"Eifelheim" - Michael Flynn

Des E.T. et des hommes.

Des extra-terrestres aux allures de sauterelles...
Un village médiéval allemand troublé par l'approche de la grande Peste noire...
Un couple de scientifiques d'aujourd'hui, spécialisé dans d'obscures disciplines...
L'association de tous ces éléments aurait pu donner un roman de science-fiction de seconde zone.
Sous la plume de Michael Flynn, il en résulte l'excellent "Eifelheim".

"Eifelheim"- en allemand "la maison du Diable"- : ainsi a été renommé un village de la Forêt-Noire précédemment baptisé Oberhochwald qui a brutalement disparu vers le milieu du XIVème siècle. Tom Schwoerin, cliologue*, cherche à découvrir les causes de ce mystérieux dépeuplement qui ne répond a priori à aucune logique.
Le récit est l'alternance de l'enquête menée par Tom, et de la relation des événements qui survinrent effectivement à Oberhochwald entre août 1348 et juillet 1349, année durant laquelle le pasteur Dietrich va y accueillir d'étranges visiteurs venus du ciel, à l'aspect repoussant, et qui se sont échoués dans la forêt proche de son village suite à une avarie de leur moyen de transport.

Ces allers-retours entre passé et présent permettent d'établir un parallèle souvent surprenant entre la réalité des faits et la façon dont ils sont interprétés, retranscrits, lorsqu'ils sont décryptés, des siècles plus tard, par l'œil forcément subjectif de l'historien.
Et en choisissant comme l'un des personnages principaux de son roman le pasteur Dietrich, l'auteur semble avoir voulu bousculer les clichés que l'on peut parfois associer à l'époque médiévale, en terme d'obscurantisme notamment. Dietrich est en effet un homme dont la soif de savoir et le goût de la réflexion l'amènent à remettre en question certaines de ses croyances religieuses pour admettre des vérités naturelles ou scientifiques, par exemple. Il est passionné de débat métaphysique, et fait preuve d'une ouverture d'esprit et d'un humanisme vraiment touchants.
La rencontre entre les villageois de sa paroisse et ceux qu'il a baptisés les krenken (les seconds étant souvent considérés par les premiers comme des démons), est l'occasion d'un émouvant plaidoyer pour la tolérance et la compassion.

Alors, certes, Michael Flynn, en tant qu'auteur du XXème siècle, donne lui aussi sa propre interprétation subjective du ressenti et des réactions de ces individus du Moyen-âge qu'il met en scène, mais le contexte historique documenté, les références aux courants philosophiques, théologiques et aux découvertes scientifiques de l'époque rendent son intrigue et son analyse de ladite époque complètement crédibles.

Avec "Eifelheim", Michael Flynn nous offre un récit passionnant, érudit, qui mêle enquête historique, récit humaniste et ouvrage de science-fiction avec une maîtrise absolue.
Et bien que je me sois parfois sentie un peu perdue lors de l'exposé des théories scientifiques développées par Sharon, la compagne de Tom (qui est physicienne), il a l'intelligence de les vulgariser suffisamment pour que l'on en saisisse le sens général...

Cette lecture fait suite au conseil avisé de Jean-Marc.


*La cliologie est la science qui étudie les bassins de peuplement humains et leur évolution.

Commentaires

  1. Je te remercie pour cette chouette découverte (une de plus !)
    Je n'ai pas lu en revanche d'avis très enthousiastes concernant ses autres romans...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai beaucoup apprécié aussi. Et quel bonheur que Ailleurs & demain ait enfin renoncé à Paternoster pour ses couvertures et soit revenu à l'argenté, celle-ci est vraiment une des pires !

    RépondreSupprimer
  3. Affreuse couverture en effet... et qui ne reflète absolument pas les qualités de cet excellent roman !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire