"Wasabi" - Alan Pauls

Une moutarde qui manque de piquant...

J'ai lu quelque part que Bolaño considérait Alan Pauls comme l'un des plus grands écrivains latino américains vivants. Il ne me fallait pas d'autre argument pour me convaincre de me jeter sur un échantillon de la bibliographie du romancier argentin.
C'est malheureusement la déception qui a été au rendez-vous...

Le narrateur de "Wasabi" est lui-même écrivain et argentin. Il est en séjour avec sa femme Tellas à Saint-Nazaire, où il est invité à un salon littéraire. L'apparition d'un kyste dans la nuque le pousse à consulter une homéopathe recommandée par son éditeur. Elle lui prescrit une pommade qui, si elle s'avère peu efficace comme traitement de son kyste, qui prend peu à peu de monstrueuses proportions, présente d'autres avantages. En effet, son épouse et lui ont découvert que la consommation, par voie orale, d'une infime dose de cette crème, leur procurait de délicieuses transes.
D'autres événements étranges ponctuent le séjour français du héros, comme le fait de subir, au moins une fois par jour, des absences de sept minutes...

Le synopsis de ce roman avait de quoi me séduire. On y navigue entre réalité et surnaturel, au gré de détails bizarres, loufoques, à l'image de ce kyste qui, tel un éperon planté dans la nuque du personnage, l'obligeant à se voûter, répugne et fascine à la fois. Le narrateur rapporte ses extraordinaires péripéties tantôt avec un détachement étonné, tantôt en les analysant à travers le prisme de la morosité que suscite en lui son caractère jaloux et suspicieux.
Seulement, j'ai trouvé la tonalité de ce texte en inadéquation avec son contenu. Stylistiquement travaillée, l'écriture d'Alan Pauls manque de fantaisie, de légèreté, au point qu'il m'est parfois arrivée de m'ennuyer au cours de la lecture de cet ouvrage, malgré sa brièveté.

Commentaires