"Le glamour" - Christopher Priest

L'Arlésienne et l'Homme Invisible.

C'est généralement sans brutalité que Christopher Priest introduit le surnaturel dans ses récits ; il l'insère peu à peu dans le quotidien de ses personnages. De plus, même après l'avoir, semble-t-il, imposé, il n'hésite pas à le remettre en question, amenant le lecteur à douter en permanence de la véracité de ce qui lui est relaté.
Plutôt que de bâtir ses intrigues sur des thèmes fantastiques, ou des univers imaginaires, il explore les domaines méconnus de la psychologie humaine, à partir desquels il élabore des hypothèses.

Dans "Le glamour", c'est à l'amnésie qu'il s'intéresse, et à la façon dont la mémoire peut nous faire appréhender la réalité d'une manière toute relative.

Richarg Grey a perdu la sienne, de mémoire, à la suite d'un attentat dont il a été victime. Il a notamment occulté tout souvenir de ce qu'il a vécu dans les semaines précédant cet accident. Interné dans un centre de convalescence, il y reçoit la visite de Susan Kewley, une jeune artiste qui prétend avoir été sa maîtresse au cours de cette période.
Les événements oubliés par Richard sont peu à peu reconstitués sur un mode polyphonique, livrant au lecteur plusieurs versions qui apportent chacune à l'intrigue un éclairage différent, qui parfois même se contredisent.

Et ce "glamour", allez-vous me dire ?
J'y arrive... "Le glamour" selon Christopher Priest, c'est la capacité à se rendre invisible. Richard et Susan feraient partie des heureux détenteurs de ce pouvoir, ainsi que la jeune femme tente doucement de le faire admettre à son amant amnésique. Quoique "heureux" ne soit pas forcément le terme adéquat, la médaille du "glamour" ayant son revers...
L'auteur joue beaucoup sur cette notion d'invisibilité en se référant à son sens propre comme à son sens figuré. Les porteurs du "glamour" sont-ils réellement invisibles, ou font-ils partie de ces individus que leur discrétion, leur apparente banalité, nous empêche de voir, de remarquer ?

L'écriture simple et très fluide de l'auteur rend la lecture de ce roman facile et plutôt plaisante.
Ceci dit, je ne pense pas qu'il me laissera un souvenir mémorable -hé, hé !- notamment en raison de sa fin décevante et sans surprise.

>> Deux autres titres pour découvrir Christopher Priest :

Commentaires