LIRE (SUR) LES MINORITES ETHNIQUES

"L’imposteur" - Javier Cercas

"Un livre peut-il réconcilier un homme avec la réalité et avec lui-même ?"

Comment un homme a-t-il pu faire croire, à de multiples reprises, et de manière publique, à son passé fantasmé de rebelle républicain et de déporté de camp de concentration ? Car tel est l’exploit, si l’on peut dire, d’Enric Marco (âgé aujourd’hui de 101 ans !), qui a pendant des années, dans des écoles et lors de conférences télévisées ou radiophoniques, témoigné de son internement au camp de Flossenbürg, nourrissant ses propos de moult détails et anecdotes, sans avoir jamais mis un pied dans un camp de concentration. C’est l’historien Benito Bermejo qui découvre, en 2005, l’imposture : si Enric Marco a bien été en Allemagne au début des années 40, c’était volontairement, pour y travailler et fuir la misère de l'Espagne franquiste.

C’est après beaucoup d’hésitations que Javier Cercas se décide à écrire sur ce sujet. Suite à l’échec de plusieurs tentatives pour écrire de la fiction, il tourne autour de l’histoire de Marco, d’abord rebuté par le personnage et son odieux mensonge. Il y revient finalement pour tenter de comprendre comment et pourquoi cette mystification a été rendue possible, s’appuyant sur l’argument que le devoir de l’art, en creusant au-delà des apparences, est de montrer la complexité de l’existence et des êtres, mais aussi d’analyser les ressorts du mal pour pouvoir le contrer. C'est donc l'écriture d’un récit réel, et non d’une fiction, qui s’est imposée. Une tâche rendue ardue par l’ancienneté des faits inventés, et la personnalité même de son objet d’étude, hâbleur et bavard, et qui, la première fois qu’il le rencontre (puisque c’est avec son accord et sa collaboration qu’il écrit "L’imposteur"), suscite son aversion. Difficile de démêler le faux du vrai, l’authentique de l’inventé dans les discours de cette "crapule", de ce "bouffon", pourtant adoré de sa famille, et auxquels de nombreux amis, malgré ses mensonges, sont restés fidèles.

Javier Cercas s’attelle à une enquête minutieuse, interrogeant des dizaines de témoins, d’experts, et d’historiens, décortiquant des monceaux d’archives.  

Nous découvrons avec lui la vie de cet homme originaire de Barcelone, né dans l’asile où sa mère, folle, mourra seule. Il devient alors "un enfant nomade et privé de l'affection des autres, (puis un) adolescent enflammé par une révolution fugace, vaincu par une guerre épouvantable, un perdant-né qui pour conquérir l'admiration et l'amour qu'il n'avait pas reçu virgule a inventé son passé, s'est construit une fiction glorieuse". Il s'est ainsi réinventé à plusieurs reprises au cours de sa vie, et plus particulièrement en deux occasions. La première, contraint par les circonstances -une sombre affaire de vols commis pour payer l'exclusivité d'une prostituée dont il était tombé amoureux- au milieu des années 50. Quittant du jour au lendemain sa première épouse et leurs deux enfants sans donner d'explication ni avertir personne -il ne leur donnera plus de nouvelles pendant vingt ans-, il cesse d'être un représentant de commerce pour redevenir mécanicien, quitte Barcelone pour Hospitalet et Anita Beltràn pour Maria Belver.  Il change même de nom, adoptant celui d’Enrique Durutti. 

Le deuxième changement intervient dans les années 70, cette fois par sa seule volonté. A la mort de Franco, Enric se réinvente "meilleur". Il commence à se faire appeler Marcos, remplace une épouse vieillissante, andalouse et sans culture par une jeune femme cultivée, élégante et à moitié française, quitte la banlieue ouvrière de Barcelone pour une banlieue bourgeoise, et laisse son métier de mécanicien pour une vie passionnante de leader syndical au sein du CNT, organisation dont la réputation quasi légendaire tient dans sa lutte antifranquiste et ses combats sociaux. Enric devient ainsi, opportunément, un paladin de la liberté politique et de la justice sociale. 

Ce n’est que plus tard qu’il sera par ailleurs le célèbre porte-parole des déportés espagnols, tirant profit, pour se mettre sur le devant de la scène, de la "mode de la mémoire historique" que connaît l’Espagne des années 2000. 

Javier Cercas, en reconstituant le véritable parcours de son sujet, déconstruit une partie de la fiction qu’il a bâtie. Il démontre ce faisant qu’Enric Marco n'a en réalité été qu'un homme parmi les autres, représentatif de l'immense majorité des vaincus qui se sont laissé assujettir par la bêtise et la terreur, un symbole, en quelque sorte, de l'Histoire d’un pays plombé par le déshonneur commun de la défaite. A l’image du peuple espagnol, il a vécu un simulacre de vie normale, consistant à courber l’échine en attendant que ça passe. Et comme la majorité de ses concitoyens, il a a profité de la mort de Franco pour se construire un passé plus gratifiant. La démocratie espagnole, à l’instar du personnage publique d’Enric Marcos, s'est ainsi construite sur un grand mensonge collectif nourri d’une longue série de mensonges individuels. 

Et si Marco est allé plus loin dans ses mensonges que beaucoup d’autres, c'est parce qu'il avait l'énergie, l'ambition et le talent pour le faire, concrétisant ainsi l’ambition qui l’obsède à l’orée de ses 50 ans :  devenir un héros, vivre le rôle principal de ses rêves, transformer la fiction en réalité. 

"Ses mensonges l'ont sauvé. Orphelin arraché de force à sa mère, femme pauvre, folle et maltraitée par son mari, enfant nomade et privé de l'affection des autres, adolescent enflammé par une révolution fugace, vaincue par une guerre épouvantable, un perdant-né qui pour conquérir l'admiration et l'amour qu'il n'avait pas reçu virgule a inventé son passé, s'est construit une fiction glorieuse."

Il a en cela été aidé par sa grande débrouillardise, son charisme et un pouvoir de persuasion expérimenté avec succès aussi bien auprès de gens du peuple que de personnes cultivées. 

C'est ce qui entre autres a permis le fonctionnement de son mensonge : il a été l'homme opportun, se montrant charmant, infatigable, prodigue de son temps, exprimant une énergie et une volonté de témoigner dont étaient dénués les véritables rescapés des camps. Toutes ces qualités le font accueillir à bras ouverts à l'amicale de Mauthausen, dont il devient le Président de 2003 à 2005, date à laquelle la supercherie est découverte.

L’aversion initiale de l’auteur se nuance, se dilue dans la curiosité et une farouche volonté de comprendre, finit même par se teinter d’une certaine admiration, m’a-t-il semblé, face au culot de son sujet, qu’il compare au romancier, dont il a à la fois les qualités -force, fantaisie, mémoire, amour des mots et imagination- et l'insatisfaction puisque c’est cette dernière, prétend Javier Cercas, qui pousse l’écrivain, insatisfait de sa vie et de la vie en général, à la refaire selon son désir. Sauf que ce qu’a fait Enric Marco est permis dans les romans, mais pas dans la vraie vie.

Il reconnait en lui un homme aussi horrible que génial, dont l’ultime énigme est autant sa normalité absolue que son caractère exceptionnel : Enric Marco est finalement "ce que nous sommes, mais de façon plus exagérée, plus grande, plus intense, plus visible".

En entremêlant à sa quête de vérité son regard sur la relation complexe, faite de culpabilité et de cécité volontaire, qui lie les espagnols à leur histoire, et ses nombreux questionnements sur la légitimité de la création littéraire -qui veut faire passer pour vrai ce qui est faux- mais aussi sur sa propre légitimité morale à déconstruire le mythe d’Enric Marco, Javier Cercas fait de "L’imposteur" un récit très dense. Trop ? Je dois avouer que certaines redondances, voire certaine lourdeur dans le traitement de son sujet, m’ont quelquefois perdue. J’ai même hésité à jeter l’éponge à un tiers de l’ouvrage… mais le sujet et les pistes de réflexion qu’il entraine ont finalement suffit à maintenir mon intérêt jusqu’à la fin.


D'autres titres pour découvrir Javier Cercas :

Petit Bac 2023, catégorie GROS MOT

Commentaires

  1. Mouais, si en plus tu as failli le lâcher...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le sujet reste très intéressant, de même que toutes les interrogations que pose l'auteur sur les limites morales à poser -ou pas- à la création littéraire. C'est juste que c'est un peu alourdi par l'écriture. Un bémol que je n'avais pas exprimé lors de mes précédentes lectures de Javier Cercas.

      Supprimer
  2. Du coup je viens de relire mon billet. Je trouve le livre fascinant mais je me plains aussi des répétitions et de certains procédés faciles. C'est un écrivain qui s'écoute un peu parler, mais ses ouvrages sont passionnants !
    nathalie

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh bien je vois que nos avis se rejoignent parfaitement !

      Supprimer
  3. Je me souviens d'avoir peiné à terminer Les soldats de Salamine ... Mais je ne me souviens plus si c'est à cause des lourdeurs. Le sujet de ce titre me semble passionnant, et donc, je le tenterai sans doute, prévenue des redondances, cela pourrait passer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors qu'à l'inverse, j'ai le vague souvenir d'une lecture beaucoup plus fluide des Soldats de Salamine... et oui, je confirme, rien que le sujet vaut qu'on fasse l'effort de lire celui-là. J'ai notamment beaucoup apprécié les passages où l'auteur rapproche le positionnement de Marcos face à l'Histoire de son pays à celui de la plupart des citoyens espagnols. Et puis il faut reconnaître que le personnage a quelque chose de fascinant (on y croirait à peine, s'il était fictif !).

      Supprimer
  4. Mon préféré de Javier Cercas (avec Le monarque des ombres) ! J'attends avec impatience qu'il revienne à la "non fiction", parce que son polar Terra alta ne m'a qu'à moitié convaincue.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense lire Le monarque des ombres. malgré mes bémols sur le style de celui-là, je suis admirative de la manière qu'a l'auteur d'analyser l'histoire de son pays, en partant de figures particulières pour élargir ensuite sur un contexte global.

      Supprimer
  5. J'ai beaucoup aimé. Comment ce gars parvient à faire de sa vie un roman, une fiction et à mystifier tout le monde, c'est très intéressant (je ne parle pas d'un point de vue éthique). De même que Cercas écrivant et se posant des questions, le laboratoire du romancier historien, ça me passionne toujours.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te rejoins, comme je l'écris ci-dessus en réponse à Athalie, le personnage de Marcos est assez fascinant, mais ce qui l'est sans doute tout autant, c'est la propension de ses interlocuteurs à "tomber dans le panneau"... et oui, tous les questionnements autour du personnage central, que ce soit sur le rapport des espagnols à leur histoire, ou sur la création littéraire, sont passionnants.

      Supprimer
  6. Je n'ai pas encore lu celui-ci bien que mes précédentes lectures de l'auteur m'aient emballée ( mis à part, comme Kathel, ses derniers polars, beaucoup trop de facilités, et comme elle mon favori est Le monarque des ombres qui répond aux Soldats de Salamine ).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avais bien aimé Les lois de la frontière, qui est une fiction (pas vraiment un polar) mais dont le sujet rejoint étonnamment celui de ses non-fictions, puisqu'il met en scène un écrivain qui enquête et écrit sur une (fausse) grande figure du banditisme catalan...

      Supprimer
  7. Je n’ai pas l’intention de lire tous les livres de l’écrivain, celui-ci en est un exemple, par contre j’aime bien ses polars comme « Terra Alta » etc.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah, je vois que tu es à contre-courant des commentaires précédents... à voir, j'ai donc le choix pour poursuivre avec cet auteur.

      Supprimer
  8. Je ne crois pas que je serais passionnée par cette histoire, et comme je n'ai pas aimé le seul livre que j'ai lu de l'auteur, je passe (je ne sais plus quel titre c'était).

    RépondreSupprimer
  9. Ça fait un moment que je me dis qu'il faudrait que je lise cet auteur, mais j'ai l'impression, en te lisant et en voyant les commentaires, qu'il ne faut pas se tromper sur le choix du premier livre. Le sujet de celui-ci me parlait bien, mais je crains de ne pas avoir ta persévérance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux dans ce cas commencer par Les soldats de Salamine, dont la démarche est un peu similaire (un récit basé centré sur un personnage réel a priori peu attirant (un phalangiste), avec une grande place accordée au processus créateur à l'origine de l'ouvrage. Il est bien plus court que celui-ci !

      Supprimer
  10. On m'a offert un livre de cet auteur récemment. Je n'ai jamais rien lu de lui, mais je dois dire que ça me tente beaucoup. Je note tes réserves, mais l'histoire de ce livre est tellement incroyable que ça me tente beaucoup. Très beau billet !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'il peut te plaire, le sujet est en effet fascinant...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !