"Avenue des Géants" - Marc Dugain

"Je veux juste recoller au train de l'humanité".

A l'âge de seize ans, Al Kenner tue ses grands-parents. Sa grand-mère, parce qu'elle l'empêche, dit-il, de respirer, et son grand-père, pour lui épargner la douleur que suscitera la mort de sa femme.
Il se livre à la police, est jugé irresponsable lors de son procès, et est interné dans un établissement psychiatrique où il passera cinq ans de sa vie, avant d'être remis en liberté conditionnelle pour bonne conduite, à condition qu'il vive éloigné de sa mère...

Le récit est centré sur la personnalité complexe et torturée de ce personnage, qui en est d'ailleurs le narrateur. Al a toujours été un être solitaire, doté d'une incapacité pathologique à éprouver une quelconque empathie pour ses semblables. Le contact avec les filles provoque en lui une irrépressible répulsion, et il a une peur viscérale de la violence physique, ce qui peut sembler paradoxal de la part de ce grand gaillard de deux mètres vingt et cent trente kilos... Cette peur l'a retenu de s'engager pour le Viet-Nam, alors qu'il aurait tant aimé montrer à ce grand combattant de la seconde guerre mondiale que fût son père qu'il était digne de lui.

Lorsqu'il sort de la clinique psychiatrique où il était interné, ce père tant admiré, et seule personne à lui avoir jamais montré son affection, est malheureusement introuvable... Al est contraint de demander assistance à sa mère, bien que les médecins lui aient recommandé d'éviter tout contact avec elle, le temps de trouver un emploi et un logement.
Cette femme imposante, masculine, a toujours montré pour son fils unique -elle a eu, hormis Al, deux filles- une haine méprisante. Rien n'était assez humiliant pour mortifier le garçon qui dormait à la cave et recevait brimades sur brimades, quand ses sœurs logeaient, traitées comme des princesses, dans les chambres à l'étage.

Plus que le portrait d'un serial killer, "Avenue des Géants" est le témoignage -fictif- d'un homme habité d'un immense mal-être. Al Kenner ne se sent pas ancré dans le monde, et vit comme à côté de lui-même. Quoique "vivre" n'est sans doute pas le terme approprié, ainsi que l'exprime le narrateur : "Le sentiment que la vie vous quitté de votre vivant est l'expression de la solitude absolue. Personne ne peut le comprendre ni le partager".
Il est déchiré entre un besoin désespéré de routine, et l'angoisse que provoque l'absurdité de la répétition. Son existence est une lutte permanente contre les mauvaises pensées qui le hantent et menacent à chaque instant de le faire sombrer dans la folie.

En prenant le parti de donner la parole à son héros, Marc Dugain entretient jusqu'au bout le doute quant aux actes dont il se rend -ou pas...- coupable. Le récit est semé de non-dits, le lecteur ressentant presque la lourdeur de certains silences, en fin de paragraphes. Il parvient à nous attacher à cet homme étrange dont on ne saurait dire s'il est monstrueux ou incurablement malade, mais qui se révèle en tous cas fascinant...

>> D'autres titres pour découvrir Marc Dugain :
*La chambre des officiers
*Une exécution ordinaire
*L'insomnie des étoiles
*La malédiction d'Edgar

Commentaires

  1. Il fallait Marc Dugain pour donner la parole à un tel personnage !C'est casse-figure, et il s'en sort très bien !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai. Et il a déjà démontré à plusieurs reprises qu'il était un portraitiste de talent (tu l'as d'ailleurs évoqué dernièrement sur ton blog, avec "La malédiction d'Edgar").

      Supprimer
  2. Ta dernière phrase me fait souvenir que c'est bien cela qui a fini par me gêner dans ce, par ailleurs, bon bouquin ( mais Dugain, je ne suis pas objective du tout, je suis pour, d'abord, et je le lis ensuite ...), j'aurais préféré ne pas être fascinée en fait par un tueur sérial killer enfoncé dans son mal être. Mais cela n'enlève rien à la qualité romanesque, c'est le choix de la narration à la première personne, comme le dit Kathel, c'est casse figure.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un choix au final très judicieux, que cette narration à la première personne. C'est ce qui donne en grande partie sa force à ce roman.

      Supprimer
  3. Je rejoins un peu Athalie, moi ce que je n'ai jamais compris, c'est pourquoi Dugain fait de Keller un type si sympathique finalement...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je trouve au contraire cette approche intéressante, justement parce qu'elle bouscule le lecteur, et qu'elle est surprenante...

      Supprimer
  4. Bonjour ingannmic, j'ai trouvé ce roman remarquable de bout en bout et pourtant le sujet et le fait que Dugain se mette dans la peau d'un "serial-killer" peut et a fait grincer des dents. Bonne après-midi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai l'impression que ce roman fait quasiment l'unanimité : Dugain s'est lancé dans un pari difficile, mais l'a au final réussi, pour résumer !!

      Supprimer
  5. Je me souviens d'un livre très bien écrit !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire