"Les vivants" - Annie Dillard

"Tout le monde avait un toit solide au-dessus de la tête, mais les couguars et les ours avaient disparu… "

La baie de Bellingham représenterait-elle le paradis sur terre ? C’est en tous cas ce que pourraient laisser croire les brochures des Chemins de fer qui à la fin du XIXème siècle vantent cette "vivifiante et superbe région" d’abondance, où l’homme le plus pauvre possède sa propre maison, où les hivers sont doux, où les baies tombent dans les bols et les saumons sautent dans la poêle, où l’eau est délicieuse, où le pauvre et le riche boivent ensemble et travaillent de concert… Toujours est-il que Whatcom, qui n’est même pas une bourgade au moment où commence le récit, est considéré comme l’ultime halte américaine où un homme peut encore faire quelque chose de sa vie. C’est sans doute les raisons qui ont motivé les quelques colons qui viennent autour des années 1850 peupler cette terre isolée aux confins de l’ouest américain et à quelques encablures de la frontière canadienne. Ils ne sont alors qu’une poignée à s’y être aventurés. 

Felix et Lura Rush, premiers pionniers et propriétaires de la scierie dont tous les nouveaux arrivants sont tributaires, aident les colons qui arrivent avec les vaches et les enfants ayant survécu au trajet à s’installer sur des concessions dont ils abattent les monumentaux sapins Douglas qui sont ici hauts comme des immeubles et serrés comme des brins d’herbe. Vivant de saumons et de clams, travaillant pour certains à la scierie ou à la mine de charbon, ils se mêlent aux autochtones, les indiens Lummis, qui les appellent les "Bostons", les accueillent et leur enseignent les règles de survie en échange de l’aide que ces blancs pourront leur apporter pour lutter contre les tribus du nord qui les asservissent.

Parmi eux Ada et Rooney Fishburn, qui en 1855 débarquent avec Clare, cinq ans, le bébé Glee né sur la route, et l’immense chagrin d’avoir perdu leur troisième enfant, écrasé par les roues de leur carriole.

Ces gens possèdent peu, mais sont liés par une indéfectible solidarité et portés par un fier sentiment de liberté, s’adaptant à cette nature sauvage et à leurs rudes conditions de vie, subissant l’omniprésence de la mort qui fauche indistinctement hommes et femmes, gamins et maris en pleine force de l’âge, au gré des accidents ou des maladies si nombreux que lorsque l’on demande aux femmes combien elles ont d’enfants, elles incluent toujours dans leur réponse le nombre de défunts.

Mais des gens nouveaux arrivent et remplacent les morts, débarquant des vapeurs pour conquérir ce qui commence à prendre des allures de petite ville… 

De 1855 à 1893, au fil d’épisodes alternant entre divers personnages, on assiste ainsi à l’évolution d’un territoire qui se civilise, à l’essor d’une ville qui en devient le symbole de l’histoire d’une Amérique en construction. Au cours de ces quatre décennies, nombreuses sont les mutations qui bouleversent le mode de vie des habitants de la baie. 


Les pionniers fiers et libres, travaillant la terre, ont laissé la place aux spéculateurs, à la presse et à l’agitation, à une société préoccupée de son propre développement. Le pragmatisme et la solidarité, le fait de partager le peu que l’on avait, ont été remplacés par l’exigence de confort, l’excitation causée par hausse du coût de l’arpent, la course aux honneurs et le désir de fortune. Les premiers venus s’adaptaient au pays, quand les derniers arrivés veulent le transformer, méprisant les indiens qu’ils jugent sales et sans discipline. Des indiens décimés par les maladies apportées par les migrants -typhoïde, variole- et dont les moyens de subsistance, liés à une nature qu'il convient dorénavant de dompter, disparaissent peu à peu. A la place des groupes éclectiques que formaient leurs précurseurs -parmi lesquels comptaient entre autres un quasi-ermite, un contrebandier parlant trois dialectes indiens, un domestique vivant dans un tipi- les nouveaux colons arrivent en famille avec des idées bien arrêtées sur la bienséance, stigmatisant la moindre déviance ; "c’est tout juste s’ils ne récurent pas les arbres"...

Whatcom et la région connaissent, parfois avec retard, les bouleversements et les événements qui traversent plus généralement la société américaine, et en subissent parfois dramatiquement les conséquences, de la ruée vers l’or à la crise financière de 1893, de l’arrivée du chemin de fer aux déportations des chinois ayant contribué à le construire…

Au gré des destinées des héros, le récit est par ailleurs traversé de réflexions existentielles. Certains mesurent la dimension dérisoire de leurs aspirations matérielles et de leur trompeur sentiment d’invulnérabilité, réalisant avoir oublié l’existence du nécessaire combat contre la vanité. D’autres, déçus par le monde qui les entoure, renonce à leurs envies, à leurs passions, finalement à eux-mêmes. Quelques-uns trouvent au bout d’un parcours parfois douloureux mais n’ayant jamais entamé leur droiture, la clé d’une sérénité inestimable… 

« Les vivants » révèle sa densité et sa richesse au fil d’une lecture au rythme lent, d’épisodes drôles ou tragiques, de témoignages du quotidien ou révélateurs des tendances sociétales, culturelles, politiques, de cette Amérique de la seconde moitié du XIXème siècle. C’est aussi un grand roman sur la manière dont les interactions entre l’homme et le milieu naturel les transforment mutuellement.

A lire.

Cette lecture s'inscrit dans le thème du jour du Mois Américain : "roman du XIXème siècle ou se déroulant au XIXème siècle".



Et en plus, c'est un pavé !

Commentaires

  1. Je pense avoir atteint la page 100, mais ça ne devait pas être le bon moment (genre, à rendre à la bibli, trop à lire) et j'ai laissé. je vois bien de quoi ça parle, donc. ^_^ Les débuts de cette installation.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que c'est une lecture qui réclame du temps, et un peu de patience. Mais je ne m'y suis jamais ennuyée... et j'ai trouvé tout le contexte passionnant.

      Supprimer
  2. Mon petit carnet de suggestions est comblé avec ce mois américain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le mien aussi, et chaque année c'est pareil, tant cet événement suscite une intense participation ! Du coup je renouvelle mon stock pour la prochaine édition !

      Supprimer
  3. Voilà qui pourrait m'intéresser, moi qui n'ai jamais lu cette autrice. Mais pas pour tout de suite si c'est un pavé....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je la découvre avec ce titre, mais je crois que trouveras chez Keisha des avis sur d'autres de ses romans, peut-être plus courts !

      Supprimer
  4. Je suis toujours impressionnée par l'audace ( sans doute poussée par une grande misère) qu'il a fallu à ses femmes et à ses hommes pour conquérir USA, Canada, Australie, des terres où tout était à faire ! Surtout quand je compare avec nos peurs actuelles ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ici, il n'y a pas que la misère qui les motive à tenter l'aventure, et c'est ce qui est intéressant dans le roman : les personnages évoqués par l'auteur ont pour certains quitté une vie plus que confortable, attirés par l'aventure, le renouveau.
      Il faut de l'audace oui, tu as raison, mais pour ma part, je la trouve souvent gâchée par la manière dont les colons s'approprient un territoire en spoliant ceux qui y vivaient déjà.. Ce n'est pas trop le cas ici, les premiers pionniers et leur descendance, sur lesquels s'attarde l'auteure, vivent en bonne intelligence avec les indigènes, mais il n'empêche que l'urbanisation qui résulte de leur arrivée puis de celle d'autres colons est très préjudiciable au mode de vie des autochtones. Et puis ils ont abattu tant d'arbres...

      Supprimer
  5. Oh toute une epopee vraiment interessante.....vraiment....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est passionnant, c'est comme d'assister aux prémisses d'une nation en devenir.

      Supprimer
  6. Réponses
    1. Ça l'est, même si comme je l'indique en réponse au commentaire de Keisha, c'est un texte au rythme assez lent, il y a beaucoup de scènes du quotidien. Et à côté de ça, l'auteure résume parfois plusieurs années en quelques pages. Mais j'ai beaucoup aimé, oui, cette épopée de l'appropriation d'un territoire.

      Supprimer
  7. La lenteur n'est pas toujours un défaut dans un récit ! Il faut parfois du temps pour s'installer dans une histoire ... Comme dans un territoire, d'ailleurs. Très tentée par cette épopée, qui ne semble pas trop faire l'apologie de ce qui fut quand même, une entreprise de colonisation ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, bien sûr, tu as raison, et j'aime ces lenteurs quand elles sont justifiées.. ici c'est le cas, le rythme est certes lent mais ce n'est parce qu'il y a des longueurs, c'est juste que l'intrigue le réclame..
      et pas d'apologie de la colonisation, non, ni de désapprobation d'ailleurs, juste des portraits d'hommes et de femmes, et une très intéressante peinture des transformations d'un territoire, et de ce qui va avec (notamment la destruction du milieu naturel, et les conséquences sur le mode de vie des populations locales..).

      Supprimer
  8. ça se passe dans l'état de Washington ? Je cherche des romans pour compléter mon challenge 50 états, 50 romans, mais c'est un état que j'ai déjà visité... ;-) Ceci dit, ce roman pourrait me plaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est bien dans l'état de Washington. Quels états te manquent-ils ?

      Supprimer
    2. Connecticut, Delaware, Maine, Nevada et Nouveau Mexique... j'ai des titres mais qui ne me tentent pas plus que ça...

      Supprimer
    3. Hum, pas facile de trouver des titres... Après une recherche par mots-clés sur le blog, je trouve "Montée aux enfers" de Percival Everett pour le Nouveau-Mexique (https://bookin-ingannmic.blogspot.com/2014/04/montee-aux-enfers-percival-everett.html), et A l'Est d'Eden pour le Connecticut, et c'est tout !

      Supprimer
    4. Mais c'est déjà très bien, merci ! (ce ne sont pas les états les plus faciles à "compléter" !)

      Supprimer
  9. Que dire de cette phrase que tu mets en exergue et qui m'a fait l'effet d'une gifle...

    RépondreSupprimer
  10. Tout me tente dans ta chronique et dans ce pavé historique ! je note avec plaisir. Bon week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un roman dont la densité emporte loin... j'espère qu'il te plaira !

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !