"Speed Queen" - Stewart O'Nan

 De la frénésie, mais un certain manque de rythme...

"Speed Queen" m'a fait penser à un autre roman de Stewart O'Nan : "Le pays des ténèbres". Parce que ces deux titres décrivent la même Amérique. Celle qui, prise d'une frénésie visant à combler un vague désœuvrement, se jette avec inconscience dans une surconsommation de soi-disant plaisirs, dont on retire des sensations aussi violentes qu'éphémères.

Marjorie en est une digne représentante. Elle aime la vitesse -les fast-foods, les bolides- et les plaisirs intenses mais fugaces que lui procure la drogue. Marjorie boit beaucoup, aussi. Même dans les snacks ou les stations service où elle enchaîne les petits boulots, elle ne peut s'empêcher de cacher une bouteille dans quelque endroit stratégique...

Mais tout ça, c'était avant. Marjorie, pour l'heure, est en prison. Et pas pour une broutille, puisqu'elle est condamnée à mort. Sauf si son avocat parvient à obtenir un énième report, son exécution est programmée dans quelques heures. En attendant, elle répond, sur un enregistrement, aux questions que lui a posées, par lettre, l'auteur qu'elle admire depuis toujours : Stephen King ; l'écrivain va écrire un roman s'inspirant de son histoire.

Il a pour cela besoin de précisions sur la vie de Marjorie, et sur l'enchainement des événements qui ont abouti à son triste sort. Il en résulte un long monologue, au cours duquel la jeune femme revient sur sa rencontre avec Lamont, dont elle aura un petit garçon, sur ses addictions, sur le manque d'argent qui les a menés peu à peu au crime... Sur tous les mauvais chemins que son enfance sans histoire ne la prédisposait pourtant pas à emprunter, mais qu'elle a pris visiblement sans regrets.

S'exprimant avec familiarité et maladresse, elle déroule les étapes de son existence avec une sorte de froide insouciance qui fait froid dans le dos, rien -ni même la mort qui approche- ne semblant avoir pour elle de réelle importance. Son récit est dévidé de manière hachée, émaillé d'une multitudes de termes relatifs aux fast-cars, aux fast-foods.

C'est très progressivement que nous découvrons tous les éléments de l'intrigue, et je dois avouer que j'ai parfois trouvé que le chemin était long... Peut-être en raison de l'apathie émotionnelle dont semble atteinte l'héroïne. Aussi, malgré une thématique propre à éveiller mon intérêt et une manière originale de dérouler la narration, "Speed Queen" ne me laissera pas un souvenir mémorable...

>> D'autres titres pour découvrir Stewart O'Nan :

Commentaires

  1. Je l'avais lu quand il était sorti et je n'ai plus beaucoup de souvenirs. Je me souviens juste que mon impression était très positive à l'époque et ça m'a encouragée à lire ses autres romans.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est déjà beaucoup... J'apprécie énormément cet auteur, mais j'ai trouvé ce titre, notamment en raison de ses longueurs, en-dessous d'autres romans tels que Le nom des morts, Des anges dans la neige, Un mal qui répand la terreur...

      Supprimer
  2. J'avais adoré "Les joueurs", il faut absolument que je replonge dans l'univers de cet auteur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu as aimé le ton des Joueurs, je te conseille vivement Des anges dans la neige. Et si tu veux du O'Nan différent, Un mal qui répand la terreur est selon moi un indispensable de cet auteur. Une lecture certes TRÈS glauque, mais qui m'a profondément marquée..

      Supprimer

Enregistrer un commentaire