Autour du handicap

"Kétala" - Fatou Diome

Polyphonie matérielle.

C'est bien la première fois que je lis un roman dont les narrateurs sont... des objets !
Il s'agit en l’occurrence de ceux qui peuplent l'appartement dakarois de Mémoria, jeune femme récemment décédée.
Et ces objets sont particulièrement inquiets : ils ont entendu parler de l'organisation prochaine d'un "kétala", cérémonie au cours de laquelle ils vont être dispersés auprès des membres de la famille de la défunte.
Afin d'engranger le maximum de souvenirs de leur bien-aimée propriétaire avant la future séparation, ils entreprennent de raconter à tour de rôle les épisodes de la vie de Mémoria auxquels ils ont assisté ou participé.

Le procédé narratif utilisé par Fatou Diome ne m'a pas vraiment emballée, et je n'en ai pas compris l'intérêt. Peut-être faut-il voir dans les objets choisis par l'auteure comme porte-parole des symboles représentatifs du parcours et de la personnalité de l'héroïne, nourrie de sa culture sénégalaise et de son histoire familiale ?
Peut-être... mais je ne crois pas que cela apporte quoi que soit au récit, dans la mesure où les choix de Mémoria, et sa façon de réagir face aux événements permettent déjà au lecteur de cerner son caractère, et de mesurer l'influence de son ascendance et de ses origines dans sa façon d'être.
Certes, cette narration atypique permet à Fatou Diome de jouer sur l'incompréhension que suscite chez les objets les comportements et les rituels humains, par le truchement de jeux de mots et de réflexions parfois drôles, mais parfois aussi sans subtilité, malheureusement...

C'est dommage, car hormis ce bémol, je reconnais de grandes qualités à ce roman. L'écriture de Fatou Diome en est une des principales. Musicale, très imagée, elle est poétique sans excès de mièvrerie, et sa fluidité rend la lecture très plaisante.
Et puis l'histoire de la belle Mémoria est particulièrement touchante. De sa jeunesse privilégiée dans une famille de notables sénégalais à sa déchéance lorsque, venue en France dans l'espoir de sauver son mariage, elle doit affronter la solitude et la misère, nous suivons les étapes qui la mènent inexorablement vers l'issue fatale.
A travers son douloureux parcours, l'auteure aborde des thèmes parfois délicats et complexes, liés aux problématiques sociétales sénégalaises, tels que ceux du tabou de l'homosexualité ou de la condition féminine, avec finesse et sensibilité.

Mémoria, déchirée entre les acquis de son éducation et ses aspirations, ses désirs de femme, est une héroïne particulièrement attachante qui ne manquera pas qu'à ses possessions matérielles...

Commentaires