"Rivière tremblante" - Andrée A. Michaud

Chronique de la détresse.

Ne vous aventurez pas dans "Rivière tremblante" si vous comptez lire un polar, ou une enquête policière… 

Car s’il y est bien question de disparitions, ce n’est pas la traque du coupable ou la résolution de l’énigme qu’elles constituent qui intéresse Andrée A. Michaud. Ce sont les conséquences de ces disparitions sur ceux qui restent.

Août 1979. Michael, douze ans, disparaît dans les bois de Rivière-aux-trembles alors qu’il est avec son inséparable amie Marnie Duchamp. L’épisode, coïncidant avec l’arrivée de l’orage, est marqué par la confusion, Michael est pris d’un étrange comportement, lance à Marnie quelques paroles insensées puis s’enfuit en courant. On ne retrouvera qu’une de ses chaussures à plusieurs kilomètres de là, ce qui fait douter du témoignage de l’adolescente, et déchaîne à son encontre une véritable campagne de harcèlement. Au point que son père doit l’emmener vivre ailleurs pour échapper aux médisances et aux regards malveillants.

Trente ans plus tard, à la mort de ce dernier, elle quitte New-York et son commerce de fleurs pour revenir s’installer à Rivière-aux-Trembles. Elle pense avoir su, à force de temps, cesser de vivre dans l’oppression et la culpabilité. Mais son retour dans sa ville natale met un terme à cette insouciance fabriquée de toutes pièces, ravive le traumatisme. Elle a en réalité mené une vie de solitude autour d’une blessure qui ne s’est jamais refermée. Elle réalise que sa fuite a été un leurre, et que c’est bel et bien sur les lieux du drame que doit se résoudre, définitivement, l’affaire. 

Le doute et la culpabilité refont surface. Marnie cherche des réponses, des traces d’elle et de Michael dans les bois, tente de reconstituer les derniers instants. Elle est à deux doigts de basculer dans une forme de démence, s’aventure dans la forêt à la recherche de ce qui a avalé Michael, y voit des signes et des figures totémiques, y pratique d’étranges rituels, se met à parler aux objets...

Bill Richard a quant à lui perdu Billie, sa petite fille de huit ans, disparue alors qu’elle rentrait de son cours de danse, trois ans auparavant. Après l’avoir inlassablement cherchée dans les rues de sa ville, après avoir subi la suspicion des agents en charge de l’enquête et les reproches de sa compagne, après avoir vu son couple voler en éclats, après avoir réalisé qu’à force de se vautrer dans l’obsession de la disparition, il en devenait cinglé… il décide qu’il a besoin de changer d’air, et part vivre à Rivière-aux-trembles, s’exilant dans une maison à l’orée de la forêt, où il pourra tenter de reprendre son activité d’écrivain pour enfants. 

Il fuit lui aussi, mais la bête qu’il tente de semer est dans ses entrailles, héberge des souvenirs qui autodétruisent, empoisonnent, et il ne peut rien contre sa mémoire ni contre la culpabilité de n’avoir ni sauvé, ni retrouvé Billie. Pourtant, dans une moindre mesure, il trouve peu à peu une forme d’oubli, grâce au dépaysement que lui procure ce pays où le silence est si intense qu’il emmure et laisse croire que l’on est seul au monde. Et ce qui surtout le sauve, de l’alcoolisme ou d’une autodestruction définitive, c’est l’amour et le respect qu’il doit à sa fille, qui même disparue, ne mérite pas un père ayant perdu toute dignité. 

Andrée A. Michaud tient la lente chronique, presque jour après jour, de la douleur des vivants, de la culpabilité des rescapés, ceux qui n’ont droit ni la compassion ni à la main tendue, qui servent de bouc-émissaire, car faute de coupable, il faut bien un responsable. Elle décortique les effets de la perte associée à l’insupportable doute, celui de ne pas savoir ce qu’il est advenu de l’être aimé.

Elle écrit la sidération que provoque l’éclatement de la certitude que cela n’arrive qu’aux autres, l’obsession qui fait voir le disparu partout, en d’autres petits garçons ou d’autres petites filles, et se raccrocher à l’irrationnel, imaginant capter des signaux qu’il envoie. Elle exprime l’espoir, comme une idée fixe que l’on sait pourtant vaine, les scénarios qu’on s’invente, fantasmant une autre bifurcation du destin, imaginant l’existence qu’aurait eu l’absent, les rapports qu’on aurait entretenus avec lui dans un futur à jamais détruit. Elle dépeint la solitude inhérente à la douleur, qui ne permet avec le reste du monde qu’une cohabitation souvent empreinte d’incompréhension. 

Les deux histoires, les deux parcours de ces êtres mutilés sont menés en parallèle, ponctués seulement de quelques brèves rencontres, le temps de reconnaître en l’autre les échos d’une détresse semblable à la sienne.

Roman hanté par l’intensité d’un chagrin qu’Andrée A. Michaud parvient à rendre palpable, "Rivière tremblante" est aussi le récit du long chemin vers la reconstruction et la réappropriation de sa vie, pour faire en sorte qu’elle ne soit plus seulement l’exhalaison d’une malédiction que la disparition a ancrée au cœur de ceux qui restent.


Un autre titre pour découvrir Andrée A. Michaud : Bondrée.

Cette lecture me permet de participer une troisième fois au Mois Québécois, dans la catégorie 9. Place de la République – Coeur de pirate (Un roman qui a traversé l’océan).

Le programme ICI / Billets récapitulatifs chez YueYin et chez Karine.

Commentaires

  1. Même lorsque je me dis que le livre n’est peut-être pas tout à fait pour moi, tes articles réussissent à éveiller ma curiosité et à la fin je me dis pourquoi pas... (Goran : http://deslivresetdesfilms.com)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ça me met la pression, su tu es déçue je me sens un peu responsable du coup !

      Supprimer
  2. Je sens que ce n'est pas pour moi, ça...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu n'aimes pas les longues analyses psychologiques, tu peux en effet passer ton chemin...

      Supprimer
  3. ça a l'air tentant !
    et puis je suis attirée par la couverture !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle est belle, cette couverture, et assez représentative de l'ambiance..

      Supprimer
  4. Je n'ai pas encore cette auteure, ce titre-ci me rend plus curieuse que le précédent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est plus lent, mais plus "fouillé" d'un point de vue psychologique..

      Supprimer
  5. brrrrr en même temps c'est tentant ce que tu en dis, et en même temps je me dis brrrrr ai-je le moral pour ça ? dans ma récap je l'ai mis dans la catégorie Dans la nuit qui tombe mais c'est juste parce que Ingamic l'avait déjà chroniqué et que je trouvais plus pratique pour ceux qui cherchent des idées que les deux chroniques soient côte à côte... mais il va très bien aussi dans Place de la république :-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr qu'il est désespérant... mais pas glauque, car il ne parle que de ceux qui restent, les disparus ne sont présents que sous forme de souvenirs (pas de cadavre, ni de méchant kidnappeur ici).
      Et pour le classement dans le récap, peu importe, tu peux le mettre dans la catégorie que tu veux, j'ai moi-même hésité entre les 2 et finalement pas opté pour le polar en raison de l'absence d'enquête..

      Supprimer
  6. J'avais bien aimé ce roman, plus que Bondrée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai aimé les 2, qui ont pas mal de points communs, mais je crois que la lecture a été un peu plus longue pour celui-ci.

      Supprimer
  7. J'ai lu "Bondrée" sans être particulièrement emballée. Pas sûre que je lirai celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans ce cas je ne te le recommande pas, on retrouve un peu le même genre d'ambiance, et ce choix de l'auteure de s'attarder davantage sur l'état psychologique des personnages que sur l'intrigue.

      Supprimer
  8. Il a raison Goran... Et cela fait un moment que je vois le nom de cette auteure sur les blogs. Il serait bien que j'essaie de la lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas mal de commencer avec Bondrée, dans ce cas..

      Supprimer
  9. pourquoi pas en effet pour découvrir le style de l'auteure

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle a une plume très éloquente et émouvante, sans faire dans le pathos. Je pense qu'elle te plairait.

      Supprimer
  10. Je n'ai lu que Bondrée, que j'ai beaucoup aimé, donc je dois m'intéresser à ce livre, c'est certain !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait ! Je trouve qu'elle y explore de manière plus profonde, plus détaillée, les mécanismes psychologiques déjà mis en évidence dans Bondrée. Une des différences entre les 2, c'est que dans Bondrée, elle faisait par la même occasion le portrait d'une communauté, alors qu'ici, elle est vraiment dans l'analyse de l'individuel.

      Supprimer
  11. Ça me semble un peu trop lent et long pour ma patience mais je reste curieuse de Bondrée en revanche.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu crains les longueurs, je confirme : commence avec Bondrée (qui n'est déjà pas vraiment trépidant...) !

      Supprimer
  12. Ce que tu dis des deux personnages me donnent bien envie de les décortiquer davantage ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut te plaire, on est ici un peu dans la même démarche que Bret Anthony Johnston avec "Souviens-toi de moi comme ça" (que j'avais lu sur tes conseils)...

      Supprimer
    2. La référence à Souviens toi de moi comme ça achève de me convaincre !

      Supprimer
  13. Je pense que ce livre pourrait me plaire mais je vais, pour commencer à découvrir l'auteure, débuter avec Bondrée que j'ai déjà dans ma pal.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonne idée, je suis curieuse de voir ce que tu penseras de Bondrée, roman plus "psychologique" que "policier" aussi...

      Supprimer
  14. tu as raison, elle rend la douleur palpable et j'ai beaucoup aimé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai vu que tu avais déposé un lien vers ton article dans le récap québécois, je m'en vais lire ton avis de ce pas !

      Supprimer

Publier un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !