« Water Music » - T.C. Boyle

Le roman de tous les romans.

Le Niger… fleuve ô combien mystérieux pour les Européens de cette fin du XVIIIème siècle. Dans quel sens coule-t-il ? Où se jette-t-il ? Telles sont les questions auxquelles Mungo Park, explorateur écossais, a décidé de répondre, et c’est la raison pour laquelle il se trouve en Afrique. Pour l’heure, il a été fait prisonnier avec son guide par Ali Ibn Fatoudi, émir de Ludamar, et il se retrouve en mauvaise posture…
Pendant ce temps, à Londres, l’anglais Ned Rise a une fois de plus trouvé une combine pour empocher le maximum de livres sterling en un minimum de temps...

L’ennui, avec les romans à trame historique, c’est que leurs auteurs donnent parfois le sentiment d’y asséner d’indiscutables vérités sans faire preuve de suffisamment de distance pour rappeler qu’il s’agit avant tout d’un roman, avec toute la subjectivité et la créativité que cela implique.

Ca tombe bien : l’ambition de TC Boyle n’est pas de coller à la vérité historique, ainsi qu’il nous en informe en avant-propos de « Water Music ». Et pour ceux qui ne l’aurait pas bien compris, il nous le rappelle par la bouche de son personnage Mungo Park : « Tu ne vois donc pas tout ce que mes écrits auraient d’insupportablement ennuyeux si je m’en tenais aux faits purs et durs et ne m’autorisais pas à les embellir ? (…) mais mes lecteurs ne le supporteraient jamais ! Ils veulent des faits ? Qu’ils lisent donc Hansard ou la rubrique nécrologique du Times. Non, quand on ouvre un livre sur l’Afrique, c’est de l’aventure qu’on veut, du merveilleux, des histoires (…). Et moi, justement, des histoires, c’est exactement ça que j’ai l’intention de leur donner, à mes lecteurs. Des histoires ! »

Et des histoires, de l’aventure, TC Boyle nous en donne, effectivement, et même à foison ! Des sordides bas-fonds de Londres d'une saleté repoussante, où survivent des créatures plus misérables les unes que les autres, à l’implacabilité de l’Afrique, où d’insupportables chaleurs succèdent aux pluies torrentielles et délétères, il nous décrit un univers picaresque, barbare, paillard, que l’on découvre avec émerveillement. Parce qu’en dépit de la violence du récit, des destins malchanceux, misérables, que l’on y croise, le ton est gouailleur, parfois même hilarant… et l’auteur joue de ce paradoxe, avec une certaine distance non dénuée d’humour, comme lorsqu’il prétend par exemple que l’enfance de son héros Ned Rise aurait « donné le frisson à un Zola » ! Et c’est vrai qu’au cours de ma lecture, il m’est arrivée de songer à l’auteur de « L’assommoir », voire aux « Misérables » de Hugo, tant le mauvais sort et la pauvreté semblent s’acharner sur certains des protagonistes, et aussi en raison de la puissance d’évocation qui émane de la description de leurs conditions d’existence. Mais j’ai aussi parfois pensé à « Je, François Villon » de Teulé, ou encore au Don Quichotte de Cervantès, lors de certains passages décrivant les tribulations de Mungo Park en Afrique…
Et si la découverte de « Water Music » évoque ainsi le souvenir de lectures aussi diverses, c’est sans doute parce que TC Boyle est parvenu à réunir, dans un seul ouvrage, en une habile symbiose, les composantes de plusieurs genres de littérature. On y retrouve en effet le suspense d’un roman d’aventures, le souffle d’un roman historique, la dureté d’un roman réaliste, avec l'humour en plus…

Il s’agit du premier roman de l’auteur, et du premier que je lis de lui, et je ne suis pas près d’oublier cette découverte !

Commentaires

  1. Ah! Ca faisait un moment que je n'avais rien ajouté dans ma LàL! Hop!Je l'inscris!

    RépondreSupprimer
  2. Hé bien voilà un beau récit d'aventures! Je le note!

    RépondreSupprimer
  3. Cela fait longtemps que je n'avais pas entendu parler de Water music ! Il m'avait été recommandé à sa sortie par un libraire à qui je dois de très belles découvertes !

    RépondreSupprimer
  4. Et puis, un roman qui commence comme ça :
    «A l'âge où les trois quarts des jeunes Ecossais retroussent les jupes des demoiselles, labourent, creusent leurs sillons et répandent leur semence, Mungo Park, lui, exposait ses fesses nues aux yeux du hadj Ibn Fatouni, émir de Ludamar. »
    Ne peut pas être mauvais !

    RépondreSupprimer
  5. Nous sommes bien d'accord !
    Je crois d'ailleurs que c'est vous que je dois remercier pour cette belle découverte...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire