"Traverser la nuit" - Hervé Le Corre

"Il regarde autour de lui la ville dans la nuit, les silhouettes tranquilles des passants, ses bâtiments, ses éclairages, les voitures qu'il croise, les feux aux carrefours égrenant, imperturbables, leur code de couleurs, tout cet ordonnancement, ce décorum nocturne, opérationnel de la civilisation industrielle, et il se demande comment ça tient encore debout, tous ces réseaux, cette énergie, cet assemblage complexe, tant cela lui semble relever d'un château de cartes auquel on en rajoute sans cesse un autre puis un autre en pariant sur la stabilité de l'ensemble."

Trois personnages. Des figures marquantes, qui ont comme point commun de se coltiner l’existence en pleine face avec une brutalité qu’ils affrontent tant bien que mal, versant parfois dans l’ignominie.

Louise vit sur le fil. Celui d’une précarité à laquelle elle échappe de peu grâce à son boulot d’auxiliaire de vie. Et celui d’une peur permanente, provoquée par la violence d’un ex qui la harcèle et la maltraite. Depuis une jeunesse dont les excès lui ont laissé davantage de souvenirs amers et de connaissances peu recommandables qu’une quelconque nostalgie, elle est à deux doigts de rejoindre la cohorte des paumées qui font la pute pour leur prochaine dose, en attendant qu’on les retrouve un matin crevées dans un coin. Mais il est hors de question de franchir la limite fatale. Parce qu’il y a Sam, son petit garçon, qui la fait se tenir droite et la maintient dans l’espoir solide de lendemains peut-être pas meilleurs, mais qui valent de toute façon la peine d’être vécus, puisqu’il est là.

Jourdan, lui, est au bout du rouleau. Inspecteur de police, il ne parvient plus à garder la distance avec le désespoir et la pourriture dont il est chaque jour témoin, hanté par les victimes que la barbarie met sur sa route. Il ne dort plus, ne trouve plus de sens à sa mission, s'éloigne irrémédiablement de ses collègues comme de ses proches, avec lesquels il ne communique plus depuis longtemps. L’impression que sa vie lui a échappé sans lui laisser une seule chance de la rattraper l’écrase.

Le dernier est un anonyme, un homme qu’une mère incestueuse et le souvenir d’une guerre dans le désert a détraqué. Devenu prédateur, il rôde, la nuit, dans Bordeaux, s’acharnant à coups de couteaux sur les prostituées qui ont eu le malheur de croiser sa route.

Leurs trajectoires se déroulent en parallèle, avec Jourdan comme vague trait d’union, son travail d’enquêteur le lançant sur les traces du meurtrier (sans grand succès, l’enquête piétine) ou lui faisant rencontrer Louise suite à une nouvelle agression de son ex. Leur détresse commune crée un sentiment de reconnaissance qu’ils réfrènent par pudeur et par crainte d’une déception de plus.

"Traverser la nuit" fait ainsi se côtoyer horreur et violence "ordinaire". L’ensemble est plombé d’une grisaille mortifère, qu’accentuent l’évocation d’une pluie que l’on dirait incessante et celle d’un ras-le-bol généralisé qui envoie dans la rue des milliers de quidams affublés de gilets jaunes.

La plume d’Hervé Le Corre est à la fois sombre et éloquente, qui nous immerge dans une urbanité obscure et sordide, de squats en logements misérables où survit, louvoyant entre misère et dangers, une faune qui reste, pour beaucoup, invisible.

Et au cas où cela ne suffirait pas, son final achève de nous assommer…


Deux autres titres pour découvrir Hervé Le Corre :

Commentaires

  1. Bon, j'ai compris, assez désespérant! Je vais prudemment éviter...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est noir. Il y a bien le personnage de Louise qui amène un peu d'espoir, mais il est fragile...

      Supprimer
  2. Comme Keisha ! Je n'ai lu qu'un roman de l'auteur, mais au moins c'était un roman historico-policier, il ne nous renvoyait donc pas notre monde contemporain à la figure, en le parant de noir, très noir.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La prochaine fois, je lirai peut-être d'ailleurs "L'homme aux lèvres de saphir", qui se passe au XIXe, histoire de souffler un peu !

      Supprimer
  3. Un auteur que j'aime beaucoup et que je n'ai jamais lu ! C'est pour l'avoir écouté à Etonnants Voyageurs, à plusieurs reprises ... Monsieur l'auteur a le verbe éloquent aussi et un engagement loyal. J'ai ses deux romans sur la Commune sur des étagères depuis donc ... longtemps ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme toi, j'ai d'abord fait sa connaissance "de visu", et il m'avait passionnée, par sa fougue et son intelligence. J'ai déjà noté d'autres titres .. et je pense qu'il te plaira (la citation en amont de mon billet donne un bon aperçu de sa plume).

      Supprimer
  4. Aïe ! ça envoie pas du rêve ton histoire. Un peu sombre peut-être ;-) J'ai un titre dans ma PAL (je ne sais plus lequel) mais ce n'est pas celui-ci.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est en effet pas très gai, mais je crois que c'est le ton général de l'œuvre de cet auteur. Après, comme l'écrit Kathel, on peut lire ses romans à dimension plus historique, qui sont sans doute moins démoralisants puisqu'ils permettent davantage de prise de distance...

      Supprimer
  5. Je l’ai dans ma pile depuis mille ans ... j’ai peur de le lire ...
    béa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si c'est la noirceur qui t'inquiète, je confirme... peut-être peux-tu prévoir de le faire suivre d'une lecture plus distrayante ?

      Supprimer
  6. trop de violence, donc je vais passer...
    J'ai tenté de lire "après la guerre"et je ne l'ai pas terminé donc pas retenté l'expérience :-)

    RépondreSupprimer
  7. La citation est très éloquente. La noirceur me tente fort ces temps-ci, après mon avalanche de romans plus légers...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il devrait te plaire, alors. Je suis curieuse de ton avis sur cet auteur. J'aime beaucoup son écriture.

      Supprimer
  8. je sors d'un polar très noir avec un capitaine alcoolo....je vais un peu attendre!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Euh oui, dans ce cas, une pause me semble raisonnable ! Mais c'est un auteur à retenir.

      Supprimer
  9. Le ciel trop souvent gris en Bretagne cet été ne m’encourage pas à lire des romans très sombres que de toute façon j’évite déjà en temps ordinaire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Que cet été, le ciel gris en Bretagne ?! Oh que je suis vilaine.. d'autant plus que j'adore la Bretagne... et si cela peut te consoler, le ciel est gris à peu près partout cette année. Et si tu n'aimes pas le "noir", je te conseille en effet d'éviter Le Corre, l'est pas très gai, l'animal !!

      Supprimer
  10. J'avais lu il y a deux ans "prendre des loups pour des chiens" et j'avais été plombée par l'histoire !! alors je passe mon tour :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "Plombée", oui, c'est un terme juste pour définir l'état d'esprit dans lequel nous plongent les romans de Le Corre. Mais je dois être un peu maso, j'aime ça ! Du coup, je compte bien lire "Prendre des loups...".

      Supprimer
  11. On m'a souvent conseillé cet auteur. Notamment le titre suggéré par Sandrion. Je compte justement le lire.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je le lirai aussi. "Après la guerre" est également très bien, et j'ai "Les effarés" sur ma pile, que je n'ai pas encore lu.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Compte tenu des difficultés pour certains d'entre vous à poster des commentaires, je modère, au cas où cela permettrait de résoudre le problème... N'hésitez pas à me faire part de vos retours d'expérience !