"La télévision" - Jean-Philippe Toussaint

"Car, au lieu que les livres, par exemple, offrent toujours plus que ce qu'ils sont, la télévision offre exactement ce qu'elle est, son immédiateté essentielle, sa superficialité en cours".

Ma découverte de Jean-Philippe Toussaint, avec sa "trilogie sur Marie", avait été marquée par la beauté de son écriture fluide et élégante. L'occasion de renouer avec la plume de l'auteur belge s'est présentée lorsque Apo m'a proposé de renouveler l'expérience d'une lecture commune.

Voyons dans un premier temps ce qu'il en a pensé... 



Lorsque j’avais lu, avec suprême délectation, La Salle de bain de Jean-Philippe Toussaint, je m’étais aperçu que, au-delà d’un procédé stylistique très original, la narration à la première personne constituait au fond la représentation de l’état psychique de la dépression – une excellente représentation. 

Dans ce roman, percevoir une intention similaire a été plus évident : l’état psychique représenté est cette fois l’aboulie, le manque de résolution d’un chercheur universitaire face à son travail – une recherche à mon goût très alléchante sur l’art et le politique à l’époque du Titien et de Charles Quint. Serait-il nécessaire d’ajouter ici combien l’identification à la condition du narrateur est aisée pour quiconque ait exercé un travail semblable dans sa vie… ?

La télévision donc, c’est la résolution du protagoniste d’arrêter de la regarder, faite à la fois de moralisme attendu et de pusillanimité dans sa manière de s’y conformer, qui constitue le principal emblème de sa conduite dominée par les prétextes qu’il trouve pour justifier son inactivité. De surcroît la télévision, comme objet physique d’émission de sons et d’images, représente aussi la principale occasion de savourer les descriptions de Toussaint, si particulières, précises, menues, matérielles, très Nouveau Roman en somme – particulièrement la première, toute en syntaxe nominale, qui s’étend en une seule phrase de la moitié de la p. 22 jusqu’au début de la p. 25.
De ces descriptions tout aussi réussies, il y en a d’autres, qui situent facilement le lecteur dans le Berlin estival [un] où le narrateur passe son temps entre parcs, piscines et la pinacothèque de Dahlem, éloigné de sa famille [deux], et négligeant allégrement les plantes [trois] dont les Drecher, ses voisins partis en vacances, lui ont confié les soins – les trois autres pôles descriptifs. 

En contrepartie, les moments d’action sont rares, mais ne manquent pas d’une extraordinaire cocasserie : je pense en particulier à la scène au parc du Halensee où le héros, dans son plus simple appareil, fait la rencontre de Hans Heinrich Melchelius, son directeur de recherche et octroyeur de bourse d’étude, ainsi qu’à celle, chez les Drecher, où il s’évade des toilettes pour atteindre la cuisine et extraire du réfrigérateur la fougère qu’il y avait placée. 

En fait, l’humour est omniprésent dans le roman, à la fois dans l’auto-ironie de la situation du narrateur, dans l’hypertrophie descriptive, tout comme dans les quelques actions. Il culmine dans la chute du roman : trois téléviseurs en simultané ! Quelque chose me pousse à choisir un fragment du premier cas d’espèce :
"[…] il y avait plutôt lieu de se réjouir, dans le fond, que, depuis bientôt trois semaines, par scrupules exagérés et souci d’exigence perfectionniste, je m’étais ainsi contenté de me disposer en permanence à écrire, sans jamais céder à la paresse de m’y mettre". (p. 115)

 
                                               [Titien Vecellio - Autoportrait]


Merci Apo pour cette belle note de lecture, tu as été plus inspiré que moi...

Le ton qu'emploie Jean-Philippe Toussaint dans son roman "La télévision" m'a d'emblée surprise. Ayant en mémoire l'atmosphère tragique, voire nébuleuse, des titres lus auparavant, je ne m'attendais pas à trouver dans celui-ci autant d'humour et de légèreté.

Le narrateur passe l'été à Berlin, avec pour projet la réalisation d'une étude sur le peintre Titien Vecellio. Il y est seul, puisque sa femme et leur fils de cinq ans sont partis passer les vacances en Italie.
Il n'est pourtant guère assidu...
Oisif, contemplatif, il se donne de multiples prétextes pour passer ses journées au parc ou à la piscine, s'imaginant ainsi entretenir son inspiration, alors qu'en réalité il laisse vagabonder son esprit d'une pensée futile à l'autre, s'attardant sur des événements a priori insignifiants, mais auquel il accorde une importance qui peut paraître démesurée.

Et c'est justement ce qui fait essentiellement le charme de ce roman, que de parer des détails d'une ampleur insolite, leur donnant une dimension burlesque et décalée. Ainsi, il ne se passe pas grand-chose, dans "La télévision", mais c'est malgré tout avec plaisir que l'on y retrouve, à chaque séquence de lecture, son héros à la fois désinvolte, observateur, et qui manie avec talent l'auto-dérision.

L'un des événements marquants que vit le narrateur, est sa décision d'arrêter de regarder la télévision. Le titre du roman m'avait laissée penser que ce sevrage cathodique y occuperait une grande place. Or, ce n'est pas vraiment le cas. Même si cette décision semble importante pour le héros, puisqu'il l'évoque à intervalles réguliers, soit parce qu'il en fait part aux personnes qu'il rencontre, soit parce qu'il doit lutter, parfois, contre la tentation d'allumer son poste, on ne peut pas dire qu'elle constitue le thème principal du récit.

Néanmoins, Jean-Philippe Toussaint lance à ce sujet des pistes de réflexion intéressantes, même si elles ne sont pas véritablement approfondies. Il s'interroge notamment sur la part de responsabilité de la télévision dans le fait que les individus, à partir du moment où il se retrouvent sur la scène médiatique, s'attardent davantage à commenter leurs actions qu'à les mener. L'efficacité, la créativité régresseraient ainsi au profit de la capacité à communiquer, à paraître. Il déplore également le caractère furtif, superficiel, lié au rythme des images qu'elle impose au téléspectateur, le privant de la possibilité d'exercer son esprit d'analyse.

Le narrateur, pourtant conscient de ces limites et de ces inconvénients, n'en éprouve pas moins des difficultés, parfois, à se passer de la télévision. Parfois seulement, car la plupart du temps, il oppose à la trépidation et à l'instantanéité du petit écran, sa nonchalance et son don d'observation.

Un roman différent, donc, de ce à quoi je m'attendais, mais grâce auquel j'ai passé un bon moment.

Commentaires

  1. Merci l'amie. Je ne dirais pas que tu n'as pas été inspirée, ou que je l'aurais été plus que toi. Il est fort possible, toutefois, que ce roman ait convoqué davantage d'éléments projectifs chez moi (le protagoniste, la télévision...). Dans cet ordre d'idées, je n'avouerai rien qui puisse en aucun cas déprécier mon assiduité aux labeurs de la recherche, pas même sous torture cathodique !
    Bon : tu ne me proposes pas la récidive ? Ce serait à mon tour de faire la suggestion du prochain titre parmi les tiens, n'est-ce pas ?
    En tout cas, merci encore,
    apo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout compris, c'est à ton tour de proposer un titre parmi ceux que tu trouveras dans ma Pile à lire !!

      Bonne soirée.

      Supprimer
  2. Bon, ben, je passais par là pour te proposer une petite lecture commune pour cet été, mais je vois que tu es déjà bien occupée. Tant pis, mais au cas où, je propose quand même, un petit Daphnée du Maurier, ça te dirait ?
    Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonsoir Athalie,

      "Occupée" est un bien grand mot... et puis, je lis tous les jours, comme toi j'imagine, alors, que ce soit dans le cadre d'une lecture commune ne change rien !!
      Quand tu évoques Du Maurier, c'est bien en rapport avec celui qui est dans ma PAL (le recueil de nouvelles "La poupée" ?)

      Si c'est bien ça, je suis partante, on peu se caler une LC pour la deuxième quinzaine d'août (je pars en vacances les 2 1ères semaines).

      Supprimer
  3. Je pensais bien à ce titre ( sans savoir qu'il s'agissait de nouvelles, ce qui ne change rien). J'avais envie de relire cette auteure, dont je ne connais que "Rébecca", et encore, ça date ... Pour la date justement, la dernière semaine d'août me conviendrait, je n'aurais pas accès à Internet régulièrement cet été.
    A bientôt et bonne soirée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. "La poupée" est un recueil de nouvelles inédites de l'auteure :il n'est donc pas sorti en poche.
      Si tu es toujours d'accord, on peut fixer la date de parution pour le 30 août.

      Supprimer
  4. " La télévision" m'avait fait aussi passé un bon moment, pourtant, c'est le dernier livre de cet auteur que j'ai lu, après j'ai lâché. Comme toi, il m'avait assez peu inspirée, peut-être parce que le propos sur la télévision parait un peu daté, ou plutôt déjà abordé et traité ... J'aimais beaucoup ce détachement de l'écriture et cet humour dont parle Apo, il faudrait que j'y revienne à Toussaint notamment avec la " Trilogie sur Marie" que tu évoques.
    Pour "La poupée", on se dit le 30 aout, parfait pour moi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La "Trilogie" sur Marie est complètement différente de ce roman, et pas vraiment drôle, mais cette lecture avait été un régal, grâce à l'écriture de l'auteur.

      Et je note pour le 30 août, je suis ravie de cette nouvelle expérience de lecture commune avec toi !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire