"L'auberge de la Jamaïque" - Daphné Du Maurier

D'une traite.

« L’auberge de la Jamaïque » se dresse sur la route de Bodmin à Launceston, dans l’hostile région de la lande cornouaillaise. Les coches ne s’y arrêtent jamais, cela fait bien longtemps que ses chambres n’accueillent plus de voyageurs, et l’évocation de son nom suffit à provoquer la terreur sur les visages. C’est ici qu’échoue Mary Yellan à la mort de sa mère. Fidèle à la promesse qu’elle lui a faite, la jeune femme se rend auprès de sa tante Patience, dont le mari, personnage violent, est le propriétaire des lieux. Peu à peu, Mary va découvrir le terrible secret qui rend l’auberge si effrayante.

Une fois plongée dans ce roman, je n’ai pu m’en extirper avant de l’avoir terminé ! J’ai d’abord été happée par l’habile évocation faite par l’auteure de ce paysage désolé, venteux, obscur… qui en devient par moments un personnage à part entière, que l’on imagine doté de pouvoirs maléfiques, et dont la puissance, séculaire, est antérieure à l’existence de l’Homme. Puis l’intrigue, non moins sinistre que le décor dans lequel elle se déroule, m’a définitivement enchaînée à l’histoire de Mary. C’est vrai, sa témérité de jeune fille intègre et naïve face aux dangers et à la brutalité de son oncle fait parfois sourire, mais cela n’amoindrit pas pour autant le talent dont fait preuve Daphné du Maurier pour dépeindre l’ambiguïté des rapports liant les différents protagonistes du récit. Ces rapports oscillent entre attirance et répulsion, crainte et admiration, les élans du cœur s’opposent aux commandements de la raison, et les personnages les plus séduisants peuvent dissimuler les pires zones d’ombre. Enfin, la tension est permanente, l'action soutenue, je ne me suis ennuyée à aucun moment et me suis passionnée pour cette sombre histoire de contrebande (même si l'identité du "vrai méchant" se devine assez facilement !)

C’est romanesque sans être mièvre, passionnant comme un roman d’aventures tout en restant crédible… bref, j’en redemande !

Commentaires

  1. Je prends les conseils !!
    Mais pourras-tu me dires lequel tu as préféré, à part Rebecca ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A part Le bouc émissaire et Le mont brûlé, qui ne m'ont pas enthousiasmée plus que ça, tous ceux que j'ai lus... (ils sont dans l'index). J'ai aimé aussi ses nouvelles, pour leur côté un peu fantastique, leurs ambiances parfois gothiques (j'ai lu 2 recueils : Les oiseaux et La poupée)..
      La maison sur le rivage est également original..
      En fait, il y un choix assez vaste !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire