"La demoiselle d'honneur" - Ruth Rendell

"Il apprenait que nous sommes tous capables d'à peu près tout".

Je n'avais jamais lu de romans de Ruth Rendell. Je crois que je craignais que cette auteure très prolifique ne soit le clone britannique de Mary Higgins Clark ! Et puis, au vu des avis que j'ai pu glaner de-ci delà, qui se sont avérés plutôt élogieux, je me suis dit qu'il était temps de dépasser cet a priori visiblement infondé, et de me faire ma propre opinion sur la dame...Voilà qui est fait : après avoir lu "La demoiselle d'honneur", je sais dorénavant que Ruth Rendell n'a rien à voir avec Mary Higgins Clark !

Dans ce roman, elle nous raconte comment Philip, jeune homme attirant mais manquant -en apparence- d'imagination, quasi phobique de la violence et de l'idée de la mort, va être confronté à celles-ci de façon intime et voir peu à peu vaciller les fondements sur lesquels il basait son existence.Ce bouleversement survient sous les traits de Senta, demoiselle d'honneur dont il fait la connaissance au mariage de sa soeur, et avec laquelle il entame une liaison passionnée. La jeune fille, à l'inverse de Philip, est fantasque, et éprouve vis-à-vis de ce qui effraie tant son amant une attirance morbide. Cette relation le déstabilise : tiraillé entre l'amour qu'il éprouve pour Senta, et le comportement à la fois instable et manipulateur de cette dernière, il vit dans l'angoisse de ce dont elle est capable pour lui prouver sa flamme... et va jusqu'à ressentir des bouffées de cette violence qu'il a toujours honnie...

L'écriture de Ruth Rendell est fluide et d'une sobriété qui rend d'emblée la lecture facile et plaisante. Son sens des détails, qu'elle sait rendre subtilement significatifs, et la finesse dont elle est fait preuve dans l'analyse de ses personnages et de leurs émotions, immergent le lecteur -presque sans qu'il s'en aperçoive- dans une atmosphère de plus en plus oppressante en même temps qu'ils lui donnent le sentiment de découvrir peu à peu la véritable et profonde nature de Philip.

Vous l'aurez compris : plus qu'un récit d'action, ou qu'un quelconque "polar", "Une demoiselle d'honneur" est un roman extrêmement intelligent, dont le principal intérêt réside dans l'étude par son auteure des réactions de l'individu confronté à une situation perturbante et susceptible de dévoiler sa face cachée.

Commentaires

  1. Yep. Ruth Rendell c'est toujours de la bonne came. Tous les livres ne sont pas géniaux, mais il y a toujours une intelligence et une élégance rares.

    RépondreSupprimer
  2. Salut Thomas,

    "Intelligent" est effectivement le terme qui me vient spontanément à l'esprit pour définir ce roman.

    RépondreSupprimer
  3. C'est bien ce que m'en a dit un amie, que son talent réside dans la façon de peindre la psychologie de ses personnages, il faut que je m'y mette aussi

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire