"Vu" - Serge Joncour

De quoi ça parle ?

A peine avais-je lu un paragraphe (soit une quarantaine de lignes) de "Vu", le premier roman de Serge Joncour, que je savais déjà qu'il allait me plaire...
D'emblée, le ton est à la fois drôle, d'une ironie qui pourrait passer pour involontaire car transmise avec une spontanéité enfantine, et touchant aussi, justement parce que c'est un enfant qui s'exprime, avec toute l'ingénuité et la sincérité que cela suppose, ainsi que l'absence de tout faux-semblant et la capacité de s'émerveiller d'un rien, de faire de chaque événement une aventure.
Et la suite du récit a bel et bien corroboré mon impression : j'ai véritablement été charmée... l'auteur y maîtrise à la perfection une difficile alchimie mêlant poésie, prosaïsme et humour, à laquelle il trouve encore le moyen de rajouter une pointe de fantaisie !

Bon... pas encore convaincus ? Ah, je vois. Vous êtes de ceux qui ont besoin de savoir "de quoi ça parle", un livre... Soit. Alors disons qu'il s'agit d'une épopée. Celle de gens que d'aucuns qualifieraient de "moyens", voire de médiocres ou de marginaux, mais que la plume de Serge Joncour rend extraordinaires. Une épopée parfois complètement loufoque et décalée. Une épopée calamiteuse, jonchée de catastrophes, et pourtant, rien n'y semble jamais grave.

Comment ? Je ne vous ai toujours pas dit "de quoi ça parle" ? Oh, mais vous êtes pénibles, à la fin. Est-ce que je le savais, moi, avant de le lire, ce bouquin, de quoi il parlait ? Et bien non ! D'autant que mon édition ne contient pas de résumé. En revanche, sur la couverture, il y a un jeu. Sympa, non ? Vous savez, c'est ce genre de dessin dans lequel il faut retrouver un objet caché ? En l’occurrence, là, c'est un animal. Un cochon, si vous voulez tout savoir (d'après ce que j'ai cru comprendre, vous me semblez plutôt curieux). D'ailleurs, dans le roman, il y a un passage vraiment tordant avec ce satané cochon. Oui, parce que, je ne crois pas vous l'avoir dit, mais "Vu" se passe à la campagne. Dans une famille qui compte trois garçons -dont le narrateur-, un papa chômeur et pas très causant, une maman maniaque et une grand-mère invalide, qui passe son temps devant le poste de télévision, ambassadeur de la modernité dans ce foyer où les toilettes sont encore au fond du jardin ! Mais bon, ça n'a pas l'air de les perturber, les trois gamins. Ils voient bien que quand les cousins de Paris leur rendent visite, ils font preuve d'un certain dédain, mais ce ne sont pas ces petits freluquets qui vont leur en remontrer... Et puis, ce n'est pas à eux qu'il arrive toute une série de catastrophes, qui pourrait bien leur permettre d'accéder à la célébrité... Je ne vous en dis pas plus, je crois que vous savez ce qu'il vous reste à faire !

Ah si, une dernière petite chose : mon autre coup de cœur pour Serge Joncour, c'est ICI.

Commentaires

  1. Un auteur que je ne connais pas du tout, meme de nom... j'ai honte, mais je note avec empressement !

    RépondreSupprimer
  2. "loufoque", "décalé" ??? Zou, je note !

    RépondreSupprimer
  3. J'espère que vous prendrez autant de plaisir que moi à vos lectures respectives de cet auteur, qui est vraiment à découvrir...

    RépondreSupprimer
  4. Jaenada m'a ensuite conduite ici...Je m'e fiche de ne pas savoir de quoi ça parle, je ne lis jamais les résumés (et je n'aime pas trop voir les bande annonce de films avant d aller au ciné non plus...). Je n'ai pas (encore) lu cet auteur dont on dit le plus grand bien....Je continue vers ton autre coup de coeur, comme indiqué en bas de page alors...;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as bien raison, les 4e de couverture peuvent être de véritables calamités... Je crois que c’est celle de Sonietchka (de Ludmila Oulitskaia), que j'ai lu il y a maintenant plusieurs mois (comme quoi, ça m'a marquée), qui dévoile l'intrigue jusqu'à la fin !!

      Supprimer

Enregistrer un commentaire