"Neverwhere" - Neil Gaiman

Les dessous pas chics.

Et si les souterrains de nos métropoles abritaient un monde parallèle, avec ses peuples, ses coutumes, ses croyances ?

Telle est l'hypothèse que Neil Gaiman développe dans "Neverwhere". Et ce sont les dessous de la ville de Londres qu'il utilise comme théâtre de cet univers imaginaire, à la fois lugubre et foisonnant, où se côtoient des créatures parfois bien inquiétantes.
Le lecteur s'engage dans cet obscur et immense labyrinthe en compagnie de Richard Mayhew, dont l'existence réglée comme du papier à musique bascule le soir où il porte secours à une jeune SDF sérieusement blessée. Cette dernière est en réalité une habitante de ce Londres "d'En Bas", pourchassée par deux individus sinistres et énigmatiques qui veulent sa mort.
C'est ainsi que Richard, incrédule, va se retrouver non seulement à parcourir un monde dont il n'aurait même pas osé concevoir l'existence, mais va en plus être amené à vivre de dangereuses mais passionnantes aventures, en quête d'une mystérieuse clé censée permettre l'accès à une sorte de paradis...

Le rythme de son intrigue (les scènes s'enchaînent sans temps mort, menant le lecteur de découverte en découverte) fait de "Neverwhere" un roman dont la lecture est très agréable. On ne s'ennuie pas une seconde, et on sourit assez souvent grâce aux touches d'humour dont l'auteur colore son récit.

J'exprimerai malgré tout un petit regret : j'ai eu en effet le sentiment que l'auteur aurait pu étoffer encore davantage son monde imaginaire. Certes, il sait utiliser des détails, inventer des particularités qui contribuent à alimenter la richesse de son univers et de ses personnages mais je suis persuadée que le récit aurait été d'autant plus passionnant, son atmosphère plus prégnante, s'il avait développé l'aspect glauque et fantastique de son univers.

Commentaires

  1. Ce genre d'intrigue me plaît assez... je crois que je vais le retenir!

    RépondreSupprimer
  2. Coucou Marc,

    Et bien j'espère que, comme moi, cette lecture te fera passer un bon moment.

    Ça va, sinon ?

    RépondreSupprimer
  3. De mon côté c'est peut-être mon roman préféré de Gaiman.
    En plus de l'intrigue, il y a toute la réflexion sur ces invisibles, dans lesquels on peut très facilement "voir" ceux que l'on croise tous les jours mais qui sont devenus totalement invisibles pour nous (SDF, clodos, nouveaux pauvres ...).
    Et puis cette scène chez Harods !
    Et les deux affreux, jamais décrits, jamais explicités mais tellement présents ..
    Bref j'adore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est vrai qu'il y certains passages vraiment excellents...
      Et tu as raison, derrière son intrigue, Gaiman aborde certains thèmes sociétaux, notamment celui, effectivement, de ce petit peuple, qui semble vivre dans un monde "parallèle", et que l'on côtoie sans voir.
      Celui, aussi, de certaines valeurs avec lesquelles renoue le héros au contact de ce monde souterrain, qui lui fait réaliser la vacuité de sa vie d'avant, où il ne faisait que courir après l'argent et la réussite...

      Supprimer
  4. En fait, je pense que c'est un livre socialiste :-) .

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire