"Murtoriu" - Marc Biancarelli

"Je vous demande enfin de cesser de vous comporter comme un rustre au moment de commencer la lecture de ce livre. Je vous demande de ne pas m'offenser par votre présence importune dans ces pages. Elles ont nécessité suffisamment de souffrance pour qu'il me soit épargné vos commentaires de casse-couilles, ou pire, de laquais. Alors je vous demande seulement, une fois éclaircis ces deux ou trois points importants, de vous taire et d'écouter."

Marc-Antoine Cianfarani est libraire, et poète raté, comme il se définit lui-même. Il est aussi un peu ermite, notamment pendant ces mois d'été où, à l'inverse de la plupart de ses concitoyens, il ferme boutique pour fuir les hordes de touristes qui dénaturent la Corse et se retire aux Sarconi, son hameau natal, perché à mille mètres d'altitude, blotti entre pins et châtaigniers, où il côtoie à l'occasion quelque fantôme, notamment celui de son père, "le Vieux".

C'est en partie sa voix qui nous accompagne dans "Murtoriu", et qui surtout donne au roman de Marc Biancarelli sa tonalité amère et acrimonieuse, en exprimant au fil de jugements mordants et péremptoires, sa vision du monde et de ses contemporains, sous lesquels se devine la douloureuse conscience de la vacuité de son existence.

Haineux vis-à-vis du consumérisme comme du nationalisme, de la corruption comme de l'autorité, il méprise tout autant les dominants que les soumis, le consensus -culturel ou politique- que les idéologies... Rien ne semble trouver grâce à ses yeux, ni les institutions ni les individus.
Il n'est pas vraiment plus complaisant envers lui-même, admettant sa passivité, son absence de révolte face à l'absurdité plombante de ce monde au sein duquel, en être inadapté, il ne trouve pas sa place, nostalgique d'un passé qu'il n'a pas connu, où les hommes, encore insoumis aux diktats de la consommation, de l'argent et de la contestation, vivaient dans une forme de simplicité primaire, et dont Mansuetu, l'ami berger de Marc-Antoine, serait l'un des derniers représentants. En sa compagnie, et celle de Trajan, frère de l'éleveur de chèvres, le narrateur jouit, à l'occasion d'une pêche à la truite dans quelque inaccessible recoin de la montagne corse, de quelques moments hors du temps, à retrouver cette harmonie avec l'environnement que l'inconsistance et la vénalité du monde moderne ont anéanti.

Aux passages dévidés par Marc-Antoine avec un emportement à la fois âpre, gouailleur et caustique, alternent ceux qui mettent en scène Don Pierre, sorte de brute incontrôlable, qui écume la région de sa violence en traînant avec lui un jeune idiot à sa botte, et des incursions dans le passé, qui nous amènent, aux côtés d'un autre Marc-Antoine Cianfarani -aïeul du premier-, sur le front de l'Est en 14-18. Bien qu'ayant apprécié ces dernières, je ne suis pas sûre d'avoir compris le but de ce choix narratif (la grande guerre, avec son industrialisation de la violence et sa portée mondiale, est-elle considérée ici comme le début de la rupture avec un certain mode de vie ancestral, une façon de se situer dans le monde ?), incompréhension confortée par la manière un peu expéditive avec laquelle l'auteur traite ces parties, qui m'ont du coup un peu laissé sur ma faim. Quant aux épisodes évoquant Don Pierre et son pitoyable acolyte, bien qu'ils rejoignent finalement le fil principal de l'intrigue, on peut aussi s'interroger sur leur signification. Symbolisent-ils la preuve qu'une sociabilisation croissante, et un éloignement de plus en plus marqué d'avec son environnement naturel ne prémunissent pas l'homme de la violence (au contraire) ?

Un roman dont la construction narrative m'a laissé un vague goût d'inachèvement, et que j'ai refermé sans trop savoir si je l'avais aimé. Ceci dit, je réalise avec le recul et malgré mes bémols l'avoir apprécié, notamment pour le ton qu'y distille l'auteur, entre amère détresse et férocité...

L'avis de Miriam.

Un autre titre pour découvrir Marc Biancarelli : Orphelins de Dieu.

Commentaires

  1. J'ai lu les deux, avec une préférence pour Murtoriu (et pas trop l'envie d'aller en corse après)(et pourtant quelle belle île!)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. je ne suis pas très tentée car la Corse et moi c'est une longue histoire de désamour, enfin les gens, pas le pays lui même
      j'ai noté ce titre sur un blog mais sans y croire vraiment, tu me confortes plutôt dans mon avis restrictif

      Supprimer
    2. J'ai justement acheté ce titre lors d'un séjour en Corse, au départ pour prolonger le plaisir, mais en effet, il ne donne pas une image très reluisante de l'île de Beauté, quoique... c'est en réalité après l'humanité en général qu'en a le narrateur, et ses concitoyens ne font juste pas exception à la règle. J'ai personnellement beaucoup apprécié mon séjour en Corse (hors saison), y compris l'accueil de la plupart de ses habitants, et quels paysages magnifiques !

      Supprimer
    3. Et pour te répondre, Keisha : j'ai contrairement à toi préféré Orphelins de Dieu, dont j'ai trouvé la structure narrative mieux maîtrisée.

      Supprimer
  2. Tes deux premiers paragraphes m'ont fait sursauter ... Comment avais-je pu ne pas avoir entendu parler de ce roman ? Franchement, tout pour me plaire, et paf, les deux derniers ... Je passe mon tour ! Quoique, la curiosité me titille quand même, la tonalité, j'aime bien.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il pourrait te plaire, tout de même, je crois... je lui reproche juste de ne pas avoir complètement exploité toutes les pistes qu'il entame. Mais sinon, le ton, oui, est excellent, rude et mordant (même si je n'adhère pas forcément à la vision ultra pessimiste du narrateur)..

      Supprimer
  3. Mais c'est un vieux grincheux, ce narrateur !^^ C'est l'image qui m'est venue en tout cas en te lisant. Intéressant aussi ta conclusion, ça rend le roman intrigant. Dommage quand même qu'il laisse un goût d'inachevé ou non abouti.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ce n'est pas vraiment un rigolo, et on ne peut pas vraiment dire qu'il soit attachant non plus, mais il a le verbe haut. Quitte à lire Biancarelli, je conseille tout de même plutôt Orphelins de Dieu, très réussi, très sombre.

      Supprimer
  4. déjà la lecture de l'extrait me donne envie! et je ne connaissais même pas l'auteur avant de lire ta critique...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si l'extrait te plaît, lance-toi, je suis sûre que comme moi, tu apprécieras le ton de ce roman, malgré ses petits défauts...

      Supprimer
  5. J'avais beaucoup aimé "Orphelins de Dieu" mais celui-ci je le sens moins...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ils sont en effet très différents. Le hasard veut que je suis tombée tout à l'heure, en bouquinerie, sur un exemplaire d'occas' de Massacre des innocents, son dernier roman, dont la thématique me rappelle davantage Orphelins de Dieu... à voir !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire