroristes, devenus pour le leader du mouvement d'extrême-droite en pleine ascension le prétexte à créer un vent de panique et propager sa vision suprématiste et "anti replicants".

En parallèle, Yiannis, ami de Bruna chargé de contrôler la fiabilité des archives historiques -procédé très malin pour nous instruire au passage des pans d'Histoire séparant notre époque de celle du récit- s'alarme d'y découvrir, avec une fréquence croissante, des ajouts récents et inexacts, soulignant le rôle malveillant des replicants lors des événements marquants du passé des Etats-Unis de la Terre...

Quel roman habile et prenant ! A la fois policier à l'intrigue efficace et roman de science-fiction s'interrogeant sur l'avenir de nos sociétés consacrées à la consommation et à l'image, il fait par ailleurs la part belle à ses personnages, complexes et touchants, Bruna Husky en tête. Au physique affûtée de l'androïde, dont la silhouette modelée pour le combat fascine et impressionne, Rosa Montero oppose un mal-être que la rep tente trop souvent de noyer dans l'alcool, lié à l'angoisse de sa mort programmée et à la solitude qui en découle -fonder une famille est impensable- et à la difficulté à se définir au regard de ce passé qui l'habite, qu'elle sait fabriqué, mais qui détermine en partie ce qu'elle est. L'auteur en tire prétexte à une réflexion plus vaste sur l'importance de la mémoire et de la transmission dans l'accomplissement de soi, mais aussi sur la compatibilité entre évolution technologique et psychologie humaine. 

C'est dense et passionnant, à lire évidemment !



Un autre titre pour découvrir Rosa Montero : La folle du logis.

Commentaires

  1. un roman d'actualité entre le Brésil, l'Italie et Trump qui voit des migrants partout !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il a pourtant été écrit il y a quelques années... ce n'est pas très rassurant.

      Supprimer
  2. J'avais adoré ! Il faut que tu lises la suite. C'est tout aussi bien

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais j'y compte bien ! Du coup, je viens d'ajouter un lien vers ton billet, qui m'avait échappé..

      Supprimer
  3. D'accord, tu m'as convaincue ! Je tournais autour des romans SF de Rosa Montero sans choisir. Dans un autre genre, j'avais beaucoup aimé son livre " L'idée ridicule de ne plus te revoir " .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu "L'idée ridicule de ne plus te revoir", dont la thématique ne m'attire pas, mais j'avais vraiment apprécié La folle du logis, et Le territoire des barbares, lu avant le blog et donc non chroniqué... J'ignorais qu'elle avait écrit de la SF, jusqu'à ce que je tombe par hasard sur ce titre en librairie. En tous cas, elle s'adonne au genre avec talent ! J'espère qu'il te plaira autant qu'à moi.

      Supprimer
  4. Bon, ben, cela fait un certain temps que je me demandais par quel titre j'allais continuer de lire cette auteure ... dont je ne connais qu'un seul titre (deux secondes, faut que j'aille vérifier lequel chez moi .... POOOOOUUUUF, la mémoire .... Le roi transparent, donc ( c'est quand tu utilises ton propre blog pour retrouver tes titres, que tu te dis que tu as quand même bien fait de suer sang et eau pour écrire des notes, au moins, toi, tu les relis ...) . Bref, ce sera celui là !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et bien je n'ai plus qu'à aller lire ton billet sur Le roi transparent, je compte moi aussi continuer avec cette auteure. Sinon, comme je l'écris ci-dessus, j'avais aimé aussi Le territoire des barbares mais comme, pour le coup, je ne peux pas lire le billet correspondant, parce qu'il n'y en a pas, je ne me souviens plus de grand-chose, sauf que c'était sordide et violent...

      Supprimer
  5. Et moi, je me demandais par quel titre j'allais découvrir Rosa Montero. Voilà, c'est trouvé!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ce sera une découverte fructueuse ! Je connais peu cette auteure, mais j'ai l'impression que d'un titre à l'autre, elle se livre à des exercices complètement différents, visiblement avec talent...

      Supprimer
  6. J'aime beaucoup Rosa Montero, j'avais adoré La folle du logis, mais j'ai été assez déçue par Des larmes sous la pluie. Je m'attendais peut-être à plus d'originalité.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dommage... je viens d'aller lire ton billet, et j'avoue que je ne me retrouve pas dans les bémols que tu évoques. J'ajoute tout de même le lien !

      Supprimer
  7. j'ai noté cette auteure sur mes tablettes il y a pas mal de temps ("L'idée ridicule de ne plus jamais te revoir" notamment et comme toujours avec la SF je retarde mais billet très convaincant !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, ce titre serait l'occasion à la fois de découvrir Rosa Montero, et d'effectuer une immersion SF ! J'espère que tu te laisseras tenter...

      Supprimer
  8. Oh oui c'est trop bien ! D'ailleurs je dois le relire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, c'est bon signe, quand on a envie de relire un livre ! Est-ce que tu as lu la suite également ?

      Supprimer
  9. Merci de me signaler ce titre de Rosa Montero. Je n'ai lu qu'un seul livre d'elle qui m'avait énormément plu. Je note celui-ci et j'espère le trouver en médiathèque.
    Bon dimanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh il doit pouvoir s'y trouver assez facilement, et j'espère qu'il vous plaira. Il permet de découvrir l'auteure dans un genre un peu inhabituel...
      Merci pour la visite !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire