Soit dit en passant...

"La fille tatouée" - Joyce Carol Oates

Joshua Seigl est un écrivain célibataire proche de la cinquantaine, qui vit quasiment en reclus. Ayant échoué dans la recherche d'un assistant, il emploie à son service Alma Busch, jeune femme rencontrée dans une librairie, qui traîne avec elle un passé sordide et est affublée d'étranges tatouages.
Oates nous livre ici un (presque) huis-clos qui met en présence 2 personnages totalement opposés. Seigl est aussi riche et érudit qu'Alma est pauvre et inculte, et il paraît aussi détaché de tout besoin affectif qu'elle est en constante attente dans ce domaine. Leurs seuls points communs sont un charme lié à une beauté insolite, et une libido développée…
Le récit alterne entre les 2 protagonistes, qui se côtoient sans vraiment se comprendre, dont les relations sont parasitées par leurs passés respectifs, et l'obscurantisme dû à l'ignorance de la jeune femme. Au final, chacun reste à sa place : la fille tatouée ne sera jamais acceptée par le monde de l'écrivain, et subira toujours le poids de ses origines modestes.
Après "Les Chutes", j'ai découvert avec cet ouvrage une autre facette du talent de J.C. Oates pour décrire la psychologie de ses personnages, avec leurs failles, leurs limites, leurs angoisses et leurs espoirs, et toujours une écriture à la fois précise et expressive, riche en métaphores.


"Le lièvre de Vatanen" - Arto Paasilinna

De retour d'une mission professionnelle, le journaliste Vatanen et son collègue photographe, rentrant sur Helsinki, percutent un levraut avec leur véhicule. Vatanen s'enfonce dans la forêt pour secourir l'animal, et décide d'y rester. L'homme et le lièvre deviennent inséparables, et entament un périple au sein de la nature finlandaise, le premier pourvoyant à leurs besoins en effectuant divers travaux forestiers.
L'idée de départ m'a beaucoup plue : las d'une existence fondée sur les possessions matérielles et les apparences, désabusé par une vie conjugale dépourvue d'amour, le héros ose la totale rupture d'avec son monde. Il vit du strict minimum, en harmonie avec une nature à laquelle il s'intègre au point de devenir un être aux réactions parfois "primitives". Paradoxalement, la présence du lièvre facilite les contacts avec autrui, pour le meilleur comme pour le pire, mettant en lumière aussi bien la bonté que la cruauté des hommes. Au final, une lecture agréable, mais j'attendais de l'auteur une exploitation plus poussée de l'aspect fantaisiste et fabuleux de l'histoire. Pour cette raison, j'ai bien aimé la fin, que j'ai trouvée agréablement irréaliste.


"Châteaux de la colère" - Alessandro Baricco

Un roman fabuleux, au sens propre comme au figuré...
Baricco nous emmène à Quinnipak, ville imaginaire où l'on donne des prénoms aux locomotives, où la musique se joue avec des êtres humains en guise d'instruments, où l'on construit des palais de verre, et nous conte l'histoire de personnages plus attachants les uns que les autres, aux lubies incroyables.
On navigue de surprise en surprise dans cet univers poétique, jusqu'au dénouement final, inattendu et déstabilisant.
Un grand coup de coeur !

Commentaires

  1. Je suis bien tentée par "La fille tatouée" qui, de plus, est l'un des livres de Oates qu'on trouve facilement en librairie...

    RépondreSupprimer
  2. Ah quel souvenir que Châteaux de la colère !
    J'ai depuis lu Océan Mer qui est aussi un roman magnifique.

    RépondreSupprimer
  3. Oates, rien à faire, j'ai du mal à oublier ma déception avec un pavé (Eux), Paasilinna, j'adore et celui-ci est sur ma PAL; quant à Baricco, je crois que je vais me laisser tenter par "Soie"

    RépondreSupprimer
  4. Noté depuis un moment "La fille tatouée", mais j'ai encore plusieurs titres de Oates dans ma PAL à dévorer avant de craquer ! Paasilinna me tente quant à lui de moins en moins...

    RépondreSupprimer
  5. >>> Kathel : "La fille tatouée" est le roman d'Oates que j'ai lu qui à mon avis est le plus fort, du point de vue de la tension qui s'en dégage, et de la complexité des relations qu'entretiennent les personnages. A découvrir, donc...

    >>> Delphine : j'ai lu aussi "Océan mer", qui fut également un coup de coeur. J'aime beaucoup la fantaisie de Baricco.

    >>> Cécile : "Eux" m'a déçue aussi. Mais ce serait dommage que tu restes sur cette mauvaise expérience, car Oates a écrit des choses vraiment différente, dont certaines valent la peine d'être découvertes (je pense notamment à ses romans "Les chutes" ou "La fille tatouée").

    >>> Pickwick : je n'ai pas retenté Paasilinna depuis... mais je prévoit peut-être de lire "Le meunier hurlant".

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire