"Un été ardent" - Andrea Camilleri

C'est pour rire !

Vous êtes à la recherche d'un roman à l'ambiance noire et oppressante ?
D'une intrigue à vous torturer les méninges ?
D'une histoire à rebondissements inattendus ?

Alors, passez votre chemin...

Si, en revanche, vous êtes à la recherche d'un peu de détente,
d'un roman sans d'autre prétention que celle de vous divertir,
de personnages haut en couleurs qui vous feront bien rire...

Dans ce cas, "Un été ardent" est pour vous !

Andrea Camilleri y met en scène le commissaire Salvo Montalbano, qui officie dans la petite ville de Vigata, en Sicile. Quelque peu abattu par le soleil de plomb qui règne sur un été caniculaire, il est chargé par sa compagne Livia de trouver une villa à louer en bord de mer, pour un couple d'amis génois. Mission vite accomplie... malheureusement, le séjour des vacanciers tourne vite au cauchemar : après avoir subi les invasions successives de cafards, de souris et d'araignées, ils apprennent que le cadavre d'une jeune fille a été retrouvé dans le sous-sol de la villa. Ce sous-sol est en réalité ce que l'on appelle en Sicile un "appartement abusif", qui a été construit en même temps que le reste de l'habitation, puis dissimulé par quelques tonnes de terre et de sable. Les propriétaires n'ont plus ensuite qu'à patienter jusqu'à la prochaine amnistie sur les irrégularités immobilières pour mettre au jour cette "extension"...

... Et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres de pratique illégale mais communément tolérée évoquée par Andrea Camilleri. La légèreté de l'ensemble du roman ne l'empêche pas en effet de pointer du doigt -ou en tout cas de la plume !- les plaies qui gangrènent la société sicilienne : magouilles en tous genres, corruption, immunité pour les plus puissants... il est difficile dans ce contexte pour le commissaire Montalbano et ses confrères de mener leur tâche à bien.

Une lecture ma foi plutôt plaisante, agrémentée par des personnages truculents et un parler très "couleur locale" (à ce propos, un petit conseil : lisez bien la note du traducteur avant d'entamer cet ouvrage).

Commentaires

  1. Ziout, en lisant les toutes premieres phrases de ton billet, je me suis reconnue !!

    RépondreSupprimer
  2. Eh bien, cet article aura au moins le mérite de ne pas alourdir ta PAL !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire