"Enfants de poussière" - Craig Johnson

"Bonjour Madame, j'ai reçu un mail pour m'informer qu'un livre que j'ai réservé est disponible.
-En effet. Craig Johnson... C'est bien, ça ?
-Non, c'est super ! Enfin, je veux dire, c'est très bon !
-Faudra que je le lise, alors.
-Oui, mais avant, il faut lire "Little Bird", et "Le camp des morts", et aussi "L'indien blanc".
-Ah, bon, c'est obligé ?
-Bah oui. Enfin, disons que c'est mieux. Sinon, vous vous demanderez pourquoi Cady est en rééducation, et pourquoi ce chien qui semble vivre dans les locaux du shérif n'a pas de nom, et qui est ce Sancho, et pourquoi Vic allume Walt dès qu'ils se retrouvent seuls, mais que lui la repousse...
-Oh là, doucement, je crois que j'ai compris, mon p'tit. "Little Bird", vous m'avez dit, pour commencer ?
-Oui, c'est ça.
-Euh... vous pourriez pas juste me dire qui sont Cady, Vic et Walt ?"

Bon, je suis un peu retard (d'une année seulement !), il est vrai, à mon fidèle rendez-vous avec Craig Johnson, "Enfants de poussière" étant paru en 2012. Mais il faut dire que les abonnés de la médiathèque l'ont accaparé depuis que cette noble institution l'a ajouté à son fonds, ainsi qu'elle le fait à chaque publication d'un nouveau titre de l'auteur, ce dont je la remercie...

Me voilà en tous cas repartie pour une nouvelle enquête de la fine équipe du comté d'Absaroka, Wyoming, comté accessoirement le moins peuplé d'Amérique. Ce qui n'empêchent pas les méchants d'aller s'y promener, et d'y perpétrer à l'occasion quelque meurtre.
C'est cette fois une jeune vietnamienne -mais que venait-elle donc faire à Absaroka ?!- qui a croisé pour son malheur la route du dit méchant. Son cadavre est découvert au bord d'une route, justement, et le coupable du crime semble tout trouvé. En effet, un indien d'impressionnante stature vit dans le tunnel situé à proximité des lieux, où la police constate la présence du sac à main de la victime. Et comme le géant, complètement muet, voire agressif, ne fournit aucune explication, il s'avère bien commode de lui mettre ce meurtre sur le dos.
Mais dans les romans policiers, on sait bien que le coupable n'est jamais celui qui le paraît de prime abord. Et quand on connaît un peu le shérif Longmire, on sait aussi qu'il ne va pas s'arrêter à une si grossière évidence... 

Il n'est pas trop en forme, d'ailleurs, ce cher Walt. Éprouvé par l'agression qu'a subi sa fille Cady dans le volume précédent, il se montre angoissé et impatient de la voir se remettre. Et que faisait cette photo de lui, prise au Viet-Nam quatre décennies plus tôt, dans le portefeuille de la jeune asiatique assassinée ?
Le voilà aux prises avec les obsédants souvenirs de son séjour à Tan Son Nhut, où, dans l'enfer de la guerre, il avait été missionné pour enquêter sur le trafic de drogue ayant occasionné la mort par overdose d'un soldat américain...

Ce n'est pas l'intrigue policière qui fait le principal intérêt de ce roman. En effet, à une cinquantaine de pages de la fin, vous réalisez soudain que l'enquête n'a pas vraiment évolué.
Mais entretemps, vous en avez appris un peu plus sur certaines des pratiques qui distinguent les Crows des Cheyennes, sur qui sont les "Enfants de poussière", sur l'atmosphère qui règne dans ces villes fantômes abandonnées suite au désintérêt pour les mines de charbon, sur un épisode du passé qui démontre que l'amitié inébranlable qui lie Walt et Henry Standing Bear n'est pas d'aujourd'hui...
Vous serez donc arrivés là sans peiner, portés par le bavardage fort instructif -et totalement maîtrisé- de l'auteur, et peu importe finalement la résolution de l'énigme, c'est le chemin parcouru pour y arriver qui compte !

Commentaires

  1. Je me demande si ce que tu dis de l'intrigue de ce tome n'est pas valable pour tous les précédents finalement ... Ce qui n'a peut-être pas vraiment d'importance ! Une vraie lecture plaisir en tout cas.
    Une chose cependant m'inquiète, il est où le Basque ? Tu n'en parles pas, il ne lui est rien arrivé au moins ? Sans en dire trop, j'attends un signe de rassurance ... Je ne voudrais pas partir en vacances trop angoissée !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de panique, il va très bien, mais c'est vrai qu'il passe dans cet opus en coup de vent... dommage !

      Supprimer
  2. Pas vraiment convaincu quand je l'ai lu et chroniqué l'an dernier.

    RépondreSupprimer
  3. J'ai lu ta critique sur ton blog, du coup, et j'y ai laissé un commentaire...

    RépondreSupprimer
  4. C'est mon préféré de la série. Avec maintenant, Hell is Empty que je viens de terminer. Comme tu le dis, les enquêtes n'ont finalement pas d'importance.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et d'après ce que je comprends, tu les lis en VO, ce que je ne suis malheureusement pas capable de faire...
      En tous cas, je n'ai pas l'intention de lâcher Walt, et compte bien continuer à suivre ses aventures.

      Supprimer
  5. C'est vrai qu'où je vis, je n'ai pas trop le choix. Je dois lire en VO. ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais cela a ses avantages, tu n'as pas à craindre de tomber sur une de ces affreuses traductions qui gâchent complètement l’œuvre originale...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire