"Total Khéops" - Jean-Claude Izzo

"C'était ça, l'histoire de Marseille. Son éternité. Son utopie. L'unique utopie du monde. Un lieu où n'importe qui, de n'importe quelle couleur, pouvait descendre d'un bateau, ou d'un train, sa valise à la main, sans un sou en poche, et se fondre dans le flot des autres hommes. Une ville où, à peine le pied posé au sol, cet homme pouvait dire :  "C'est ici. Je suis chez moi".

"Total Khéops", ainsi que le précise le héros du roman éponyme de Jean-Claude Izzo qui constitue le premier volet de sa trilogie marseillaise, est le titre d'une chanson du groupe de rap marseillais IAM.
"Total Khéops" est synonyme de bourbier...

Fabio Montale est flic à Marseille. Plus jeune, il s'est trouvé de l'autre côté de la barrière : en compagnie de  ses amis d'enfance Ugo et Manu, il faisait dans le braquage, jusqu'au jour où cela a mal tourné... Les trois garçons ont alors emprunté des chemins différents et Fabio a plus ou moins perdu contact avec ses amis.
Maintenant âgé de la quarantaine, il vit seul. Considéré comme inadapté aux "nouvelles" méthodes policières, qui préconisent l'efficacité -le "nettoyage" !- avant tout, et la sanction plutôt que la prévention, il a été relégué par ses supérieurs à la surveillance des banlieues. Fabio est un homme désabusé, qui en vient à ne plus voir que le côté négatif de son existence, de la société et de sa ville natale, gangrénée par le chômage, la délinquance, la violence, la mafia et la corruption.
Trois mois auparavant, son vieil ami Manu est mort, probablement suite à un obscur réglement de comptes. Et c'est maintenant au tour d'Ugo, abattu par les collègues de Montale alors qu'il venait tout juste d'assassiner le commanditaire de la mort de Manu...
Fabio ne peut pas rester sans réagir face à ces événements, c'est pour lui une question de dignité et d'amour-propre. A l'approche de la cinquantaine, rattrapé par ses souvenirs, ses regrets, ayant le sentiment de n'avoir rien fait de sa vie, il s'agit de lui donner enfin un sens en recherchant la vérité sur les meurtres de Manu et d'Ugo.

L'autre personnage phare de ce roman, c'est Marseille... le parcours des divers protagonistes qui traversent "Total Khéops" est en effet l'occasion pour l'auteur d'évoquer des pans de l'histoire de cette ville pour laquelle on devine son attachement. 
Marseille, la fin du voyage pour des vagues successives d'immigrés fuyant les massacres en Arménie, puis les dictatures de l'Europe de la moitié du XXème siècle (celle de Mussolini, ou de Franco), puis l'Algérie déchirée, ou pour ceux qui ont tout simplement fui la misère. 
Marseille, ville des nouveaux départs, Marseille et son quartier du Panier, considéré comme celui de la honte, parce qu'il fût celui des putes et des marins, et qu'il est resté de toutes façons celui des miséreux..
Marseille et son port, noyau de son âme, carrefour de tous les brassages humains depuis toujours... 
...et enfin le Marseille d'aujourd'hui, qui semble vouloir renier cette histoire, son essence, qui délaisse son port, qui sépare ses citoyens, les cloisonne, où la haine de l'autre progresse proportionnellement à la dégradation des conditions de vie, où la peur est devenue omniprésente.

Profondément pessimiste, constitué de phrases souvent courtes, percutantes, "Total Khéops" est un récit qui ne laisse pas indifférent, mais c'est surtout un roman très fort, grâce à l'écriture de Jean-Claude Izzo, qui a le pouvoir de vous étreindre le cœur. Il y a une sorte de beauté douloureuse dans la façon dont il évoque, amer, l'évolution de sa ville natale, ou les états d'âme de son héros, qui en devient extrêmement attachant. Sa plume, sensible, poignante, vous touche et vous émeut, au point, lorsque vous refermez ce roman, d'en garder bien longtemps des échos en vous...

Commentaires