"On a de la chance de vivre aujourd’hui" - Kate Atkinson

"Mea culpa, murmura Dieu avec tristesse".

J’ai apprécié de retrouver Kate Atkinson dont, à une assez lointaine époque, j’ai lu d’affilée les six premiers romans… j’y suis parfois revenue par la suite mais de manière sporadique, sans doute à tort. Parce que j’aime beaucoup cet humour grinçant qu’elle glisse, comme par une inadvertance qui le rend d’autant plus retentissant, dans les mailles de ses intrigues à rebondissements. J’aime sa tendresse pour les originaux, les décalés, les bizarres. Et j’aime sa manière, même lorsqu’elle évoque des tragédies, d’enrober tout cela d’une sorte de flegme (britannique ?) par lequel elle se donne le droit de tout pouvoir dédramatiser.

Je mentirais toutefois si je disais avoir été aussi emballée par ces nouvelles que par ses romans, car j’ai trouvé le recueil un peu inégal, même si le ton et l’inventivité de certains textes, et la faculté de l’auteure à s’approprier, pour les détourner, des genres divers, m’ont tout de même procuré quelques bons moments de plaisir.

C’est un recueil assurément féminin, plaçant au cœur de ses intrigues des héroïnes désespérées ou fantasques, autoritaires ou touchantes, machiavéliques ou paumées. Elles sont filles, mères, jeunes ou quinquagénaires, ambassadrices Avon et/ou membres de clubs de lecture. Elles font généralement partie d’une petite bourgeoisie où elles ne se sentent pas toujours à leur place. Elles s’attardent auprès d’un mari qu’elles prévoient de quitter quand leurs enfants seront grands, redécouvrent les joies de la maternité, se libèrent ou se soumettent… car elles subissent, aussi. La domination d’un époux et père dont une société résolument patriarcale légitime la tyrannie. Le dégoût gêné d’un compagnon qui après avoir rêvé d’une femme ressemblant à sa mère face à l’énergie militante de l’étudiante féministe qu’il a épousée 20 ans auparavant, préfère soudain la chair fraîche au corps amolli d’une compagne qui s’épuise dans de pathétiques et vains efforts, à le reconquérir. La dictature qu’impose une charia devenue la Loi au Royaume-Uni, dont les citoyens masculins s’accommodent avec une inquiétante bonne volonté.

Dieu lui-même, comme le révèle la nouvelle intitulée Genèse, est désespéré et en même temps frappé d’incompréhension face à l’échec de ses différentes tentatives pour créer le monde, systématiquement gâchées par ce qu’en fait l’Homme, création à la fois fascinante, déconcertante et dévastatrice … Un peu dans la même veine, le texte ayant donné son titre à la nouvelle livre quant à lui une jolie fable sur la manière dont la nature, pour se rappeler à un être humain qui a oublié ce qu’il lui doit, reprend ses droits.

Toutes ces thématiques sont déclinées sous des formes variées. Le premier texte (un de mes préférés), débute comme une comédie romantique quelque peu sirupeuse qui dégénère en un récit horrifiant aux accents gothiques, et est suivi pêle-mêle de récit d’anticipation, de contes fantastiques -mais souvent cruels- ou d’épisodes de vies banales dont Kate Atkinson extrait la dimension singulière. Et parfois tout cela s’entrelace dans une même nouvelle.

Entre tendresse moqueuse et ironie grinçante, Kate Atkinson nous livre un recueil à la fois sombre et ludique bien que de qualité hétérogène comme évoqué plus haut.


Un autre titre pour découvrir Kate Atkinson sur ce blog : A quand les bonnes nouvelles ?
(et sinon, il faut lire "Dans les coulisses du musée", "Sous l'aile du bizarre", "Dans les replis du temps", "La souris bleue", ...)

Et c'est le Mois de la Nouvelle chez Marie-Claude et Electra :

Commentaires

  1. J'ai suivi à peu près le même chemin que toi. Pour rien au monde je n'aurais raté tous ces premiers romans, ensuite j'ai relâché et j'ai pas mal de retard. Mais je m'y remettrai volontiers.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette "remise en train" m'a aussi donné envie de faire une séance de rattrapage des romans que j'ai "loupés" !

      Supprimer
  2. Oh j'ai lu ce recueil, mais il y a si longtemps... (au siècle dernier, je crois)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce doit être juste une impression, parce qu'il est paru en 2009 :)

      Supprimer
    2. Bon ben c'est que je confonds avec Atwood... ^_^

      Supprimer
  3. J'avais beaucoup aimé la souris bleue. C'est une romancière que j'apprécie aussi :-) Je note car je la lis trop rarement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En même temps, je viens de vérifier, elle n'a pas publié tant que ça, il n'y a que deux de ses romans que je n'ai pas lus.. je crois que mon préféré reste son premier titre : "Dans les coulisses du musée".

      Supprimer
  4. J'ai lu ces nouvelles, et me souviens d'avoir aimé grâce à l'humour de Kate Atkinson... et c'est tout ! il faut dire que cela fait plus de dix ans !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, j'ai vu ton avis sur Babelio ! Et on retrouve son humour dans tous ses textes, j'aime beaucoup.

      Supprimer
  5. Encore une romancière qui n'a jamais vu mes étagères... Merci pour la découverte.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère qu'elle te plaira, mais je n'ai pas trop de doute...

      Supprimer
  6. j'adore Kate Atkinson, moins les nouvelles en général mais bon pour cette autrice là, je pourrais faire un effort... :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus ce recueil est très court ! Ceci dit, j'ai préféré ses romans, même si j'ai apprécié le ton et l'inventivité dont elle fait preuve dans certaines de ces nouvelles (notamment celle qui a donné son titre à l'ouvrage, l'idée en est originale).

      Supprimer
  7. Tu n'as pas "Une vie après l'autre" dans ta liste? C'est le seul que j'ai lu d'elle jusqu'ici et je suis tombée complètement sous le charme à la fois de la structure du livre (que j'ai trouvée vraiment très bien menée) et de son personnage principal. Keisha avait un article sur elle il y a quelques semaines, qui m'a fait mettre "Dans les coulisses du musée" comme prochain titre à découvrir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais non ! je viens de vérifier, il fait partie avec un autre titre d'une autre série que celle des Jackson Brodie : Teddy et Ursula Todd. Jamais entendu parler, mais je note, je recommencerai par celui-là, tiens !
      Et Dans les coulisses du musée est super !

      Supprimer
  8. J'ai commencé la série Jackson Brodie et j'ai arrêté, j'ai repris l'an dernier (mais avec un seul) et j'ai acheté A life after life qui a eu des tonnes de bonnes critiques et qu'il faut que je lise ! Merci pour cette lecture, tu vois, j'ignorais qu'elle avait publié un recueil de nouvelles ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Elle en a même publié deux (l'autre, plus ancien que celui-là qui date de 2009, a été publié en 2003, sour le titre "C'est pas la fin du monde").

      Supprimer
  9. Je connais bien cette romancière même si je n'ai pas lu tout d'elle et je la chéris car j'ai une histoire particulière avec elle : grâce à elle j'ai repris un jour dans ma vie la lecture et je n'ai plus quitté cette passion. Elle a été un élément déclencheur de tout ce qui m'arrive aujourd'hui et je l'en remercierai jamais assez.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Voilà une belle histoire d'amour entre une œuvre et sa lectrice ! J'ai moi aussi un attachement particulier au premier titre que j'ai lu d'elle "Dans les coulisses du musée" qui m'a fait renouer avec la littérature "blanche" à une période où je ne lisais plus que des polars (et pas toujours des bons, j'étais jeune maman, et je recherchais surtout la facilité). Je me souviens même clairement du moment de son achat, en bouquinerie.

      Supprimer
  10. Oh oui, il faut lire Kate Atkinson, je ne sais pas si je lirai ses nouvelles mais j'ai encore un ou deux romans sous le coude, ouf.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai qu'elle ne publie pas à un rythme très soutenu.. mais il m'en reste à lire aussi, et je m'en réjouis !

      Supprimer
  11. J'ai moi aussi eu ma phase Kate! Ses romans m'emportaient haut et loin. Étonnamment, je n'ai jamais lu ses nouvelles. L'an prochain sera une bonne occasion pour m'y mettre. Ce mois-ci, la cour est pleine!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il faut refaire des provisions pour l'an prochain !

      Supprimer
  12. J’aime beaucoup Kate Atkinson et je confirme que tu dois absolument lire « une vie après l’autre » aussi génial sur le fond que sur la forme !!!

    RépondreSupprimer
  13. Sombre et ludique comme on aime les romans de Kate Atkinson ! La première nouvelle est amusante, elle m'a fait penser à la fin de testament à l'anglaise, un rien barrée, à la Agatha Christie qui aurait eu de l'humour ! Celle que j'ai préférée est " Je ne suis pas une Joan", beaucoup moins drôle ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai aimée aussi, ainsi que celle qui a donné son titre au recueil, que j'ai trouvée originale. Et oui, tu as raison, je n'avais pas fait le rapprochement avec la fin du roman de Coe, mais on est dans la même ambiance. D'ailleurs, en parlant de lui, je viens de finir Le cœur de l'Angleterre..

      Supprimer
  14. Je n'ai jamais lu cette écrivaine, même si je l'ai déjà croisée sur les blogs. Tu me conseilles lequel pour commencer ?

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !