Autour du handicap

"Terminus" - Tom Sweterlitsch

"Il n’y a pas de grand dessein. L’univers n’est ni bon ni cruel. L’univers est immense et indifférent à nos désirs".

Le prologue, se déroulant en 2199, mystérieux et surtout profondément angoissant, vous tient déjà en haleine. Shannon Moss, (épatante) héroïne de ce roman, y contemple le Terminus, en perd une jambe, et se voit condamnée à porter une prothèse. Il faut dire que ce Terminus, c’est du sérieux ! : comme son nom l’indique, il est la fin de Toute Chose. Donc celle de notre espèce, ainsi que celle non seulement de notre avenir, mais aussi de tous les avenirs possibles. Car ainsi l’imagine Tom Sweterlitsch : le futur n’est pas un mais multiple, constitué d’un faisceau de lignes temporelles représentant autant de versions possibles de la réalité de demain, qui en devient une "irréalité", ce qui signifie que lorsque vous voyagez dans le futur, vous ne faites qu’explorer l’une de ces versions potentielles, ce qui rend les incursions dans le Temps intensément perturbantes…

Retour en 1997, et à des considérations plus actuelles et concrètes : Shannon, agente de la NSC (Naval Space Command) est appelée sur les lieux d‘un triple homicide. 

Si on a demandé au FBI de l’associer à l’enquête, c’est que le principal suspect du meurtre a été membre d’un programme ultra-secret de la Navy auquel elle a elle-même contribué, en lien avec l’exploration du fameux Terminus. Patrick Mursult s’est volatilisé en laissant derrière lui les cadavres mutilés de sa femme et de deux de ses enfants. Sa fille Marian a elle-aussi disparu. Détail troublant : la maison dans laquelle a été perpétré le crime est celle qu’occupait Courtney, la meilleure amie de lycée de Shannon, assassinée sur un parking l’année de ses seize ans. Shannon, traumatisée par la culpabilité de n’avoir pu la sauver, y voit là une deuxième chance : retrouver Marian devient une obsession.

Pendant ce temps, les différents voyages effectués dans les lignes temporelles convergent vers un unique et terrible constat : le Terminus s’est rapproché au point d’en devenir plus que concevable, l’échéance étant dorénavant fixée à 2024. 

Une double course contre la montre est ainsi lancée…

Un roman palpitant de bout en bout ! A la fois polar, thriller -par moments sacrément macabre-  et roman de science-fiction, il est surtout d’une richesse qui fait honneur au lecteur, par la complexité de son personnage principal ainsi que par le soin apporté à la construction de l’intrigue comme de son contexte. Accessible y compris à ceux qui comme moi n’ont jamais eu d’appétence pour les sciences physiques, il n’est pour autant jamais simpliste, l’auteur développant ses théories de manière à les rendre crédibles. Et puis quel dépaysement ! Tom Sweterlitsch vous fait voyager dans des mondes qui, s’ils sont bien souvent terrifiants et d’une violence extrême, n’en sont pas moins magnifiques.

A lire !

Et l'héroïne de ce titre étant amputée d'une jambe, c'est aussi une nouvelle participation aux Lectures autour du Handicap.

Commentaires

  1. Pfff, mais ce roman a tout pour me plaire, à te lire! (je viens de vérifier, il est disponible à la bibli)

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas très fan de ce genre d'anticipation et de mondes inventés. Et j'ai trop à lire (éternel refrain).

    RépondreSupprimer
  3. Quel enthousiasme ! Il m'effraie pourtant un peu, ça a l'air très foisonnant...

    RépondreSupprimer
  4. Le coté thriller rappelle un peu "Minority report" de Philip K. Dick, non ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas lu ce titre de K. Dick : tu recommandes ?

      Supprimer
  5. Oui, tout à fait, si tu aimes les thrillers d'anticipation

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, je note. J'ai d'abord prévu de lire Ubik, acheté récemment, mais je compte bien lire aussi les autres "classiques" de K. Dick.

      Supprimer
  6. Ooh là par contre, difficile de résister ! Tout comme pour Keisha, ce roman semble avoir tout pour me plaire et ton billet est très convaincant !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !