Autour du handicap

"Blackwater", tomes I à VI – Michael McDowell

"A Perdido, les femmes se moquaient toujours des hommes".


Alabama, à l’aube des années 20. La petite ville de Perdido est sous les eaux, suite à la crue de la rivière qui lui a donné son nom. Elle laisse derrière elle la dévastation, des tonnes de boue, la destruction des maisons et des trois scieries représentant la seule industrie de la ville, une odeur de putréfaction qui ne s’évaporera pas de sitôt… et Elinor Dammert. Cette dernière est trouvée, au quatrième jour de la crue, dans une chambre à l’étage de l’unique hôtel de la bourgade, par Oscar Caskey et Bray, serviteur de sa famille, qui parcourent alors Perdido à bord d’un canot. Munie d’une seule petite valise, pimpante malgré ses quatre jours de jeûne, la belle Elinor précise être venue en ville pour y exercer comme institutrice. Et étrangement, elle tombe à pic, puisque l’enseignante jusqu’alors en fonction décide, suite à la crue, de quitter la région. Son apparition provoque d’emblée chez Mary-Love, mère d’Oscar et reine du clan Caskey, haine et méfiance : il y a quelque chose de louche chez cette femme dont la chevelure a l’exacte couleur de la rivière qui, en enflant démesurément, a sonné l’heure de la venue. Le reste de la famille est sous le charme. Notamment Oscar qui, au grand dam de sa mère, annonce bientôt son intention d’épouser l’intruse…

Je suis parfois influençable… bien que fuyant habituellement toute œuvre dont la parution s’accompagne d’un battage commercial qui me la rend immédiatement suspecte, j’ai succombé à la tentation "Blackwater". Mais j’ai un faible pour les éditions Monsieur Toussaint Louverture (dont j’apprécie souvent autant les contenus que les contenants), et l’avis positif d’un lecteur à qui va toute ma confiance a fait le reste. J’ai donc embarqué les six volumes de la série dans ma valise, et les ai dévorés, d’affilée, en quelques jours, alors que je faisais sécher au soleil l’eau de la rivière dans laquelle je venais de me baigner (tiens, tiens). Et je dois dire qu’il s’est agi là d’une lecture idéale pour les vacances. 

J’en ai notamment apprécié le format "feuilleton", le fait de découvrir comme un nouvel épisode à chaque opus dont les titres posent et rythment de manière simple et évidente le cœur de l’intrigue ("La crue", "La digue", "La maison"…). Et comme dans un feuilleton, les rebondissements sont nombreux (mais manquent un peu de variété, j’y reviendrai en fin de billet). Michael McDowell mène sa saga tambour battant, au gré du cycle et des événements de la vie -naissances et morts, accidents, mariages ou désunions…-, l’anecdotique s’entremêlant aux drames et aux bonheurs qui la ponctuent. Tout cela sur fond de l’inaltérable discorde opposant Elinor et Mary-Love. Cette dernière, autoritaire, manipulatrice, persuadée d’être le mécène de son clan, prodigue largeurs et richesses sans relâche, mais réfrène toute velléité d’autonomie des siens, désireuse d’entretenir le lien de dépendance sur lequel elle assoit son pouvoir. Sa cruelle hostilité ne parvient toutefois pas à altérer la patience d’une belle-fille plus discrète et plus subtile dans ses aversions, qui tisse sur du long terme les rets dans lesquels finissent toujours par tomber ceux qui contrecarrent ses projets. Car Elinor est portée par une ambition dont rien ni personne ne la fera dévier : porter son mari Oscar aux sommets de la richesse, en développant l’empire forestier des Caskey, propriétaires d’une des trois scieries de Perdido. Visionnaire et audacieuse, agissant dans l’ombre, elle y consacre son intuition et son intelligence, imposant sans démonstration de force ses décisions à un mari qui lui voue une confiance aveugle. Et l’avenir lui donnera raison. Malgré les aléas familiaux et un contexte économique que la crise de 1929 puis la guerre rendront difficile et incertain, Elinor maintiendra sa trajectoire, ses choix a priori irraisonnés assurant peu à peu une fortune colossale à sa famille. On suit ainsi l’ascension du clan sur trois décennies, sa prospérité influençant l’évolution de la ville elle-même. Les Caskey règnent sur la communauté de Perdido avec une sorte de paternalisme bienveillant mais distant que personne ne fait semblant de vouloir remettre en cause. Il faut dire que c’est un monde où la place de chacun -blanc ou noir, pauvre ou riche- est bien définie. Toutefois, à l’intérieur même du microcosme Caskey, pourtant attaché à l’image de bienséance et de solidarité qu’il affiche aux yeux du monde, il règne vis-à-vis de certains comportements considérés "contre nature" par la société de l'époque une surprenante tolérance, chacun vivant comme il l’entend, tant que le clan perdure. En supériorité numérique, ce sont les femmes, souvent dotées de caractères bien trempées, qui par ailleurs le dirigent. 

Elinor est moteur aussi bien de cette prédominance féminine que de cette acceptation de la différence au sein de la famille. Habile à louvoyer entre respectabilité et indépendance d’esprit, elle s’accommode publiquement de règles qu’elle contourne dans sa vie privée, laissant par exemple ses enfants se mêler à ceux de la domesticité noire. Il faut dire qu’Elinor est elle-même différente… D'emblée, l'auteur ne fait pas vraiment mystère de la nature fantastique et repoussante de son héroïne, dont elle fait une force, et qui, tout en restant secrète, lui servira à certains moments de sa vie pour éliminer des gêneurs ou au contraire secourir ceux qu’elle aime. De même, il n’hésite pas à mêler aux êtres de chair et de sang que sont les Caskey quelques fantômes qui, la nuit, sortent des placards, conférant alors à son récit une sombre atmosphère aux relents gothiques. J’ai apprécié cette façon qu’a l’auteur de jouer à la fois sur les peurs surnaturelles que provoque la monstruosité (au sens propre du terme) et sur la dimension prosaïque mais non moins intense des relations humaines, et plus précisément familiales, dont il explore une large palette allant de la plus pure des affections à la haine la plus virulente, en passant par l’emprise, la manipulation, la rivalité… Une manière de démontrer que la violence et la cruauté ne sont pas l'apanage des monstres, tout en parvenant à nous rendre attachants certains personnages à priori peu sympathiques voire horribles. Elinor, figure centrale et complexe de la saga, en est le meilleur exemple, mais l’auteur saura faire évoluer la plupart de ses héros, évitant ainsi de les maintenir dans la dimension caricaturale dont ils pâtissent parfois.

J’en arrive ainsi à mes bémols, suscités par l’impression que l'intrigue est déterminée par une mécanique qui devient redondante avec la répétition de certains événements, de certains comportements, comme si l’auteur avait par moments manqué un peu d’inspiration, et avait construit son histoire de sorte à ce qu’elle réponde à l’impératif d’une série en six épisodes, plutôt que le contraire. 

Je garderai néanmoins de cette lecture le souvenir d’un moment fort plaisant, même si "Blackwater" n’est certes pas, loin s’en faut, le "chef-d’œuvre" qu’on nous a promis.



Cette lecture s'inscrit dans le cadre du Mois Américain chez Pativore et The Cannibal Lecteur.

Commentaires

  1. J'en suis seulement au premier ; sans être éblouie, ça se laisse lire. Je tenterai le deuxième, mais si c'est trop répétitif, je n'irai peut-être pas plus loin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que certains événements identiques surviennent à plusieurs reprises, comme des cycles, et cela donne le sentiment que l'auteur a par moments manqué d'imagination..

      Supprimer
  2. J'avais échappé à la déferlante de publicité, mais là maintenant je suis au courant. Un jour je tenterai, mais à la bibli ça sera long. Tout à fait d'accord avec les éditions TL et leurs beaux bouquins.
    Au fait, sur blogspot, comment tu fais pour présenter trois images collées?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, à lire en vacances, c'est très bien !
      Pour les images, j'ai bricolé, car blogspot ne permet pas (ou je n'ai pas trouvé) de placer des images côte à côte. Du coup, j'ai d'abord copié collé les trois images dans un document word, puis j'ai fait une capture d'écran que j'ai collé dans paint, et c'est l'image paint que j'ai inséré dans mon billet.

      Supprimer
  3. Ah la la ces merveilleuses couvertures ! Elles ont beaucoup fait pour le succès de l'oeuvre. On voit qu'éditeur c'est un métier et que Toussaint Louverture le fait très très bien !
    nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ils sont trop forts... le format des tomes de la saga est en plus très agréable à prendre en main, ce sont des poches plus petits que le format habituel (un peu comme les poche des Editions ZOE).

      Supprimer
  4. Je me suis laissé attirer par les belles couvertures, enfin, prudemment puisque je n'ai acheté que le premier. Que j'ai abandonné à la moitié, tellement je n'y ai pas trouvé de rythme. Je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus dynamique ! Je me demande encore quel événement marquant je peux retenir de ce que j'ai lu.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah zut, je ne suis pas sûre de devoir t'inciter à aller plus loin alors. Dans les tomes suivants, il y a pas mal de nouveaux personnages, et j'ai trouvé l'ensemble plutôt efficace (comme j'ai tout lu d'une traite, il m'est difficile de distinguer un tome de l'autre, avec le recul..)

      Supprimer
  5. Je n'ai toujours pas succombé mais j'en ai envie... à voir, j'ai tant à lire en ce moment et si peu de temps !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je l'écris à Keisha, c'est une bonne lecture à emporter en vacances. Pour l'été prochain ?

      Supprimer
  6. je sais que ce n'est pas pour moi mais je lis avec plaisir les billets sur des livres que je ne lirai jamais

    RépondreSupprimer
  7. Ah oui ce n'est certes pas un chef-d'oeuvre digne des plus grands^^, mais c'est très efficace dans le genre grande littérature populaire dont le succès se mesure davantage en terme de plaisir de lecture qu'autre chose, et j'avoue ne pas l'avoir boudé, malgré quelques bémols aussi de mon côté.:)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord. Je ne suis d'ailleurs pas déçue, car même si je me suis laissée tenter, j'ai abordé la lecture avec circonspection, un peu méfiante tout de même....

      Supprimer
  8. Il n'est pas facile de trouver de bonnes fresques romanesques... elles finissent souvent par tourner en rond. Je reconnais néanmoins que j'ai été tentée par cette saga (je la lirai peut-être l'été prochain moi aussi). Les couvertures sont superbes : c'est un bel objet à mettre dans sa bibliothèque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, une fois de plus Monsieur Toussaint Louverture nous offre là de beaux objets-livres.. et cela contribue à rendre la série tentante.. !

      Supprimer
  9. Sans être bourré d'action, le premier roman est addictif et mystérieux, je n'ai pas su le lâcher, mais hélas, pas encore eu le temps de lire les suivants ! Je note ta participation et vu la taille de ta chronique, je les compte pour 4 participations ! Je suis large :lol:

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Malgré mon (léger) bémol, tu verras que la suite se lit tout aussi bien ! Et je comprends le manque de temps, compte tenu de la quantité de paves que tu as engloutis cet été !

      Supprimer
  10. Pour l'instant, je n'ai pas envie de le lire... Mais je demande comme tu le dis si bien, si ce n'est pas un phénomène de mode... pas un chef d'oeuvre en tout cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais oui, il y a de ça : le succès de cette saga est en partie le résultat d'une habile opération marketing ! Mais il ne faut pas pour autant lui dénier ses qualités, car elle en a. Et je pense d'ailleurs qu'elle pourrait te plaire..

      Supprimer
  11. J'arrive après la bagarre ;-) Je suis ravi que tu aies pris plaisir toi aussi aux aventures de la famille Caskey et si j'y suis un peu pour quelque chose, alors ça me ravit d'autant plus). Après tout le battage (habilement orchestré) qu'il y a eu autour de cette saga, je comprends les réticences de certain.e.s. à s'y coller. Pour autant, ça serait dommage de bouder son plaisir car l'auteur fait le job.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous sommes d'accord, il est d'ailleurs évident que le but de l'auteur n'était pas là de produire un chef d'œuvre, mais bien de divertir, et il le fait sans tomber dans la facilité.

      Supprimer
  12. Et bien, suite à ton billet et au commentaire de Kathel, je suis sûre maintenant que je ne succomberai pas à la tentation... J'ai tant de choses à lire en ce moment et tellement de livres qui me tombent des mains...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi il ne m'est pas tombé des mains, au contraire ! Ceci dit je suis bon public pour ces œuvres hybrides qui mêlent surnaturel et réalisme. Mais il faut aimer...

      Supprimer
    2. Il me manque deux tomes, j’aime beaucoup c’est purement distrayant pour moi! ( une Comete)

      Supprimer
    3. Oui, c'est exactement ça : distrayant (et pas simpliste). J'espère que le dernier tiers de la série te plaira tout autant..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !