"Sommeil" - Haruki Murakami

C'est pas le moment de dormir !

Après la légère déception causée par la lecture d'"1Q84", dernier roman de l'écrivain japonais Haruki Murakami, j'ai retrouvé avec "Sommeil", pour mon plus grand plaisir, ce qui fait l'originalité de l'auteur, cette capacité à placer ses récits dans un espace intermédiaire où se côtoient l'imaginaire et la réalité, le fantasme et la trivialité du quotidien.

Ce court texte est l'une des nouvelles qui composent le recueil "Léléphant s'évapore", paru en France pour la première fois en 1998.
Il a été remis à l'honneur l'année dernière à l'occasion d'une réédition en solo agrémentée d'illustrations de Kat Menschik, célèbre dessinatrice allemande.

La narratrice, âgée d'une trentaine d'années, est mariée et mère d'un garçon de cinq ans.
Elle est soudainement la proie d'insomnies pour le moins insolites : bien qu'elle ne parvienne plus à dormir du tout, et que cet état perdure, elle ne se sent absolument pas fatiguée. Elle profite par conséquent de ses nuits de tranquillité (son mari et son fils dormant, eux, profondément) pour renouer avec un plaisir que, trop absorbée par les tâches liées à sa vie de mère au foyer, elle avait délaissé : la lecture.
C'est ainsi qu'elle se replonge dans "Anna Karénine", lu une première fois lorsqu'elle était étudiante.

L'art de la nouvelle est ici parfaitement maîtrisé : l'auteur nous plonge d'emblée dans son récit, nous immergeant dans une étrange atmosphère à la fois légèrement surnaturelle et pourvoyeuse d'une vague angoisse.

Il joue sur le fait qu'une grande partie de l'action se déroule au moment où tout le monde dort, donnant le sentiment que son héroïne évolue dans un univers intermédiaire, entre veille et sommeil, entre réalité et fiction.

Au départ un peu effrayée par le caractère inhabituel de ses insomnies, elle en vient à savourer ces moments de disponibilité, et à s'interroger sur une existence routinière et vide de satisfactions personnelles.
La lecture et la plongée dans l'univers de la fiction deviennent le symbole d'une liberté retrouvée, l'accès à un plaisir intime et égoïste qui lui fait un bien fou...

De sa plume fluide et précise, Haruki Murakami m'a une fois de plus enchantée avec ce court récit hypnotique.
Quant aux illustrations qui accompagnent le texte, je les ai trouvées en accord avec l'atmosphère qui s'en dégage. La lecture en est d'autant plus plaisante, et la manipulation du livre d'autant plus agréable.

>> Retrouvez cette critique (et beaucoup d'autres) sur le site de la Librairie Dialogues.

Commentaires

  1. Celui-là, je le lirai sûrement. Une façon de donner une seconde chance à Murakami après "Au sud de la frontière à l'ouest du soleil" qui ne m'avait pas plu, et de peut-être d'avoir moins d'appréhension en entamant "Kafka sur le rivage" qui traine dans ma PAL depuis quoi? 3 ans??

    RépondreSupprimer
  2. sur le rivage" est le premier roman que j'ai lu de Murakami, et un vrai de coup de coeur, la découverte d'un monde à part. Depuis, j'ai eu d'autres coups de coeur avec cet auteur, notamment pour "Chroniques de l'oiseau à ressort" (un pavé, mais un récit extraordinaire) ou encore "La fin des temps".
    Je n'ai pas spécialement accroché à "Au sud de la frontière", que j'ai trouvé moins original, moins onirique.
    "Sommeil" peut être effectivement un bon moyen de renouer avec l'auteur, même si je le trouve quand même en-dessous des romans précédemment cités.

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ta réponse. J'abandonne l'idée, je vais me jeter sur Kafka sur le rivage avec beaucoup de courage et d'élan... dans 2-3 ans :D
    Bonne soirée, Ingannmic! ;)

    RépondreSupprimer
  4. En tous cas j'espère que tu le liras un jour, il en vaut vraiment la peine !!

    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  5. Cela m'a donné envie, mais je vais suivre les conseils que tu as donné à Reka, et commencer par les autres.

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Métaphore,

    Je suis persuadée qu'amorcer la découverte de Murakami par "Kafka sur le rivage" est une très bonne chose, et je te souhaite bonne lecture, alors !

    RépondreSupprimer
  7. Grande insomniaque, une amie m'a offert Sommeil. Quelle belle idée a-t-elle eu là ! J'ai été charmée, les mots d'Haruki Murakami ont fait mouche. Plus séduite par le fond que par la forme, parfois un peu lourde. Son écriture, comme tu le dis, est hypnotique et c'est bien là l'essentiel. Quant aux illustrations, wouah, d'une incroyable beauté, énigmatique et à multiples interprêtations...
    Je me laisserai peut-être tenter par Kafka sur le rivage, tu donnes envie de plonger avec l'auteur !...

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Tatieva,

    N'hésite pas à te laisser tenter par "Kafka", j'en garde le souvenir d'un voyage inhabituel dans une atmosphère qui continue de nous imprégner longtemps après en avoir terminé la lecture.

    A bientôt, et merci pour la visite !

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire