"Le crépuscule des stars" - Robert Bloch

 A vous la parole...

Le crépuscule qu'évoque Robert Bloch dans son titre, est celui qui engloutit les stars des débuts du cinéma, l'obscurité dans laquelle sombrent ceux qui n'auront pas su négocier le passage du muet vers ce qui allait être la révolution cinématographique de la fin des années 20 : l'apparition du "parlant".

Début de la décennie en question : Tom Post est un jeune homme quelque peu naïf mais entreprenant. Cet orphelin élevé par son oncle et sa tante vit à Hollywood, où il est factotum au sein des studios Coronet, pour le compte du metteur en scène Theodore Harker. Il passe ses journées à porter des scripts et, comme tous ceux qui occupent dans cet univers mirifique qu'est le monde du cinéma une place modeste, il rêve...
Il rêve de devenir scénariste, et sa rencontre avec Kurt Luzovsky, un figurant d'origine polonaise, qui a connu une existence mouvementée, va lui permettre, peu à peu, d'atteindre son but.

Robert Bloch nous introduit au coeur de l'illusion, là où la plus insipide des actrices se métamorphose en personnage enchanteur grâce à la magie de la mise en scène, là où de simples décors de carton pâte se transforment en Colisée lorsque la caméra tourne...
Et même si, en déambulant dans ce "rêve éveillé" qu'est le cinéma, on réalise que les étoiles sont factices, que les stars sont finalement des individus comme les autres, avec leurs vices et leurs faiblesses, on ne peut s'empêcher de succomber à cette illusion, de se laisser éblouir par le tour de passe-passe qui permet à quelques hommes maîtres d'une simple technique, de transfigurer la réalité, de nous emmener ailleurs...

Avec l'arrivée du parlant, on a le sentiment que le combat qui se joue va au-delà d'un antagonisme entre nostalgiques du muet et adeptes des nouvelles technologies. C'est toute la manière de jouer qui s'en trouve bouleversée... finie la grandiloquence, les expressions surjouées pour faire passer les émotions.
Et puis, en même temps que la parole, apparaissent dans l'univers du cinéma certains éléments qui vont le transformer en une véritable industrie. Tous les studios finissent par avoir leur producteur, et un producteur n'est pas un artiste... C'est un homme d'affaires, qui coordonne, organise, et surtout qui calcule, qui réfléchit en terme de rentabilité, de bénéfice.
Les films fabriqués à la chaîne, produits de consommation sans originalité, mais dont on est assuré qu'ils satisferont au quota d'entrées, remplacent peu à peu les oeuvres ambitieuses et artistiques de cinéastes mis au rebut.

C'est un bel hommage que Robert Bloch rend là au cinéma. Et la force de cet hommage réside en grande partie dans sa capacité à recréer une atmosphère évocatrice des débuts du septième art, et à en imprégner le lecteur. Il parvient ainsi à nous faire admirer une magie dont il dévoile pourtant les ficelles et les dessous.
Ses personnages, dont certains sont si passionnés qu'ils vivent leur existence comme s'ils tournaient un film, ont l'envergure de héros de cinéma. La dynamique de son intrigue, qui fait alterner épisodes dramatiques et scènes parfois cocasses, est parfaitement maîtrisée.

Bref, un très chouette moment de lecture !

>> Les avis de Guillome et de Jean-Marc.

Commentaires

  1. Lu ce bouquin il y a fort longtemps.Bien des romans ont pour cadre Hollywood et notamment le passage douloureux au parlant.Celui-ci m'avait semblé excellent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai trouvé moi aussi très bon, à la fois prenant et intéressant, et j'ai beaucoup aimé me retrouver dans cette atmosphère "cinématographique".

      Supprimer
  2. Hummm !!! Voilà qui me dit vraiment bien, l'atmosphère que tu décris me fait penser à des films que j'adore comme " Boulevard du crépuscule" de Billy Wilder, avec un zeste de "Une star est née" de Cukor ... que du bonheur de mon cinéma à moi, donc je note.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que son ambiance te plaira autant qu'à moi !

      Supprimer
  3. très bel article. Des étoiles factices effectivement. Merci pour ton passage sur l'Avenue...je rajoute ton avis sur mon article :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est moi qui te remercie de m'avoir fait découvrir ce titre, très différent du Monde des ténèbres, lu il y a quelque temps... Ces deux expériences réussies me feront probablemnt revenir vers cet auteur.

      À bientôt..

      Supprimer
  4. Etant dans ma période polars et cie je note celui là

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis pas certaine qu'on puisse le qualifier de "polar", même si son ambiance n'est pas sans évoquer un un film noir...
      Et je crois que c'est Jean-Marc qui, dans son billet, explique qu'il y est malgré tout question d'un meurtre : celui du cinéma muet !
      J'espère en tous cas qu'il te plaira.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire