"Le cavalier suédois" - Leo Perutz

Imposture(s).

Quel bijou que ce "Cavalier suédois", roman à la fois ludique et intelligent, qui mêle habilement les genres... !

Histoire d'usurpation d'identité motivée par un coup de foudre pour une belle aristocrate en détresse...
Conte fantastique, hanté par la présence de nombreuses figures maléfiques, fantômes véritables ou vivants que leur incroyable cruauté dote d'une dimension presque surnaturelle...
Récit d'aventures cocasses, dans lequel de célèbres pilleurs d'églises légitiment leurs larcins par une réjouissante philosophie anti-cléricale...

..."Le cavalier suédois" est tout cela à la fois. 

Il débute dans le froid hostile d'une forêt de Silésie, où deux hommes subissent un compagnonnage quelque peu forcé. 
L'un est déserteur : Christian von Tornefeld, dont le père était suédois, a quitté l'armée polonaise où il était enrôlé pour rejoindre celle de l'ennemi, le Roi Charles de Suède. Hâbleur et susceptible, ses discours de grandeur, d'honneur, ne font pas long feu à l'épreuve de la faim et des températures glaciales...
L'autre, surnommé "Piège-à-Poules", est un vagabond et un voleur réchappé du gibet, qui s'est résigné, ses affaires étant au plus mal, à rejoindre les forges du Prince-archevêque, où se dissimulent, au prix d'un labeur infernal et de traitements cruels, les repris de justice de tout le pays. Ce maraudeur à l'imagination fertile, rusé comme un renard, irrévérencieux, est d'emblée bien plus sympathique au lecteur que son acolyte vantard et pleurnicheur.

Aussi, lorsqu'il se débrouille pour l'expédier à sa place aux forges du Prince-archevêque, pendant que lui-même projette de se faire passer pour le cavalier dans le but de conquérir le cœur de la belle cousine de ce dernier, c'est sans réelle acrimonie que le lecteur songe à lui reprocher cette supercherie... d'autant plus que c'est là l'occasion pour l'auteur d'alimenter astucieusement son intrigue, tant sur le plan de l'action que sur celui de la réflexion.

En effet, au-delà de la tension que permet d'apporter au récit l'usurpation d'identité (l'imposture sera-t-elle découverte ? Par quelles pirouettes le héros déjouera-t-il les doutes des personnes qui ont connu le véritable Christian von Tornefeld ?), elle induit tout un questionnement sur la légitimité sociale des individus (basée sur les origines familiales, et non sur les véritables mérites), mais aussi sur la difficulté à assumer ses mensonges, à lutter contre les démons de la culpabilité qui vous rongent lorsque vous avez sciemment bâti votre bonheur en provoquant le malheur d'un autre... sur l'angoisse insidieuse qui vous étreint en permanence, à l'idée que la découverte de vos secrets anéantisse tout ce que vous construit, et vous fasse perdre l'amour des êtres qui vous sont chers..

Toutes ces interrogations et ces incertitudes font du "Cavalier suédois" un récit passionnant et fort divertissant, auquel son atmosphère sombre, subtilement surnaturelle et sa dimension parfois picaresque confèrent par ailleurs une réelle densité.


J'ai lu ce titre dans le cadre de l'activité Lire le monde, organisée par Sandrine. D'autres billets sur la page Facebook du groupe.

Commentaires

  1. Je crois que je vais passer ma journée à regretter de ne pas avoir choisi ce roman pour la lecture autour de Leo Perutz...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ne regrette pas : en commençant par une déception, tu as aussi laissé l'occasion à l'auteur de te surprendre d'autant plus agréablement la prochaine fois !

      Supprimer
  2. J'ai raté cette lecture commune mais je conserve ce livre dans ma PAL ! Merci pour cette chronique !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que sa lecture te procurera autant d'enthousiasme que celui qu'elle a suscité parmi presque tous les participants de cette LC..

      Supprimer
  3. A mon tour de survoler ta note ^-^... J'ai ce titre sous le coude depuis un bon moment, j'attendais un espace temps favorable ! Je pense que ta note va me pousser à le trouver rapidement (je n'ai lu que la fin en fait !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis sûre qu'il te plaira : l'ambiance, les personnages... tout y est réussi !

      Supprimer
  4. C'est vrai que cet usurpateur est d'emblée sympathique ;-) et que son compagnon soit "acolyte vantard et pleurnicheur" aide aussi ;-)
    Bonne journée Ingannmic ;-)

    RépondreSupprimer
  5. Lu déjà beaucoup de chroniques enthousiastes sur cet auteur sur le blog de Eeguab. La tienne à propos de ce livre me donne envie une nouvelle fois d'essayer cet auteur, et part celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En tous cas je n'ai pas été déçue... et je pense que l'on peut faire confiance à Eeguab !!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire