"Cash cash"- Ed McBain

Pour dimanche pluvieux.

Cash Cash est l’un des nombreux épisodes de la série des enquêtes du 87ème district d’Ed McBain. En débutant cette saga en 1956, il fut un précurseur, et inspira la plupart des séries policières télévisées qui suivirent. Tout un commissariat en est le héros, sis dans la ville d’Isola, certes imaginaire mais fortement évocatrice de celle de New York. Au fil des années, la fiction a évolué avec la réalité, et par conséquent avec la nature des crimes qui donnent lieu aux intrigues : le banditisme a fait place au trafic de drogue et au terrorisme, dont il est question dans « Cash Cash ».

Ed McBain use d’un style extrêmement simple, introduit l’action dès le début du récit, et la mène tambour battant tout au long du roman. Un corps de femme nue retrouvé mutilé dans la fosse aux lions du zoo du district, une ex-pilote de chasse effectuant une mystérieuse livraison à la frontière mexicaine, un cambrioleur pris à son propre piège… tels sont les éléments de départ de l’intrigue, éléments qui s’imbriquent très rapidement pour révéler un complot d’une ampleur internationale.

Une histoire à la limite du loufoque, des personnages à la limite de la caricature : l’auteur imprègne son récit d’un humour teinté de dérision, qui rend la lecture facile et plaisante. A noter tout de même la lucidité dont il fait preuve concernant les dangers et les maux de nos sociétés modernes (un exemple : dans ce roman paru 5 jours avant le 11 septembre 2001, les personnages évoquent la possibilité d’un attentat perpétré contre le World Trade Center, et mentionnent entre autres un certain Ben Laden…).

J’avoue préférer les romans plus sombres, plus complexes… à conseiller pour les dimanches pluvieux, et quand on n’a pas trop envie de réfléchir !

Commentaires

  1. L'immense McBain ne livre pas ici son meilleur épisode. Il faut pour apprécier la richesse de son univers en lire plusieurs de la fameuse saga du 87 district. Je conseillerais Poison, Branle-bas au 87, et plus généralement les volumes 4, 6 et 1 éditions Omnibus. Cet auteur mérite vraiment le coup!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire